En Marche vers le 21e siècle ! Oui, mais lequel ?

Mis en avant

start_09

Avec l’élection d’Emmanuel Macron au terme de 6 mois de campagne d’une violence inouïe, la France est enfin entrée aux forceps dans le 21 e siècle.

Elle vient de purger tout son appareil politique, de dynamiter les partis traditionnels, de dégager toutes les têtes d’affiches, aidée par les deux taons sécessionnistes Le Pen et Mélenchon.

Et de se faire des frayeurs avec un thriller inspiré de la Grande Terreur, du Cuirassé Potemkine et de la Nuit des longs couteaux.

La purge digne des procès de Moscou va se poursuivre lors des législatives.

Un très grand nombre d’apparatchiks et de seconds couteaux sont d’ores et déjà sur la rampe de dégagement. Ils ont perdu leurs illusions et sont contraints de solder les comptes d’une carrière trop vérolée par l’affairisme, le clientélisme, l’opportunisme et la langue de bois.

A l’image de Manuel Valls, qui après avoir trahi la gauche, trahi Hollande, trahi Hamon, trahi le PS, rêve encore de trahir Macron.

Beaucoup trop pressés de se recycler dans la nouvelle République en Marche vont bientôt y laisser des plumes. Voire la tête.

Une nouvelle génération accède au pouvoir : les momos quadragénaires et quelques yoyos trentenaires poussent la génération bobo vers la retraite anticipée.

Exit donc la drauche et les goitres.

Exit la France à Papa des nostalgiques du Général ou de Tonton.

Exit les politicards rances, réacs et corrompus.

Exit la Social-démocratie molle et les ayatollahs de l’Ecologie.

Exit le sombre spectre d’un retour à la France de Pétain et la guerre civile annoncée entre néonazis apôtres du blanchiment au Kärcher et islamo-fascistes alliés aux puissances de l’Argent-roi.

Exit les rêves d’une France mitterrando-gaullienne qui donnerait des leçons de démocratie à l’Allemagne et à l’Europe, forcerait celle-ci à un aggiornamento de valeurs en prenant la tête d’une fronde des nations méridionales en croisade contre les Nantis hanséatiques, la Banque Européenne et l’oligarchie financière mondiale.

Place au Neuf !

Le Chant du Renouveau auquel seuls quelques gogos ont vraiment cru durant la campagne s’incarne aujourd’hui enfin sous les traits d’un puissant Appel d’air.

La France de 2017 ne sera donc ni une réplique de la clownerie trumpiste, ni à la botte glacée de Poutine.

Oubliés les scénarios frexistes et frontistes de droite comme de gauche.

On en oublierait presque que désormais c’est En Marche forcée vers le Meilleur des mondes imposé par le système.

Dans le peu d’espace de souveraineté et de liberté que nous laissent encore les institutions mondialistes, quelle nouvelle configuration politique va se mette en place sur les ruines du monde ancien pour improviser une parodie de démocratie et jouer la farce du Pouvoir ?

Puisque les Français sont incapables d’étendre leur constellation au-delà du périphérique et leur contemplation au-delà de leur nombril, dans quel sens va-t-on l’écarquiller pour en faire surgir des reliefs spectaculaires ?

Le 21e siècle a commencé sans la France il y a plus de 15 ans avec les attentats du 11 Septembre.

Cet électrochoc dans la Conscience collective, instrumentalisé sinon orchestré de hautes mains, avait brutalement signé la fin de l’Histoire des états-nations.

Au concert pacifique des Nations Unies il avait substitué le spectre apocalyptique du Choc des civilisations.

On a ainsi amusé la galerie avec des croisades contre l’Axe du Mal, puis un nouveau Califat fantoche.

Afin de subtiliser aux yeux des masses subjuguées le seul axe qui désormais oriente toute la marche du Progrès planétaire. Celui d’un Nouvel Ordre Mondial soumis aux lois de la finance, tendu vers un Bonheur consumériste, en équilibre instable sur le fil de la croissance tel un équilibriste sans filet suspendu au-dessus du vide.

Ignorante de ces réalités pourtant essentielles qu’elle rejette d’un ricanement hautain en les taxant de complotisme, la France continue de jouer à faire des rois pour les guillotiner dès qu’on lui rend la main. Sans voir que l’Histoire s’est subitement accélérée et l’a abandonnée sur bas-côté telle une vieille dame aussi encombrante et inutile qu’arrogante et futile.

En à peine 6 mois entre les primaires socialistes et le second tour des présidentielles, la France s’est vue déposséder de ses défroques de douairière et kidnapper ses dernières illusions de Patrie des droits de l’homme par un gamin facétieux qui lui a tout piqué sans jamais rien lui promettre d’autre qu’un mirage pompeusement baptisé « Notre projet ».

Aujourd’hui le seul projet qui vaille a abouti avec une ample succès : faire élire Emmanuel Macron et repousser la furie frontiste dans les émonctoires d’une Histoire honteuse d’où elle n’aurait jamais dû resurgir.

Et maintenant, que vais-je faire ?
De tout ce temps que sera ma vie ?
De tous ces gens qui m’indiffèrent
Maintenant que tu es partie…

Voilà où est en Marianne après une nuit de noces à peine escamotée face à tant d’austère gravité.

Le 21e siècle dans lequel elle se réveille au lendemain du 7 mai a le parfum de l’Exil et l’aridité drue des cimes rocailleuses où personne ne l’avait jusqu’ici entraînée.

Finis les verts pâturages des collines de Normandie, les vaches rousses blanches et noires sur lesquelles tombent la pluie ! Finies les rillettes Bordeaux-Chesnel, et le petit jaja qu’on se jette en sifflant Le Temps des cerises !

Place aux rigueurs marmoréennes d’une France « efficace et juste », à peine adoucie par le refrain têtu d’un harangueur de hangars descendu de son estrade pour faire les comptes et fourbir ses bataillons de petits soldats issus de la « société civile » et en marche pour bâtir la Nouvelle Société tant promise.

Le seuil de ce 21e siècle enfin franchi, la France croit déjà recouvrer sous les vivats unanimes une place de Diva dont elle n’aurait jamais dû s’absenter. Mais derrière les cotillons en pastoc et les airs de fin de banquet, que lui réserve-t-il au juste ?

La France vient de rejoindre le concert des nations embarquées de gré ou de force dans le tourbillon de la mondialisation.

Elle frétille car ce dépucelage auquel rien ne semblait pouvoir la soustraire sera finalement consommé dans les bras d’un charmant jeune-homme au large front et aux grands yeux bleus, très poli et même un peu trop sage. Et non dans le costard poisseux d’un vieux kakou rescapé du Titanic sarkozyste, parangon de la famille tradi, pétri de Sens Commun et que rien ne peut décoincer pas même le vin de messe ou le parfum des billets de banque.

Mais sauvée du péril fasciste et propulsée dans la cour des grands, Marianne va-t-elle continuer de jouer les figurantes en faisant comme à son habitude semblant de tirer les ficelles ? Ou va-t-elle pouvoir enfin faire entendre à nouveau sa belle voix de soprane pour entonner le cantique des Droits de l’homme dont elle est la si fière et jalouse interprète ?

Pour cela il faudrait que les Français aient conscience de leur identité, de leur vraie place dans le monde, de leurs atouts et de leurs ressources face aux enjeux du siècle.

Or là c’est le blackout complet.

Déjà c’est la panique pour s’orienter sur le Monopoly hexagonal, entre la case Prison, les ors de la rue de la Paix et les trottoirs de Belleville, les Taxes & Consignations, les erreurs de la Banque en votre défaveur et une spéculation immobilière déchaînée où la Chine et le Qatar ont déjà raflé les plus belles artères.

Alors de là à s’imaginer en capitaine d’un vaisseau fantôme embarqué entre les cyclones tropicaux, les ressacs monétaires, les pirates de la finance et les ressacs du Marché, il ne faut pas trop en demander.

Pourtant ce siècle déjà bien entamé est sans doute le plus important dans toute l’Histoire de l’humanité.

L’enjeu n’en est rien de moins que l’arbitrage entre un suicide collectif annoncé et le saut de conscience vers un nouveau paradigme qui nous tend les bras.

Et ce paradigme n’a pas de « nouveau » que l’emballage.

Il s’agit d’accoucher ensemble ni plus ni moins que de l’homme de demain.

