Sortir du féminicisme, version extrémiste du féminisme

Mis en avant

Dans un article paru aujourd’hui, Marianne revient sur le sujet très débattu des violences conjugales en posant une question évidente mais essentielle : « Violences conjugales : qui voudra voir que l’agresseur peut être une femme ? 

Agresseur – femme : un oxymore ?

Est-il si difficile d’admettre que la violence conjugale est une réalité qui ne concerne pas que les femmes ? Qu’elle n’est pas un phénomène univoque ?

La violence ne serait-elle qu’une spécificité masculine ? Les hommes, parce qu’ils seraient perçus comme « plus forts » que les femmes selon des critères physiques, ou « plus agressifs » selon des critères hormonaux ou psychiques, seraient-ils les seuls capables d’user de violence envers leur conjointe ?

Une femme n’est pas capable aussi de se montrer violente, de harceler un homme verbalement, physiquement, psychologiquement, ou sexuellement ?

Et si l’on va plus loin, n’existe-t-il pas au cœur du féminisme une forme d’hyperviolence manifeste et arbitraire, travestie en prétention justicière, égalitaire ou libertaire ?

15775765

Nos croyances sexistes ont la vie dure ! Toujours cette fameuse différenciation sexuelle et physique, matrice de tous les stéréotypes ou croyances véhiculées depuis des lustres quant aux déterminismes comportementaux liés au sexe.

Nous sommes tellement conditionnés par les discours que le terme même de « violences conjugales » évoque immédiatement des violences infligées par un mari à sa femme : menaces, intimidations, humiliation, cris, coups et blessures, viols conjugaux, allant parfois jusqu’au meurtre – pardon, au « féminicide ».

Nous reviendrons sur le sens de l’imposition de ce néologisme…

Soyons très clairs : il n’y a nul lieu ici de relativiser, de minimiser, de prétendre occulter ou d’ironiser sur une réalité qui est un drame réel pour beaucoup trop de femmes. Un drame personnel pour les victimes elles-mêmes, mais aussi souvent pour leurs enfants et leur entourage. Un drame social et collectif pour une société incapable de les prévenir et d’y apporter des solutions efficaces.

La violence conjugale, et plus largement les violences faites aux femmes, sont une réalité statistique et juridique. Mais aussi un thème récurrent qui traverse depuis des générations les discours, les représentations, les schémas culturels et même politiques.

Cette violence est aujourd’hui partout commentée, condamnée, reproduite et mise en scène dans un très grand nombre de films, de romans, de talk-shows, de séries télé.

Un thème « social » souvent associé aux ravages de l’alcoolisme, du chômage, à la délinquance, aux frustrations personnelles, à des déséquilibres psychiques ou une « enfance malheureuse ». Mais aussi au fanatisme religieux, notamment musulman, qui en excuse et en préconise même l’usage d’une façon déclarée « licite », comme le viol conjugal.

Au 19e siècle, sous la plume d’écrivains comme Zola dans La Bête humaine, il était d’usage pour dépeindre la misère propre à cette classe dite « prolétarienne », de décrire avec les codes du roman naturaliste ces violences conjugales comme un fait coutumier, un phénomène social parmi d’autres, et de présenter cette violence comme un synecdoque ou une allégorie de la violence propre à toute la société.

Cette société injuste, « capitaliste et bourgeoise » fondée sur « l’oppression de l’homme par l’homme », selon la bonne vieille grille de lecture marxiste. Une violence sociale génératrice d’autres violences publiques ou privées.

Cependant ce n’est ni Marx ni la Révolution ni les utopies en vogue qui libéreront les femmes.

Ce sont les femmes elles-mêmes !

Le mouvement d’émancipation des femmes dans la société industrielle démarre en Europe à la fin du 19e siècle et se structure au début du 20e siècle.

Notamment après cette Grande guerre où les femmes auront joué un rôle essentiel, prenant en mains les rênes des nécessités domestiques, agricoles, économiques, politiques, pendant que les hommes étaient occupés à combattre au front. Pendant que ces « poilus » s’entretuaient pour pas grand-chose, leurs femmes prirent leur place, faisant tourner les fermes, les écoles, les dispensaires, les mairies, les ateliers, les usines, les administrations… pour que la vie continue.

