Recherche radicalisé, désespérément

30057621-28841889

Le problème avec ce concept de « radicalisation », c’est qu’elle ne devient évidente que quand elle nous explose à la figure.

La difficulté à lister les signes de radicalisation en est la preuve : il n’existe pas de signes objectifs qui permettent de s’assurer de la « radicalisation » d’un suspect.

Pour la bonne et simple raison qu’il n’existe pas de frontière étanche entre « l’Islam » et « l’islamisme ».

L’islamisme n’est qu’un concept qui englobe des pratiques jugées plus fondamentalistes que d’autres, une façon de rejeter dans l’opprobre ce qui aux yeux de certains s’écarte d’une vision « orthodoxe » ou « acceptable » de l’islam.

En d’autres termes et même s’il n’est pas politiquement correct de l’affirmer, ce qu’on nomme ici « islamisme » fait partie de l’Islam.

Le rejet d’une frange plus radicale ou violente de l’Islam par certains musulmans partisans d’un Islam « pur » n’est qu’un trompe-l’œil.

Prétendre qu’il existerait une frontière étanche entre un Islam authentique et un Islam perverti est au mieux une illusion, au pire un mensonge.

Il n’existe pas de mosquées estampillées « salafistes » avec une plaque à l’entrée. Les organisations musulmanes présentes en France et qui sont rattachées à la Confrérie des Frères Musulmans ne sont jamais déclarées comme telles. Il n’y a pas non plus de pancarte à l’entrée de certains quartiers : « Attention, vous entrez en territoire salafiste. »

De même on n’entre pas en « radicalisation » en portant un brassard comme on adhère à un parti.

Tout est affaire de point de vue. Tout est relatif. Tout est sujet à interprétation.

radicalisation-pour-les-nuls

C’est donc à l’autorité publique que revient l’impérieuse responsabilité de fixer la limite.

D’autant que le débat qui s’ouvre actuellement quant à la nécessité d’identifier les signes de radicalisation se heurte rapidement à une impasse.

En effet, déclarer que se mettre à porter la barbe ou la djellaba peut constituer un signe de radicalisation relève autant d’une réalité que de l’arbitraire. Le simple fait d’aborder le sujet soulève déjà de la part de certains musulmans des crispations et la crainte de se voir stigmatiser.

Il n’existe pas de « panoplie » du parfait radicalisé. Tout se joue dans les esprits. Et les signes d’une évolution vers une forme plus radicale d’Islam sont à chercher dans les comportements.

Toute la difficulté dans une démocratie comme la nôtre est de repérer des comportements qui témoignent d’un engagement vers une forme de religiosité pouvant présenter d’objectifs dangers pour l’ordre public.

Toute la force des fondamentalistes est de pouvoir avancer patiemment leurs pions dans cette zone opaque, en tentant de repousser les limites sans faire obstacle au droit.

Car le droit s’intéresse aux faits, pas aux intentions ni à ce qu’il y a dans les têtes.

On ne combat pas une idéologie en s’attaquant aux apparences. On la combat en s’attaquant au fond.

On peut interdire d’arborer en public un costume SS ou des croix gammées car ce sont des symboles évidents du régime nazi. Mais à partir de quelle taille de barbe peut-on supposer qu’un individu adhère à l’idéologie salafiste ?

La grande faute de notre démocratie c’est de s’être engagée avec détermination après les attentats de 2015 sur le front de la lutte anti-terroriste, mais d’avoir renoncé à engager les moyens nécessaires pour traiter le problème de l’islamisme. Par peur de diviser et de braquer les susceptibilités musulmanes. Par électoralisme. Par complaisance envers des alliés économiques soutenant le fondamentalisme ou le terrorisme, comme le Qatar ou l’Arabie Saoudite. Par crainte de s’aventurer sur le terrain miné de la religion.

Or si l’on veut s’attaquer vraiment au problème du fondamentalisme il faut s’en donner les moyens. Identifier clairement les imams et les « influenceurs » qui répandent cette idéologie, les expulser ou les emprisonner. Fermer sans plus attendre les mosquées salafistes. Dissoudre l’association Musulmans de France (ex UOIF) et tout organisme affilié de près ou de loin aux Frères Musulmans. Interdire tout financement étranger d’organismes cultuels, caritatifs ou éducatifs musulmans. Tracer les ressources de ces organismes afin d’éviter que des financements étrangers ne transitent par des organismes établis en France. Autoriser la pratique du culte uniquement encadrée par des imams de nationalité française, formés en France et prêchant en français.

Les associations supposément représentatives du culte musulman doivent être dissoutes et remplacées par un Consistoire du culte musulman établi sur la base d’une charte. Celle-ci devra être signée par tout organisme membre du Consistoire. Aucun organisme cultuel se sera autorisé s’il n’en est pas membre.