Un homme qui ne soit ni un avatar désenchanté du progrès matérialiste. Ni un barbare sanguinaire rescapé d’une mémoire trop longtemps cadenassée par la Raison triomphante portée par un Occident hégémonique. Ni un éparpillement de confettis centrifuges aussi riquiqui et obsolètes que désolidarisés. Ni un engloutissement dans un Grand Tout confusionnel aux stéréotypes dictés par la Matrice.

La France aurait un rôle éminent à jouer face à un pareil défi. Si elle acceptait de décoller son regard de ses écorchures hexagonales, de s’ouvrir pour de vrai au vaste monde en plein bouleversement, de chausser des lunettes vraiment neuves, d’abandonner ses lubies droits-de-l’hommistes totalement has been et déconnectées du réel, de cesser de s’ériger en modèle de vertu et d’apprendre à penser la réalité avec un peu moins d’orgueil idéaliste et un peu plus de pragmatisme confiant.

Pas sûr qu’il faille pour cela compter sur un nouveau monarque ni une recomposition politique.

Encore que si l’on ne s’arrête pas qu’aux petites combines médiatiques, l’occasion pourrait en fournir l’amorce sinon le prétexte.

Bienvenue dans le Monde d’après !

Reste à s’engager pour accoucher enfin du monde d’aujourd’hui !

Un monde où il fasse mieux vivre, où chacun ait vraiment sa place et sa chance, où la course au fric ne soit plus l’Alpha et l’Oméga de la raison d’exister.

Un monde qui déjà émerge et où 7 milliards d’humains ne seraient plus seulement connectés que pour produire et consommer toujours plus de machins inutiles en se retrouvant toujours plus seuls.

Un monde où les interactions de conscience à l’échelle planétaire ne serviraient pas qu’à partager la dernière pitrerie de Trump ou des gif animés de chats déféquant sur la lunette des chiottes.

Un monde où la science et les dieux, la raison et l’âme sensible seraient enfin réconciliés.

Et où tous seraient soucieux de contribuer au mieux-être collectif sans penser d’abord à soi ni devoir pour autant vendre son temps et sacrifier sa vie au bénéfice d’une poignée de thaumaturges confits dans leurs richesses et leur soif de pouvoir.

La France aurait un beau couplet à défendre dans ce nouveau monde pour le coup réellement en marche vers un Ailleurs qui est d’autant plus déjà présent et radieux qu’on accepte de tourner résolument le dos aux mirages du vieux monde agonisant.

Mais le pourra-t-elle avant de renoncer définitivement à paraître autrement que dans le souvenir d’une grande nation qui avait su jadis éclairer le monde de son génie ?

Peut-être, si nous le voulons bien. Et si nous le voulons vraiment.

Ou pas.

A nous d’en décider.

Mais sans trop tarder, car la roue tourne de plus en plus vite…

Publicités

Protégé : Avec Emmanuel Macron la politique se résume à une mystique

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Les 23 avril et 7 mai, ne laissons pas d’autres décider de notre avenir à notre place !

Mis en avant

Les 23 avril et 7 mai prochains, nous ne voterons pas seulement pour élire celui ou celle qui nous représentera pour 5 ans. Un président dont les pouvoirs, nous le savons tous, sont de plus en plus limités, dans une « démocratie » qui par bien des aspects relève davantage du symbole trompeur que d’une réalité.

Dans 5 et 20 jours, nous aurons à choisir entre plusieurs modèles de société. Et entre des avenirs radicalement opposés que nous imposerons aux générations futures.

Le modèle libéral, qu’on nous présente encore aujourd’hui comme la seule voie possible dans une économie mondialisée, a non seulement montré ses limites. Il a conduit la France vers son déclin et trahi les idéaux qui ont façonné l’Europe au sortir de la guerre. Il continuera demain de mener le monde vers le chaos et la destruction si nous ne sommes pas capables de lui substituer d’autres modes de vie, d’échange et de développement.

Cette idéologie qui prétend offrir le bonheur pour tous sur des seuls critères matérialistes, sert en vérité les intérêts d’une toute petite minorité. Assujettie aux logiques intrépides de la finance mondialisée et au culte de l’argent-roi, elle condamne à la pauvreté et à de nouvelles formes d’esclavage des milliards d’êtres humains. Et concentre les richesses et les pouvoirs dans les mains d’une élite toute-puissante.

Dénoncer publiquement cette vérité pourtant évidente et attestée vaut aussitôt suspicion de « complotisme », preuve que son hégémonie sur les consciences exerce un pouvoir quasi-totalitaire qui interdit toute expression d’une contestation objective et sereine.

Les conséquences des politiques menées au nom de cette idéologie sont pourtant désastreuses sur nos vies, l’avenir de notre espèce et de notre planète.

Le modèle de croissance hyperproductiviste et consumériste qu’elle défend dégrade notre environnement, épuise les ressources, ou en confisque l’accès en privatisant des éléments aussi essentiels que l’eau, les semences végétales, et pourquoi pas demain l’air respirable dans nos grandes cités surpolluées.

Elle instrumentalise les guerres et fabrique de la terreur à des fins politiques, stratégiques et financières. Elle déstabilise des régions, et tient sous son joug états et citoyens par le levier de la dette. Elle fait et défait les gouvernements, manipule les opinions grâce à des discours monolithiques validés par des « experts » et relayés par les médias. Elle nourrit les esprits des signes et modèles qui la servent grâce à l’industrie du divertissement.

Dans les sociétés dites démocratiques, elle repère et désigne ses champions, façonne leurs politiques, oriente leurs programmes avant de les faire adouber par les électeurs afin de mettre en application ses choix politiques et stratégiques dans une parodie de démocratie.

Aujourd’hui, au moins 2 des 11 candidats en compétition pour recueillir nos suffrages sont tout entiers au service de cette idéologie : François Fillon, qui incarne la poursuite du vieux modèle ultralibéral tel qu’il a été appliqué en Europe et aux Etats-Unis depuis 4 décennies. Et Emmanuel Macron, qui en constitue la poursuite sous les traits d’une apparence de renouvellement.

La promesse que le candidat d’En Marche ! entend incarner de redéfinir l’offre politique en dépassant le vieux clivage droite-gauche n’est nullement le fruit du hasard ni un simple slogan de campagne. C’est en vérité la résultante d’une stratégie conçue et appliquée de longue date par les stratèges néolibéraux américains. Ceux-ci avaient repéré très tôt ses talents et misé sur le potentiel de ce jeune énarque dont ils ont facilité l’accession éclair vers les plus hautes sphères de l’Etat, après une « formation » aux arcanes du libéralisme au sein de l’administration des Finances puis comme directeur-associé d’une grande banque d’affaires*.

La candidature d’Emmanuel Macron n’est donc aucunement la résultante d’une ambition ni de ses seuls mérites personnels. C’est une option préparée de longue date et qui demain permettra si le peuple lui offre ses suffrages d’accéder au pouvoir et d’appliquer une politique, qui loin de renouveler quoi que ce soit constituera le parfait prolongement des 3 mandats précédents, de Jacques Chirac à François Hollande.

La campagne inédite à laquelle nous assistons depuis 4 mois s’est construite sur le rejet des candidats traditionnels, mis-à-part François Fillon, dont les affaires n’auront pas réussi à ruiner le crédit auprès de l’électorat conservateur.

Elle s’est aussi orientée autour d’un nouveau clivage qui désormais oppose des candidats libéraux (« pro-système ») et des candidats qui contestent le modèle dominant et en proposent des alternatives plus ou moins réalistes : Benoît Hamon pour la gauche du Parti Socialiste, Jean-Luc Mélenchon pour le Front de Gauche, et Marine Le Pen pour le Front National.

Cette dernière séduit des électeurs déboussolés, excédés par le carriérisme et les mensonges des politiques traditionnels, inquiets des dérives de la mondialisation, l’immigration incontrôlée, la montée des extrémismes religieux et la menace terroriste. Prêts à adhérer à cette vision d’une France repliée sur elle-même, jalouse de son identité, et lancée dans une aventure qui romprait avec ses partenaires européens et ferait fi des bouleversements planétaires. Une perspective qui loin de nous protéger, précipiterait notre pays vers une faillite et un déclin assurés.