Les très festives et permissives Années folles qui suivirent virent exploser le mouvement des suffragettes : les femmes britanniques, suivies de près par les sœurs américaines, n’entendirent plus cette fois se contenter de faire tourner la boutique pendant que leurs maris jouaient à la guerre. Elles exigèrent droits, à égalité avec les hommes, et le firent savoir haut et fort !

Un tremblement de terre. Une révolution. Dans cette société victorienne encore très corsetée, puritaine, où chaque lady se devait de rester à sa place, respecter son mari, bien élever ses enfants, être une mère attentive et dévouée et une épouse modèle.

En France il faudra tout de même attendre 1947 pour que les Françaises accèdent au droit de vote au suffrage universel. Et 1965 pour qu’elles aient le droit d’ouvrir un compte sans l’autorisation de leur mari.

Ces turbulentes années 1960/70 sonnèrent précisément le grand Réveil pour toutes les aspirations aux « Changement ». Elles marquèrent le tournant majeur pour les nombreuses revendications libertaires portées par une jeunesse rebelle aux cheveux longs, bercée par le rock, enivrée par de nouveaux rêves de liberté et des idéaux fleuris, parfumés de marijuana et irisés par le LSD.

Un grand bazar éclectique et bon enfant où venaient se brasser toutes les utopies. Et qui donna une conscience politique à une jeunesse de baby-boomers gâtés par la croissance économique et une société de consommation matérialiste dont ils contestaient pourtant ardemment les fondements. Une jeunesse non-conformiste, altruiste et désinvolte qui manifestait volontiers, et faisait beaucoup de bruit pour réclamer de nouveaux droits, proclamer la liberté sans limites et la paix universelle, en dénonçant cette absurde Guerre du Vietnam.

Parmi les causes humanistes qui ont le plus progressé durant cette décennie glorieuse qui marqua l’apothéose des gauchistes et des hippies de toutes tendances (1966-1974), il y a bien sûr les droits civiques pour les Afro-américains, ceux des « travailleurs » avec les accords de Grenelle, et surtout cette fameuse Révolution sexuelle, cette frénésie de plaisirs militant pour l’abolition de tous les interdits moraux liés au sexe. Une révolution des mœurs et de la sexualité favorisée par l’invention de la pilule contraceptive (1968), l’exploration des paradis artificiels et des substances désinhibitrices, et le triomphe des théories psychologiques et psychanalytiques prônant la liberté sexuelle absolue comme celles de Wilhelm Reich.

woodstock-1969-la.jpg

Les minorités LGBT ont été parmi les premières à porter ces revendications sur la scène publique et politique aux côtés des féministes, forçant une majorité frileuse et moraliste à jeter leur regard sur ces réalités honteuses et refoulées.

Quant aux mouvements féministes, souvent alliés des mouvements défendant la cause homosexuelle, ils accèdent à partir de cette période à une visibilité politique et médiatique jusqu’alors inégalée.

Une véritable prise de conscience sur le rôle des femmes dans la société et les identités sexuelles se produisit alors, qui toucha toutes les femmes, mais aussi de nombreux hommes engagés à leurs côtés pour faire évoluer la société.

Mais le mouvement féministe qui défendait leur cause, porté ou relayé par de brillants intellectuels progressistes de renom, prit aussi un tournant idéologique et politique beaucoup plus « radical » à partir de cette période.

Il ne s’agissait plus alors simplement de revendiquer des droits à égalité avec les hommes, mais de mettre carrément à bas cette « société oppressive, bourgeoise et capitaliste » et « l’ordre patriarcal, machiste et hétérosexiste » sur lequel elle se fondait.