La Charte rappellera les principes républicains qui fondent l’exercice de tout culte religieux en France : liberté de conscience et de culte, laïcité, respect du Droit, de l’autorité publique, du droit des femmes, respect des minorités…

Elle obligera chaque signataire à reconnaître la prééminence du Droit républicain sur tout autre juridiction. Comme à s’engager à dénoncer toute action contraire à l’ordre public.

Quant à la présomption de radicalisation pour tout fonctionnaire de l’Etat, celle-ci doit faire l’objet d’un signalement immédiat, d’une enquête et d’un fichage par les services de renseignements assorti d’une mention spécifique au casier judiciaire rendant impossible tout exercice d’un emploi sensible dans le public ou le privé. Et bien-sûr d’une expulsion immédiate de l’intéressé du service concerné.

En outre si l’on veut venir à bout du fondamentalisme musulman il faut se doter de tout l’arsenal législatif nécessaire.

La question de la déchéance de nationalité pour les binationaux coupables ou complices d’actes terroristes ne doit plus être évitée. Elle doit s’imposer comme une évidence et comme un symbole fort qui marque la limite au-delà de laquelle on s’exclue soi-même de l’appartenance à la communauté républicaine.

Toute personne reconnue pour son appartenance ou son soutien à des organismes à caractère terroriste ou dont l’action est susceptible de menacer l’ordre public doivent être déchue du droit de vote, du droit de se présenter à des élections, du droit à percevoir toute prestation sociale : Assedic, retraite, Sécurité Sociale, prestations familiales, aide au logement…

L’objectif doit être de rendre quasiment impossible pour une personne résolue à s’engager sur la voie djihadiste de vivre normalement sur le territoire français. A moins d’être soutenue financièrement par les organismes dont elle dépend, ce qui facilite la traçabilité des financements et la surveillance des réseaux.

Le communautarisme étant le berceau de l’islamisme, aucune liste électorale se revendiquant comme musulmane ou représentative d’une communauté ne peut être admise à quelque scrutin que ce soit. L’existence de telles listes est elle-même contraire aux principes de notre République. En outre l’idée qu’une religion puisse faire avancer ses idées par de telles voies heurte frontalement le principe de laïcité.

Concernant le port de signes religieux ostentatoires dans l’espace public qui posent problème parce qu’il se réfèrent à une forme d’Islam radical, il est temps de faire preuve de résolution et de fermeté. Notamment en ce qui concerne les vêtements qui représentent une forme d’asservissement de la femme et ne constituent pas une prescription coranique. En toute logique seul le port du hijab (simple voile) peut être toléré, à l’exclusion de tout lieu public placé sous l’autorité de la République : école, mairie, hôpital, administration… Le hiqab, la burqa, le tchador et leurs dérivés (burqini…) doivent être partout proscrits. Aucune tolérance ne peut plus être permise à ce sujet. Ceux qui les défendent doivent être pénalisés.

La prévention de la radicalisation chez les jeunes doit être envisagée dès le plus jeune âge. Des cours d’éducation civique obligatoires doivent être dispensés dans toutes les écoles, publiques ou privées, sur le territoire national. Ils doivent être animés par des professeurs laïcs et comprendre une initiation aux valeurs et principes de la République, aux règles de comportement en société, ainsi que des notions objectives sur l’histoire des grandes religions. Ils doivent veiller à stimuler l’esprit critique, l’exercice du libre arbitre, le respect d’autrui et l’engagement pour le bien commun.

Cette prévention devra aussi s’appliquer à identifier très en amont les populations les plus perméables au danger de radicalisation.

Dans un contexte d’accroissement prévisible de la pression migratoire, les pouvoirs publics doivent veiller, en concertation avec nos partenaires européens, à exercer une attention particulière au sort des migrants. Car ceux-ci figurent parmi les plus fragiles et les plus exposés aux risques de récupération par des réseaux très marqués idéologiquement.

L’Etat doit donc s’impliquer bien plus qu’il ne le fait dans l’encadrement et l’assistance aux migrants. Non seulement pour leur assurer des conditions de vie décentes, mais aussi pour éviter qu’ils ne soient livrés à des associations humanitaires présentant parfois d’objectifs dangers d’endoctrinement idéologique.

Enfin l’Etat doit mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour éviter que ne perdurent dans certaines banlieues des territoires de non-droit où l’autorité publique n’est plus respectée. Territoires où la criminalité se développe, où la sécurité des habitants n’est plus assurée, mais aussi où la charia s’impose parfois contre les lois républicaines. Cet objectif doit être poursuivi au nom de la liberté et de la vérité, et non d’une simple volonté sécuritaire.