Benoît Hamon incarne à l’inverse un projet plus apaisé, résolument humaniste et par bien des aspects antinomiques des intérêts qui entendent pérenniser le modèle dominant. Il paye aujourd’hui le prix d’une campagne pas assez offensive ni suffisamment audible, en proie à des assauts incessants. Son projet a en effet été sans cesse minimisé, décrédibilisé, caricaturé en une « utopie irréaliste » portée par un candidat accusé d’être trop frondeur, isolé et incapable de rassembler son propre camp.

Jean-Luc Mélenchon séduit par son verbe mais son programme fait peur à beaucoup. On le décrit comme un crypto-communiste aux sympathies coupables pour des dictateurs latinos comme Chavez ou Castro, aux complaisances impardonnables pour Poutine voire le régime de Bachar El Assad.

Au-delà de ces raccourcis parfois fondés, souvent déformés, qui appellent plus d’esprit de nuance envers une personnalité complexe, la candidature de Jean-Luc Mélenchon cristallise des mécontents qui refusent la poursuite d’un modèle voué à l’échec, qui a depuis longtemps montré ses limites et son incapacité à endiguer les crises ; mais aussi des électeurs qui ne se résolvent pas à tourner le dos au monde ou à l’Europe en désignant des boucs émissaires et en divisant davantage les Français.

Cependant, au-delà de l’expression de ces mécontentements légitimes, le programme du candidat de La France insoumise incarne une toute autre vision du monde et de la France. Que ses opposants s’empressent de caricaturer en la décrivant comme irréaliste, dangereuse voire suicidaire. Mais qui par bien des aspects préfigure ce que sera le monde de demain s’il consent à s’inventer un autre avenir.

L’écologie en est l’un des piliers majeurs : elle est au cœur du programme de Jean-Luc Mélenchon, dont on peut gager que la conversion récente n’est pas qu’un simple artifice de façade destiné à renouveler le chant de l’internationalisme trop daté. Beaucoup d’idées inspirées par des experts sont réellement innovantes. Elles ont été pour certaines appliquées avec succès dans d’autres pays qui ont acté le tournant de la transition écologique et initié d’autres politiques de développement.

Les chances sont nombreuses en termes de recherche et d’innovation, d’économie alternative et de créations de nouveaux emplois, associées à une volonté de renforcer notre système de protection sociale au bénéfice des plus démunis.

Mais au-delà de la substitution d’un modèle ou d’une économie à une autre, c’est un véritable basculement de conscience qu’il permettrait d’opérer. La France est un pays qui jouit d’un réel dynamisme et d’un formidable potentiel intellectuel, culturel et d’innovation, hélas souvent occulté par sa coupable propension au déclinisme nombriliste.

Quant à la volonté de redéfinir les règles de fonctionnement d’une Europe à bout de souffle, totalement vendue aux intérêts des lobbies libre-échangistes, gageons que la France si elle se tient fermement déterminée à entraîner ses partenaires vers un aggiornamento de ses valeurs et de la règle du jeu européen, pourrait reprendre à l’Allemagne le rôle de moteur de l’Europe et réorienter celle-ci vers un avenir plus en phase avec les aspirations de ses peuples. En redonnant le primat à la justice sociale, à l’harmonisation des règles économiques et fiscales, en redessinant les axes de notre politique internationale commune. Ce que le non majoritaire à la Constitution européenne confisquée par le Traité de Lisbonne n’avait pas pu entériner.

Nous voici donc face à un choix crucial, qui est sans doute le plus important que nous ayons à faire depuis la Libération. Car il définira sans doute les contours de notre avenir commun pour les décennies à venir.

Ne cédons pas aux sirènes du marketing et aux mensonges des maîtres-chanteurs. Ne nous laissons pas abuser par des discours de façade destinés à nous endormir pour demain mieux nous asservir. Ni par des peurs qui nous feraient choisir par défaut un candidat inexpérimenté et sous influence en espérant échapper au cataclysme d’une France qui ferait bégayer l’Histoire en la renvoyant à ses pires démons.

Il nous reste 4 jours pour nous déterminer.

Soyons lucides mais aussi audacieux.

Misons sur l’expérience, la culture et le sens de l’Histoire, le pari du partage dans un monde ouvert et non menaçant ou replié sur lui-même : toutes ces qualités qui à l’évidence inspirent le candidat Mélenchon. Oublions ses aspérités qui dérangent et offrons-lui au moins la chance d’amender ses égarements en misant sur la sagesse et le pragmatisme mûris par l’expérience.

L’alternative qui s’offre aujourd’hui à nous est simple : nous entêter sur une voie qui conduit immanquablement à précipiter la ruine de notre humanité et de nos valeurs universelles, ou redonner le primat à l’imagination, à l’ambition et à l’initiative collectives, à l’humain, et acquiescer enfin au changement de paradigme conscientiel et civilisationnel qui nous ouvre les bras.

Bonne semaine. Et bon vote !


*Pour ceux qui douteraient de ces affirmations, lire cet article très objectif, factuel et éminemment sourcé écrit par un observateur expert en géostratégie : Macron ciblé par la CIA ?

La rafle de la Mémoire

Mis en avant

Marine Le Pen a sans doute trop été marquée par les égarements nationalistes de son mentor Paul-Marie Coûteaux, qui a méthodiquement formaté la candidate devenue présidente du FN et façonné sa « culture française » conformément à ses propres obsessions de crapaud souverainiste tout à tour idolâtre de Mitterrand, de Chevènement, de de Villiers puis du clan Le Pen.

Comme elle subit manifestement l’influence de l’un de ses maîtres à penser, l’immonde Eric Zemmour, qui ne sait plus quoi faire pour tenter de faire oublier ses origines prolétaires et juives-arabes, rêve d’une « France éternelle » aussi mythique qu’outrancière, dénature l’Histoire dans son dernier pamphlet Le Suicide français, au point de pasticher le Général en héritier de Maurras et de Barrès, et s’abîme dans un abject révisionnisme en réhabilitant la figure à ses yeux incomprise du Maréchal.

Je crois la fille du fondateur plus habile et moins marquée par l’idéologie nazie que son père. Mais ses amitiés jamais démenties pour des camarades d’Assas devenus des piliers du parti frontiste et jamais évincés malgré leur appartenance assumée aux pires factions antisémites comme le GUD en disent long sur sa complaisance et l’imposture d’un ravalement de façade orchestré uniquement pour attraper des gogos aigris par l’irresponsabilité objective des apparatchiks de « l’UMPS ».

La voici aujourd’hui face à ses contradictions, avec cette ultime provocation qui la renvoie aux outrances de son père qu’elle avait d’abord cru pouvoir remiser dans les oubliettes.

Depuis que le FN grimpe dans les sondages, les fachos qu’on avait priés de dégager des meetings relèvent la tête et donnent du coffre en multipliant les abjections.

Habile, la bourgeoise clodoaldienne qui se rêve en Madone des laissés-pour-compte n’est pas exempte d’un fatal faux pas, comme en témoigne cette sortie d’anthologie sur le Vel d’Hiv’. Il ne s’agit pas d’un dérapage contrôlé à la Papa, mais d’une bourde manifeste à peine calculée.

Car pour bien comprendre l’ignominie de son propos, il ne faut pas s’arrêter à ce qui scandalise au regard des standards éthiques contemporains et des discours admissibles quant aux pires heures de notre Histoire récente. Mais il convient de resituer sa déclaration dans un contexte historique et politique qui a vu l’opinion française opérer une mue salutaire sur un sujet hier encore tabou.

Au soir de la Libération la France s’était rachetée une bonne conscience en surfant sur les mythes de la Résistance. Tous les Français étaient subitement devenus gaullistes, défilaient sur les Champs-Elysées pour acclamer leur libérateur, quand une majorité suivaient le Maréchal quelque mois auparavant. Par peur, par fidélité au héros de Verdun qui prétendait les laver de la honte de la débâcle et des humiliations de l’Occupation, plus que par idéologie. L’Appel du 18 juin ne réunissait qu’une fronde minuscule de « terroristes » et d’hommes de l’ombre. Seuls quelques courageux ont vite compris que l’avenir de la France passait par Londres, l’alliance des vrais patriotes et des communistes alliés de Staline, si elle souhaitait en avoir un, sortir de la guerre avec les honneurs et faire entendre sa voix dans le concert des peuples libres victorieux de la barbarie nazie.

La déportation de 141.000 de ses enfants fut passée sous silence, la responsabilité de la France mise sous le tapi. Puisque l’Etat français n’était pas la République, la France ne pouvait être accusée d’avoir collaboré à ces horreurs, que beaucoup semblaient découvrir quand les premiers suivants d’Auschwitz débarquaient à l’Hôtel Lutétia.

La rhétorique républicaine, officiellement justifiée par le triomphe de la Résistance sur la collaboration, incarnée par la figure totémique du Général, et portée par le mythe gaullien de « la France éternelle », avait validé le sentiment unanime qu’il fallût mieux faire silence sur certaines vérités sombres source de désunion et passer ces crimes par pertes et profits, au nom de l’unité et de la dignité patriotiques retrouvées.

Seuls quelques historiens opiniâtres ont osé déterrer des non-dits, mais personne ne voulaient les entendre. Jusqu’à ce que les cicatrices se refermant et les générations passant on put enfin regarder notre Histoire avec davantage de sérénité et d’objectivité.

Jacques Chirac a eu ce courage blasphématoire aux yeux de certains de faire amende honorable, en présentant les excuses officielles de la France à ses enfants livrés à l’ennemi. Quitte à rouvrir des plaies et se mettre à dos une bonne partie des gaullistes qui ne goûtaient guère qu’on pût ainsi briser un tabou bien commode et renverser le tabernacle immaculé érigé par leur grand-homme.

Marine Le Pen s’attire aujourd’hui un opprobre légitime, non par son relativisme qui ravive des mémoires meurtries, mais parce qu’elle surfe sur cette ambigüité républicaine. Son but est sans doute moins de laver la France de Vichy de ses crimes bien qu’elle soit l’objective héritière de cet embarrassant courant qui porta l’extrême droite française au pouvoir entre 1940 et 1945, que de blanchir à contre-courant la France dont elle rêve et qui n’existe que dans ces lubies d’une culpabilité qu’on lui servirait injustement à propos de la Shoah et qui selon elle serait injustifiée.

On reconnaît bien là la patte de Zemmour, qui sans se compromettre dans les excès d’un Soral ou d’un Faurisson manipule les faits pour asseoir ses propres mythes d’une France qui n’a jamais existé et renvoyer la responsabilité de sa décadence sur des boucs émissaires commodes que sont les enfants d’immigrés, l’Islam et leurs thuriféraires complaisants, ces anciens soixante-huitards devenus des bobos alliés au capitalisme. Lesquels auraient abîmé la France dans un « déconstructivisme » coupable, l’auraient vendue aux intérêts américains pour la laisser aujourd’hui en lambeaux. Les mêmes thématiques qu’on retrouve à longueur de meetings dans la bouche de sa disciple dévote.

Accuser Marine Le Pen d’antisémitisme brut de décoffrage est un mauvais procès. Qui ne fera que la renforcer dès que sera de nouveau entonné le sempiternel refrain de la victimisation injuste des « vrais patriotes » défendant la France contre ceux qui veulent la détruire.

Pour résister à cette provocation, il faut plus intelligemment en appeler à l’évolution de la conscience historique, qui a exhumé du shéol de l’Histoire tout un pan rejeté de notre mémoire collective. Non pour accuser la France de crimes qu’elle a effectivement commis, même si tous les Français de l’époque ne sont évidemment pas coupables. Mais pour faire acte de repentance collective en assumant la responsabilité commune en dépit des hauts faits de la Résistance qui s’y était opposée, seule condition d’un vrai pardon et d’une vraie réconciliation de tous ses enfants.

Briser ce nouveau pacte républicain c’est revenir 70 ans en arrière et gommer tout le travail historique et l’amendement éthique réalisés trois générations après ces tragiques événements.

On n’écrit pas l’Histoire à reculons. Or c’est exactement ainsi que procède le FN dans sa mythologie, sa rhétorique et son programme fou conçus pour une France qui non seulement n’a jamais existé mais ne pourra jamais plus revivre compte tenu du chemin parcouru et des enjeux qui la situent dans une inévitable perceptive ouverte et mondiale. Sa seule chance c’est de saisir cette mondialisation tant redoutée, non comme une fatalité à repousser mais comme une chance pour redonner du sens à une Europe qui a trahi ses pères et s’est vendue sur l’autel du dieu Mammon.

Le FN est le dernier parti qui pourrait opérer cette transformation. Car il ne se nourrit que de mythes et de rancœurs accumulées et entretenues pour manipuler les esprits les plus faibles en cultivant la haine sur le terreau de ressentiments légitimes.

Si les esprits savent faire preuve de discernement plus que d’offuscations-réflexe dictées par la peur de la peur, ce parti est mort dès à présent. Faisons en le pari et ne cédons surtout pas au piège d’une condamnation qui serait vouée à l’échec si elle ne s’appuyait que sur de mauvais arguments.


Pour plus de détails sur l’évolution historique de la mémoire de Vichy, lire cet excellent article d’Henry Rousso, historien et directeur de recherches au CNRS : « Après la déclaration de Marine Le Pen sur le Vel d’Hiv, quelle responsabilité de la France et des Français sous l’Occupation« 

La « fin du travail », ou le commencement d’autre chose ?

Mis en avant

Les élections présidentielles de 2017 ont fait de la question du travail comme ressource et comme valeur un thème central des débats.

Pour la plupart des candidats (principalement Macron, Fillon et Mélenchon), il faudrait s’en tenir au modèle classique : seule la contribution sous la forme d’un travail fourni à la collectivité peut justifier l’attribution d’un revenu à chaque individu valide et en âge d’exercer une activité.

Les candidats de gauche (Hamon et Mélenchon) font toutefois du thème de la protection sociale l’un des acquis à préserver impérativement compte tenu des menaces que font peser leurs remise en cause par les aménagements comme la loi El Khomri, symbole de la victoire du libéralisme et des « cadeaux faits au patronat » par un gouvernement prétendument socialiste.

Benoît Hamon bouleverse radicalement l’équilibre classique entre la vision classique des revenus issus du travail soumis à l’arbitraire des entreprises et celle du protectionnisme social étatique. En proposant pour la première fois dans l’histoire française de créer un revenu universel sans conditions d’attribution.

Une mesure polémique que son promoteur justifie par la perspective d’un proche avenir marqué par la raréfaction du travail, du fait de l’essor des nouvelles technologies et de l’amélioration de la performance productiviste, et conduisant au remplacement généralisé des employés par des robots.

Selon cette conception nouvelle, le travail ne serait plus la condition principale pour se voir attribuer un revenu dépendant de sa force de travail et de la valeur ajoutée produite, des mérites obtenus au terme d’une vie de travail passée à cumuler des points de retraite, ou de sa situation provisoire ou définitive d’incapacité à exercer une activité : chômage, invalidité, maladie, congé de maternité, formation…). Ce serait un revenu attribué à tous, de façon exclusive ou complémentaire à d’autres rémunérations, qui permettrait à chacun de vivre décemment, de se loger, se soigner et d’élever ses enfants. Sans pour autant être tenu à exercer une mission d’intérêt général pour justifier l’octroi d’une aide minimum comme le RSA, ou une tout autre contribution citoyenne pour mériter d’être payé sans travailler.

Quant au Front National, il bouleverse les clivages politiques habituels entre droite et gauche en proposant un modèle fondé à la fois sur le protectionnisme et la préférence nationale, un scepticisme radical à l’égard du système et des institutions mondiales et européennes qui en sont l’armature institutionnelle, et une volonté de « protéger » les catégories populaires contre toutes les « insécurités » liées à l’économie sauvage, au pourvoir de la finance, au terrorisme, à la violence sociale et au communautarisme.

Outre son coût exorbitant, la plupart de ceux qui réfutent l’idée de revenu universel qualifiée d’irréaliste, utopiste, démagogique voire scandaleuse, le font par fidélité au principe qu’on ne peut rémunérer quiconque sans contrepartie. Que tout revenu suppose sinon un travail du moins un échange d’intérêts réciproques, qu’il s’agisse de négocier de gré à gré ou de matérialiser par un échange financier le lien qui relie chaque individu à l’ensemble de la société.

Selon cette vision traditionnelle, rien n’est gratuit, tout se gagne. Et toute rémunération ne peut être conçue que comme la contrepartie d’un apport personnel au bien-être collectif. Le revenu est donc de fait la sanction du mérite personnel. Principe qui fonde la valeur travail autrement que selon le critère économique de « valeur ajoutée », mais selon le concept sociétal de « plus-value sociale ».

Une vision totalement contredite par les usages de la finance mondialisée, qui crée de la richesse instantanée par des simples jeux d’écritures comptables gérés par des ordinateurs, et permettent de constituer en un temps record des fortunes colossales sans aucun effort sinon l’aptitude à jouer avec les flux financiers.

La vision protestante qui fonde les valeurs du capitalisme et donne son sens au travail avait accrédité l’idée que la prospérité et la fortune personnelle, loin d’être un motif de honte ou d’envie liés à la possession des uns au détriment des autres, était au contraire la manifestation d’une gratification divine en vertu des mérites personnels. Notamment pour ceux qui par leurs efforts et leur persévérance à entreprendre utilisent leur richesse personnelle pour créer des usines, du travail, faire ainsi fructifier leur bien en investissant ou en faisant circuler le capital dans l’intérêt du plus grand nombre.

Selon ce modèle, le travail n’est aucunement une fatalité à laquelle chacun doit se soumettre pour vivre, mais au contraire une source d’épanouissement aussi bien pour le chef d’entreprise qui voit celle-ci prospérer que pour ses employés qui ont la chance d’y contribuer.

A la fin du 20e siècle, on en est même venu à croire et à faire croire que le travail était non seulement un motif de satisfaction et de fierté personnelles, mais un lieu, sinon « LE » lieu par excellence d’épanouissement individuel et collectif.

On a ainsi fait de l’entreprise une nouvelle religion. Et l’archétype de la société idéale, où chacun viendrait échanger des compétences, des ressources, des savoirs, des savoir-faire et même des savoir-être, au sein d’un espace conçu pour l’efficacité maximale et le bien-être de tous. Mais aussi un lieu régi par culture et un système de valeurs unanimement partagés, et sanctifié dans de véritables « constitutions » locales que sont les « projets d’entreprise » et autres « chartes éthiques ».

On a vite compris que ces belles déclarations orgueilleuse étaient en réalité plus des outils de management destinés à s’assurer l’allégeance totale et béate des cadres et des employés pour atteindre plus facilement les objectifs de l’entreprise, qu’elles ne reflétaient une volonté sincère de construire une société de l’Excellence visant sur la réalisation du bonheur pour tous au travail, en permettant à chacun d’exprimer tout son potentiel et de donner le meilleur de lui-même en tendant vers toujours plus d’efficacité et de perfection.

____________________

Quelques précisions pour comprendre comment la valeur travail a évolué au cours des derniers siècles.

1/ « S’épanouir dans un travail » est en réalité un dogme plus qu’une réalité. Un dogme qui s’est généralisé très fortement dans les sociétés occidentales à partir des années 1980. Il a conduit à faire admettre à des employés et des cadres stressés et asservis à leur fonction qu’ils peuvent se réaliser intellectuellement, psychologiquement, socialement et culturellement en accomplissant un travail pour lequel il n’était pas forcément faits et qu’ils n’appréciaient pas forcément. Un moyen éprouvé pour créer de « bons petits soldats » efficaces, consentants et heureux de fabriquer du bonheur en toc pour les masses ou de vendre les produits phares de Procter & Gamble, Nestlé ou Apple.

2/ En Occident, ce mensonge institutionnel a remplacé la vision traditionnelle héritée du judéo-christianisme selon laquelle le « labeur », à savoir l’enchaînement à un travail physique éprouvant pour cultiver une terre hostile et « gagner sa vie à la sueur de son front », et partant de « la souffrance », constituaient la condition existentielle de tout être humain depuis péché originel et la chute d’Adam. Avec l’idée tordue développé par le catholicisme doloriste que la souffrance était non seulement nécessaire et inévitable mais un facteur de rédemption : plus on trime dur, plus on rame, plus on souffre en silence en acceptant son sort, et plus on gagne son Ciel, à défaut de mériter une considération légitime.

3/ De la même manière que les serfs et les tâcherons dans la société féodale étaient à peine plus émancipés que les esclaves de leurs maîtres dans l’Antiquité romaine, le capitalisme industriel a utilisé ce mythe du « travail » comme valeur soumise à ‘arbitraire des décideurs issus de la classe possédante pour exploiter toute une catégorie de travailleurs payés juste de quoi survivre en échange d’un travail mécanisé, segment, souvent répétitif et à valeur intellectuelle quasi nulle. Qui plus est sans garantie de maintien dans l’emploi, sans couverture sociale, dans des conditions sanitaires, de pénibilité et de sécurité déplorables qui diminuaient considérablement leur espérance de vie.

4/ Marx qui croyait à cette vision économique d’une société productiviste scindée entre Capital et Travail a cru pouvoir émanciper les masses laborieuses grâce au mythe de la Révolution prolétarienne sensée redonner la prépondérance au travail sur le capital et précipiter l’avènement d’une société juste, égalitaire et apte à garantir le Bonheur universel. On a vu les résultats partout où cette idéologie a été mise en place sous forme de système politique et économique étatique…

5/ Après l’effondrement du bloc soviétique, la conversion de la Chine au capitalisme et la fin des idéologies totalitaires qui avaient failli détruire le monde au 20e siècle, le libéralisme dit « progressiste » (capitalisme teinté de social-démocratie) s’est imposé comme la seul modèle a priori « juste » et viable pour garantir la croissance continue, seule moteur possible du développement économique, mais aussi les libertés individuelles, la justice sociale, l’extension des droits de l’homme à tous les peuples et la paix mondiale. Un modèle formalisé dans le concept de « Nouvel Ordre Mondial » promu à partir de la décennie 1990 par les néoconservateurs américains, les élites occidentales et incarné par les grandes institutions mondiales (ONU, OMC, UE, Banque Mondiale…) conçues comme l’embryon d’un futur « gouvernement mondial » jugé indispensable pour maintenir la paix et construire et encadrer une société prospère fondée sur la liberté totale des échanges et l’autorégulation par les marchés.

6/ Après la chute du mur de Berlin, avec la multiplication des guerres « préventives » conduites par les néoconservateurs et justifiées par le projet de renverser des dictatures ou de lutter contre le terrorisme pour instaurer la démocratie au Moyen-Orient, face aux injustices engendrées par le libre-échange et la financiarisation de l’économie, ce modèle incarné par la mondialisation économique est vite apparu non pas comme la réalité libérée de l’idéologie et le meilleur des monde souhaitable, mais come ce qu’il est : une idéologie comme une autre qui s’était imposée comme le modèle dominant imposé à toute la planète. Avec les restructurations industrielles, les mutations technologiques, l’augmentation du chômage de masse et l’avènement de la société des loisirs, on a commencé à s’interroger sur la valeur « travail » et à considérer que celui-ci n’était pas nécessairement le but de l’existence, une nécessité universelle et absolue pour gagner sa vie, ni la seule voie d’épanouissement personnel pour les individus et le seul facteur de création de lien social à valeur ajoutée.

7/ La critique de ce modèle s’est renforcée avec les excès et l’échec des politiques ultralibérales d’austérité conduisant une majorité de salariés à travailler toujours plus pour gagner moins alors que leur pouvoir d’achat diminuait et qu’une grande partie étaient condamnés à un assistanat chronique précarisant et dévalorisant sous forme de chômage de longue durée, de départ en retraire forcé et anticipé, de contrats précaires et autre voies de garage destinées à faire baisser les statistiques du chômage : formation de longue durée, reconversion, congé sabbatique, etc… L’alternative fournie par d’autres modèles émergents (altermondialisme, décroissance, écologie, développement durable, économie participative…) a accru cette suspicion à l’égard d’un modèle incapable de juguler les crises systémiques, de redresser l’économie, de vaincre le chômage et d’assurer le bonheur consumériste pour tous.

8/ Aujourd’hui le travail n’apparaît plus comme LA valeur universelle et le passage obligé pour vivre, s’épanouir, contribuer au bien-être collectif et trouver sa justification existentielle, sociale ou même spirituelle. Force est de reconnaître qu’il existe bien d’autres voies et modèles. Et ceux qui se cramponnent au travail comme seule activité contributive à la collectivité justifiant une rémunération ou seul mode d’existence paraissent archaïques et en perte de vitesse.

9/ Le Revenu Universel défendu par Benoît Hamon est la seule mesure qui pose en terme de projet social, économique et politique les bases d’une société en émergence où tous les êtres humains adultes et aptes ne seraient plus condamnés à travailler la majeure partie leur vie et la plupart du temps à contrecœur ou en réalisant des tâches ingrates, en prenant ou appliquant des décisions contraires à leur éthique, afin de gagner leur vie, d’être rémunérés à hauteur de leur valeur ajoutée sinon de leurs talents, de consommer toujours plus pour répondre à des besoins artificiels, de justifier leur existence et leur place dans la société en fonction de leur contribution au système, de leurs compétences et de leur efficacité.

10/ L’idée libérale et marxiste que le travail non seulement produit des biens et services mais « crée de la richesse » (valeur ajoutée) est aujourd’hui caduque. Avec le développement de la société de l’information et du partage des connaissances, la véritable valeur ajoutée apparaît non plus en termes d’unité d’échange à somme nulle, mais de jeux à somme positive. Selon ce modèle, toute connaissance partagée augmente la richesse de tous les acteurs de façon géométrique, au lieu de la répartir de façon arithmétique comme c’est le cas pour les biens matériels et de l’argent dès qu’ils changent de mains entre le vendeur et l’acheteur.

11/ Un nouveau paradigme économique et éthique se développe aujourd’hui, où les échanges ne sont plus fondés sur l’appauvrissement des uns au bénéfice des autres mais sur l’augmentation exponentielle de la richesse cumulée à mesure que les échanges se multiplient. Plus il y a d’acteurs interconnectés et plus il y a d’accroissement de la richesse globale également répartie. A l’inverse du système libéral où pour qu’une infime minorité concentre le maximum de richesses, il faut organiser économiquement la raréfaction des ressources, la pauvreté du plus grand nombre, et l’esclavagisation de ceux qui produisent loin de centres de décision.

12/ Le travail dans sa version classique n’est donc plus viable. Il faut urgemment imaginer et mettre en place d’autres modèles.

13/ Si le travail n’est pas le seul moyen d’épanouissement personnel et de contribution au bien commun, il peut parfois l’être. En tout cas, toute activité peut remplir ce double rôle. Y compris les activités non monnayables et dont l’efficacité ou la valeur ajouté n’est pas apparente. Comme les activités artistiques qui créent du sens ou les activités spirituelles qui créent de la réalité. En effet selon les lois de la physique quantique, rien n’existe autrement que créé par la conscience. Toute apparente réalité physique expérimentée comme extérieure à nous n’est qu’illusion. Donc tout effort conscient de la conscience se concentrant sur la création de représentation de représentations positives par la méditation ou la prière, surtout collectives crée immédiatement les champs d’attraction et de forme qui rendent la réalisation effective de ces concepts possible et plus facile.

14/ La civilisation de demain sera donc une civilisation de l’Esprit, de l’interconnexion vécue dans la contribution consciente de tous au bien de tous, de paix et d’intrication universelle de l’homme à l’Univers tout entier. Et non une société de l’abondance matérielle comme le rêvent les partisans du modèle. Pour l’heure la transition vers ce nouveau paradigme de conscience et d’humanité passe par la « société de l’information », dans laquelle les distances, les différences et les modes d’appropriation et de contrôle des savoirs tendent à se dissoudre pour générer un système ouvert d’échanges libres, permanents et aux effets infinis.

La « démocratie holographique ». Pourquoi 2017 ressemble à tout sauf à une élection présidentielle.

Mis en avant

Élire c’est choisir, nommer, investir.

Selon la Constitution de 1958, le Président de la République est élu pour 5 ans au suffrage universel direct. Il est donc théoriquement l’émanation du pouvoir souverain du peuple, son représentant direct, le garant de la cohésion nationale et des institutions.

Dans le cas de la campagne présidentielle de 2017 tout est fait pour occulter tout débat de fond et interdire tout véritable choix entre plusieurs options politiques clairement identifiées.

Au contraire, tout est conçu pour décrédibiliser la classe politique, attiser les ressentiments et canaliser les suffrages sur des options de repli alimentées par des réflexes émotionnels.

Jamais élection n’aura aussi peu mérité son nom, tant celle-ci évoque une parodie de démocratie où la politique-spectacle s’abaisse au rang des jeux du cirque.

Bien évidemment une telle dénaturation du processus électoral n’est pas le fruit du hasard mais le résultat d’une stratégie méticuleusement mise en place en vue de maquiller les vrais enjeux, de tenir à distance l’électorat des vraies décisions et de noyer toute souveraineté du peuple dans un hologramme politique trompeur.

Le phénomène n’est pas nouveau mais il est particulièrement évident dans cette campagne inédite.

Décryptage d’une campagne fantôme savamment orchestrée pour faire élire un candidat investi par avance par le système.

Acte 1 : On dégage !

Orienter les primaires de manière à sortir les candidats portés par les partis de gouvernement ou adoubés par les sondages : Sarkozy, Juppé, Valls, après Hollande auto-dissout pour cause d’échec de sa mandature.
Présenter cette configuration inattendue comme la résultante d’une volonté populaire de renouvellement de la vie politique et un rejet des candidats traditionnels.

Acte 2 : Haro sur la corruption !

Plomber la candidature du seul candidat « classique » rescapé des primaires et pronostiqué vainqueur, grâce au Penelopegate. En faire le point focal du ressentiment populaire à l’égard des politiques en le présentant comme l’archétype de la corruption.

Acte 3 : Les raisons de la colère

Noyer la campagne dans un climat permanent d’affaires et de révélations pour occulter tout débat de fond et cristalliser l’opinion autour de réflexes émotionnels.

Acte 4 : La grande terreur

Dramatiser la campagne autour de la montée du FN et sa possible accession au pouvoir, même si les intentions de vote stagnent et si tous les sondages donnent Marine Le Pen battue par chacun de ses adversaires au second tour.

Acte 5 : Faire croire au mirage

Faire monter artificiellement la cote de popularité et les intentions de vote en faveur de Macron en alimentant la bulle médiatique autour du candidat.
Susciter un vote d’impulsion plus que d’adhésion grâce à un véritable concept marketing créé autour de la figure Macron : dilution des clivages gauche-droite, distanciation d’avec la politique menée par Hollande et Valls, gommage de l’absence de programme au profit d’une image factice et mensongère de renouveau, de dynamisme, de bienveillance, de probité et d’indépendance par rapport au système.

Acte 6 : Ridicules !

Décrédibiliser les seuls vrais candidats de rupture porteur d’un projet viable, humaniste et alternatif au système : Hamon et Mélenchon.
Attiser la division entre les deux rivaux afin d’empêcher tout ralliement.
Minimiser leur couverture médiatique par rapport aux autres candidats.
Décrédibiliser systématiquement leurs interventions médiatiques en faisant en sorte que les journalistes multiplient les interruptions et critiques ironiques : cf. les débats dans L’Emission Politique de Hamon et Mélenchon comparées à celle de Marine Le Pen, véritable boulevard pour la candidate.

Acte 7 : Odeur de sainteté

Créer une dynamique de levier en faisant apparaître la candidature Macron comme la seule possible et raisonnable face à l’affairisme des candidats traditionnels, à l’utopisme des candidats de gauche et aux peurs suscités par l’aventure FN.

Acte 8 (fin mars-début avril) : Défragmentation

Polariser les débats autour d’un clivage entre des candidats présentés comme l’incarnation de politiques de division ou centrifuges – libéralisme dur et « antisocial » pour Fillon, euroscepticisme, repli nationaliste et anticommunautarisme pour Marine Le Pen, utopisme, « fronde » ou radicalisme de gauche pour Hamon et Mélenchon – et un candidat « centriste » présenté comme le seul à même de rassembler, d’apaiser les tensions et d’assurer la stabilité des institutions (en vérité la mainmise du système sur celles-ci).

Acte 9 (avril-début mai) : Le sursaut providentiel

Créer un climat d’hyperdramatisation et de tension maximale en présentant l’affrontement annoncé Macron / Le Pen comme l’alternative entre le choix de l’apaisement et de la raison face à celui de l’aventure et du chaos (voire de la guerre civile).
Entretenir ainsi l’illusion que « l’adhésion » à la candidature Macron soit l’expression d’une volonté démocratique majoritaire de réaffirmer les valeurs fondatrices de la République teintées d’un artificiel humanisme œcuménique face à la tentation de précipiter les tensions et violences qui traversent la société.
Noyer tout examen serein et tout débat de fond sur la réalité des programmes des candidats dans une hystérie paroxystique autour de l’arrivée imminente de l’extrême droite au pouvoir.

Acte 10 : Le chant de la Libération et les sirènes du libéralisme

Créer un état de grâce puissant et durable autour du nouveau président présenté comme le « sauveur de la démocratie » et du péril lepéniste. Entretenir l’effet décompensatoire « positif » de l’élection de Macron et nourrir l’élan affectif autour de sa personne en jouant sur sa jeunesse, ses supposées qualités de bienveillance, d’honnêteté, d’écoute et de charisme, sa compétence, son aptitude à réconcilier les Français, à mettre fin au vieux clivage gauche-droite et à préserver le pays contre tout péril communautariste ou extrémiste.
Alimenter ainsi une « Macronmania » destinée à faire totalement oublier l’orientation ultralibérale de sa politique et les mesures impopulaires qu’il s’apprête à faire appliquer.
Faire en sorte que Macron réussisse à appliquer les directives du système en ne promettant rien, là où Hollande avait échoué et battu des records d’impopularité en promettant une chose et en faisant son contraire.

Lettre ouverte à ceux qui sont passés de la Révolution à la Star Ac’ et de Tonton à Macron

Mis en avant

gauche

1981-2017.

Blum, Jaurès et Mendès doivent se retourner dans leur tombe !

Comment est-on passé de l’Union de la gauche sortie du choc pétrolier à la Dissolution de la gauche sortie du choc de la mondialisation ?

Comment est-on passé d’une politique qui entendait changer la vie et placer l’homme au cœur de l’économie à une soupe sans aucun goût sinon celle des billets d’euros, et d’un projet de société audacieux à un mirage tissé de vagues promesses démenties les unes après les autres ?

Comment ceux qui ont porté François Mitterrand au pouvoir au soir du 10 mai 1981 peuvent-ils s’apprêter à voter pour la plus grande arnaque politique de toute l’Histoire de la Ve République ?

Déjà en 1981 ceux-là voyaient d’un mauvais œil cette Seconde gauche vite étranglée par l’alliance fratricide du PC avec le PS. Celle des ouvriers, des grévistes et des communistes encore alliés de Moscou.

Que sont devenus ces enfants d’un autre mai, celui des barricades, de l’Imagination au pouvoir, du « Soyez exigeants, demandez l’impossible ! » et de la révolution sexuelle ? Ces enfants gâtés des Trois glorieuses qui rêvaient le temps d’une grande récré d’un autre avenir possible et s’enivraient 15 ans plus tard de leur victoire Place de la Concorde.

Cette France des beaux quartiers qui a le cœur à gauche mais le portefeuille à droite.

Cette France des plateaux télé qui adulent les génies rebelles sortis des banlieues alors qu’elle n’a jamais franchi le périphérique sinon Porte Dauphine.

Cette France orgueilleuse et sûre d’elle-même qui donne des leçons de morale et de démocratie à la planète entière mais est incapable de reconnaître une dictature rampante, celle de l’argent, surtout quand celle-ci promet de ménager les intérêts des classes moyennes supérieures.

Cette France qui parle sans cesse du « peuple » et prétend le représenter, mais qui n’a jamais serré la main pleine de boue d’un paysan, celle pleine de poux d’un SDF ou celle pleine de cambouis d’un ouvrier. Sinon quand les caméras de télé sont braquées sur elle.

Cette France qui a lu Sartre, Beauvoir et Duras, qui défendait hier le prolétariat opprimé par le patronat, les femmes opprimées par le patriarcat et qui défend aujourd’hui les jeunes de banlieues opprimés par l’injustice sociale, les réfugiés opprimés par les dictatures, et les minorités opprimées par la majorité réactionnaire. Mais qui jamais n’accueillerait chez elle un Arabe sorti de prison ou une famille Syrienne à la rue. Ou qui condamne l’homophobie et les réacs de la Manif pour tous mais pique un fard quand deux hommes osent s’embrasser en pleine rue devant leurs marmots.

Cette France qui défend becs et ongles la démocratie contre les puissances de l’argent mais méprise le peuple, le vrai. Qui s’érige pour dénoncer les injustices faites aux « défavorisés » mais déteste les pauvres, les vrais. Et surtout qui veille jalousement à ce que ses placements obligataires restent sagement défiscalisés.

Cette France qui dit incarner les Droits de l’homme, le Progrès, défend la liberté, l’égalité, le vivre ensemble et la laïcité, qui cite Amnesty International et cotise aux Restos du Cœur, est abonnée au Canard enchaîné et à Charlie Hebdo, surtout depuis le 11 janvier…

Cette France qui se pâme devant les humoristes officiels les plus vulgaires, mais qui s’offusque quand on fait de l’humour un peu grinçant dans un commentaire sur Facebook.

Cette France qui parle à tout bout de champ d’écologie et de citoyenneté, descend se balader le dimanche sur les quais de Seine en trottinette ou en roller, mais qu’on retrouve à 2 heures du matin fonçant à 150 km/h sur le périph, et qui n’échangerait jamais son break 4×4 familial qui dort au garage contre une voiture électrique partagée à vitesse bridée. Cette France qui consomme bio et équitable mais ne renoncerait jamais à ses graines de goji ou à ses fraises en février pour ne consommer que des patates et des goldens locales.

Cette France qui se laisse aujourd’hui plus facilement séduire par une sortie poujadiste sur le plateau d’On n’est pas couché par un Michel Onfray que par un poème d’Aragon chanté à la Fête de l’Huma par Hugues Auffray.

Cette France qui voit dans les blagues potaches de Stéphane Guillon, les installations bobasses de la Nuit Blanche et les doigts d’honneur du photographe Ai Wei Wei le summum de la transgression intellectuelle, culturelle et artistique.

Cette France qui a toujours sa résidence secondaire à Saint-Malo ou dans le Lubéron et s’arrange pour échapper à l’ISF, mais qui fustige les politiques corrompus qui embauchent des membres de leur famille ou planquent leur argent en Suisse.

Cette France qui s‘offusque que les socialistes au pouvoir aient trahi la gauche mais qui a applaudit le tournant de la rigueur d’un Jacques Delors en 1983, préfère l’ultralibéralisme de Blair et l’ultrasécuritaire de Valls aux égarements marxistes de Tsipras ou aux indignations altermondialistes.

Cette France prête à prostituer toutes ses valeurs, à avaler la trahison des idées de gauche, à passer l’éponge sur l’état d’urgence prolongé, le 49.3, le durcissement de la loi El Khomri, et à se jeter dans les bras d’un candidat fantoche parachuté par les banques et le système, un puceau de la politique sans expérience, un illusionniste sans consistance, sans projet et sans valeurs claires, un mirage monté en mousse par les médias, pourvu qu’il fasse barrage à l’Apocalypse lepéniste.

Cette France qui dénonce à l’occasion les méfaits du système mais trouve utopique ou trop à gauche ceux qui veulent offrir à chacun de quoi manger, s’habiller, se soigner et élever leurs enfants, ceux qui veulent donner plus de pouvoir aux salariés, taxer davantage les plus riches et les grandes entreprises, accueillir plus de réfugiés, peser sur nos partenaires pour construire une autre Europe que celle du fric et des lobbies, qui refusent clairement toute collusion avec Trump ou Poutine, qui veulent une France forte, ouverte et moderne mais aussi juste et libre, un France debout et non à genoux devant Wall Street, Bruxelles et les agences de notation, une France capable de dialoguer avec tous sans s’aligner sur aucun, qui reste indépendante, ferme sur ses convictions et dont la voix continue de compter dans le concert des nations.

A cette France qui par peur du nationalisme oublie d’être patriote, qui par peur du fondamentalisme oublie que « République » rime aussi avec « éthique », qui par peur du terrorisme accepte de voir ses libertés grignotées et applaudit l’état-policier, mais refuse de déchoir de leur nationalité des terroristes, ou qui se laisse manipuler par les médias et hurle avec des racailles brûleurs de voitures, veut lyncher tous les policiers parce que quelques-uns ont failli à leur déontologie la plus basique et déshonoré leur corporation en violant un jeune-homme innocent.

A cette France qui a des indignations à géométrie variable, qui défend des Roms voleurs et squatteurs que les braves gens désignent du doigt parce qu’ils saccagent l’espace public mais oublie les Noirs abattus froidement dans les quartiers pauvres américains. Cette France complaisante prête à descendre dans la rue pour fustiger la haine antisémite dès qu’on critique la politique des faucons israéliens mais qui reste indifférente quand on bombarde des enfants de Gaza à coup d’armes chimiques, ou qu’on massacre des familles entières de Chrétiens au Moyen-Orient.

Cette France de la gauche « humaniste et progressiste » qui s’évanouissait aux discours de Castro et se pâme aujourd’hui devant les effets de tribune d’un gamin vendu au capitalisme le plus rude.

A cette France qui a tellement perdu ses repères et sa dignité à force de s’allier au diable, mais qui prétend rester vertueuse, gardienne des valeurs laïques et républicaines, et surtout se croit toujours l’incarnation du Progrès, à cette France-là qui me fait honte, je dis : REVEILLEZ-VOUS !

Moi qui n’étais pas hier « de gauche » je dis à ces traîtres de ma génération : arrêtez de justifier ce qui est injustifiable, de pardonner ce qui est impardonnable, d’applaudir ce qui est détestable !

Eteignez votre petite lucarne qui vous grignote le cerveau et relisez vos maîtres à penser.

Ou mieux : sortez de vos petites habitudes et certitudes parisiennes et intéressez-vous vraiment au monde d’aujourd’hui. A ceux qui élaborent la pensée du siècle et façonnent les modèles de demain. Pas aux philosophes de plateau.

Cessez de vous crisper sur vos peurs, qu’on entretient pour vous interdire de voir la vérité.

Regardez le monde en face et faites votre autocritique au lieu d’accuser sans cesse votre voisin d’être un fasciste, un anarchiste ou un complotiste quand il ne pense pas comme vous et ne dit pas amen à tous les poncifs de la pensée unique servis par les chantres d’un système auquel vous obéissez sans même vous en rendre compte.

Redressez la tête, secouez votre morgue et ouvrez les yeux au lieu de vous aveuglez vous-mêmes pour ne surtout pas reconnaître que vous avez tort et donnez raison à ceux qui vous mènent droit dans le mur.

Changez de lunettes, jeter vos vieilles recettes déglinguées, abandonnez vos bons sentiments et vos ressentiments-réflexes. Et osez réfléchir en hommes et femmes indépendants, sincères et réalistes.

Et surtout prenez conscience qu’à force de vous entêter, de jouer les autruches et de répéter en boucle les mêmes refrains sans vous apercevoir qu’on a changé d’époque et que les schémas pour penser le monde d’hier ne marchent plus avec le monde d’aujourd’hui, vous êtes devenus totalement has been, tout juste bons à rattraper le train en marche quand vous croyez être toujours la vigie de la Justice et les gardiens de la Raison dans un monde en proie à la confusion et au chaos.

Vous vous êtes tellement gavés de téléréalité pour ne pas vous confronter au réel, de produits prêts à consommer mis en scène par les agences de pub, de slogans débiles rabâchés par les médias, de débats bidons pour masquer les vrais enjeux, vous avez tellement peur des vrais discours et des réflexions qui dérangent votre petit confort intellectuel, que vous ne savez plus distinguer l’authentique de l’artifice.

A trop confondre les hommes politiques avec les marionnettes de la Star Academy, vous voici prêts à confier les rênes de la France à un Pinocchio qui a érigé le flou et le mou en apothéose des vraies valeurs.

Qu’il dénature l’Histoire ou nie l’existence de l’art et de la culture française ne vous étouffe même pas ! Pourvu qu’il ait une belle gueule et surtout qu’il empêche Marine Le Pen d’accéder au pouvoir.

mots-clefs-bobos1

Je peux comprendre que la génération des momos, ces « mobiles moraux » nés entre 1965 et 1976, puisse voter unanimement pour Macron. Eux qui n’ont connu que la crise, à qui on a oublié d’enseigner l’Histoire, qu’on a gavés de discours relativistes et qui n’ont pour seul horizon idéologique que la realpolitik et la doxa libérale.

Mais celle de leurs aînés les bobos, qui ont connu toutes les révolutions avant de conquérir tous les rouages du pouvoir politique, économique, médiatique, culturel. Auraient-ils totalement retourné leur veste au point d’adorer ce qu’il ont hier honni ?

N’avez-vous pas honte de voter pour un candidat qui ne représente pas vos idées et ne défend pas les intérêts des Français ? De voter avec votre calculette et non avec votre tête ! Vous sacralisez l’Ere du vide, vous sanctifiez le Néant !

En agissant ainsi, vous rendez-vous compte que vous abdiquez ce qui reste d’illusion de démocratie ?

Vous confiez les clés du pouvoir au candidat du système par peur d’une harpie nationale-socialiste qui vocifère contre ce même système, alors qu’elle en est issue et en incarne toute l’hypocrisie.

Car qui est Marine Le Pen ? La « candidate du peuple » ? Ou une grande bourgeoise du Domaine de Montretout, née avec une cuillère en argent dans la bouche, qui défend la République mais a inscrit ses enfants dans les bons lycées cathos de la banlieue Ouest comme tant d’autres réacs de la Manif pour tous ? Une fille d’ouvrier ? Ou celle d’un parvenu héritier d’une grosse fortune ? Une avocate vêtue d’un tailleur strict et d’un catogan blond platine.

Marine Le Pen dénonce sans cesse les institutions européennes, les élites corrompues et les puissances de l’argent ; mais la vérité c’est qu’elle se moque du peuple qu’elle prétend représenter.

Les élites, elle en fait partie. La corruption, son parti et ses élus en sont les champions. Et l’Europe, c’est elle qui la nourrit ainsi que ses assistants fictifs.

La vérité c’est que l’affrontement annoncé entre Macron et Marine Le Pen est l’alternative choisie aujourd’hui par des élites qui tirent les ficelles et choisissent leurs poulains en fonction de leurs stratégies et des fluctuations d’une opinion qu’ils manipulent par médias interposés.

Complotisme ? Non : lucidité !

Ainsi Macron est le favori du système, qui se pliera religieusement aux diktats de la haute finance et de Bruxelles.

Tandis que Marine Le Pen incarne le scénario catastrophe qui précipitera la France dans un abîme d’où seule l’allégeance consentie à un sauveur labellisé par Big Brother pourra la relever en l’asservissant totalement à la Matrice.

Ceux qui sont incapables de comprendre cela préfèrent la torpeur des anxiolytiques et des hallucinogènes qu’on leur inocule à l’âpre vérité. Et renoncent à toute responsabilité pour s’endormir dans le confort narcotique du Mensonge.

On ne pourra pas dire qu’ils n’ont pas été prévenus, quand ils se réveilleront de leur songe et découvriront qu’une fois de plus on les a dupés. Hollande et Valls ne leur ont apparemment pas suffi pour comprendre que la social-démocratie à la française était un mirage, le libéralisme social un attrape-couillons et le « socialisme progressiste » un mot creux ressorti des oubliettes pour masquer une formidable arnaque.

Avec la caution de la girouette Bayrou voici Macron maintenant flaqué d’un allié qui ancre sa candidature dans un « centre » aussi fantasmatique qu’éphémère.

Mais cela rassure pour un temps les plus dubitatifs qui ont maintenant bonne conscience à s’engouffrer dans une aventure dont ils ne ressortiront pas vivants.

Puisque les jeux semblent pliés, souhaitons bonne chance à cette pauvre France incapable de s’inventer un avenir et qui préfère s’en remettre à chaque scrutin à des marchands de rêves de plus en plus habiles, cyniques et mensongers.

Il n’y a hélas qu’au lendemain des grandes catastrophes et d’années d’humiliation que les Français savent distinguer un grand homme d’un imposteur et le suivre en se choisissant un destin d’envergure.

Pour l’heure, c’est entre la France riquiqui de Marine Le Pen et l’abandon de toute idée de la France au bénéfice du Système mondialisé qu’il va falloir choisir.

Dans les deux cas, un suicide : celui du monde orwellien des milices et des barbelés. Ou celui d’Alice au Pays des merveilles en version 3D augmentée.