La lutte pour les droits des femmes s’inscrivait alors quasi immanquablement dans une perspective « révolutionnaire ». Dont l’objectif était de ruiner les fondements de la société, de l’ordre établi, de la morale et de la politique. D’abattre les « pouvoirs » conservateurs qui le maintenaient et organisaient la répression, afin de bâtir une nouvelle société idéale, plus libre, plus juste, plus égalitaire, plus humaine, dans un vaste mouvement d’émancipation global qui marquerait le triomphe de tous les opprimés contre leurs anciens oppresseurs.

Ce lyrisme romantique directement inspiré des mythes et de la dialectique marxistes, cette mythologie libertaire, cette rhétorique révolutionnaire, ce rêve émancipateur et cette épopée héroïque digne de la Sortie d’Egypte, ont été bien entendu exagérés, surjoués et reproduits à l’infini.

Les années 1980, beaucoup plus froides et cyniques, allaient marquer la fin de ce rêve « révolutionnaire ». Et le retour au réalisme pragmatique sur fond de crise économique. Avant cela, il était pratiquement impossible aux intellectuels et aux acteurs de la gauche révolutionnaire ou de progrès d’élaborer un discours social et politique qui s’affranchissent des canons idéologiques, politiques et rhétoriques imposés par la doxa freudo-marxiste.

Les droits des femmes et surtout leur place dans la société a considérablement évolué. Mais ces acquis n’ont cependant pas totalement évacué les prétentions « révolutionnaires » de certaines féministes.

Sauf que la révolution a depuis changé de visage, et le combat de forme.

Il a abandonné pour l’essentiel ses référents freudo-marxistes, trop démodés.

Encore qu’il en reste de sérieux vestiges et de curieuses résurgences dans ces réflexes discursifs propres à la rhétorique féministe. « Patriarcat », « sexisme » ou « hétérosexisme », « l’oppression masculine »… : autant de thèmes toujours actuels qui recouvrent des clichés idéologiques fondés comme toujours sur une vision caricaturale, manichéenne et hyper morale de la réalité : les bons d’un côté, les méchants de l’autre, les bourreaux d’un côté, les victimes de l’autre, etc…

Depuis les années 2000, ces clichés ont été acclimatés et édulcorés par la fameuse « théorie du genre ». Laquelle n’a jamais existé que dans les fantasmes des conservateurs hostiles aux progrès juridiques et sociétaux concernant les droits LGBT ou les avancées médicales en matière de procréation assistée.

En revanche les études de genre, principalement anglo-saxonnes, ont apporté un éclairage nouveau sur les réalités liées au genre. En permettant notamment de différencier sexe et genre. Et de distinguer les assignations culturelles, anthropologiques ou sociales liées aux stéréotypes de genre de l’appartenance personnelle à tel ou tel genre.

Les discours sur le genre tendent aujourd’hui de plus en plus à privilégier une compréhension selon une logique « constructiviste » du genre (masculin, féminin et autres genres intermédiaires comme neutre ou « non-binaire », trans, androgyne, queer…) plutôt que sur une logique « déterministe » selon laquelle chaque individu en fonction de son sexe de naissance (mâle ou femelle) est automatiquement déclaré « homme » ou « femme ». Avec toutes les assignations identitaires, psychiques, comportementales, culturelles, sociales attachées à chaque genre. Toute écart par rapport à ces modèles étant considérée comme anormal ou transgressif, et devant être réprimé.

genre

Cette évolution est d’une importance capitale et sans doute irréversible.

Car désormais le fait d’être un homme ou une femme n’est plus considéré comme un critère imprescriptible pour se conformer et se limiter à des rôles et des comportementaux sociaux, des stéréotypes et des attributions supposés relever de façon exclusive d’un genre ou de l’autre.

En d’autres termes les jeunes garçons n’ont pas à jouer aux mecs en se bagarrant, et les petites filles à rester bien sages en jouant à la poupée, pour correspondre à ce que leurs parents ou la société attend d’eux.

En outre il devient de plus en plus admissible que des personnes, pour des raisons multiples, ne se définissent pas par rapport à une vision dichotomique et segmentée du genre : homme vs. femme.

Ces réalités ont toujours existé mais pendant longtemps elles n’avaient pas été admises ni validées de façon positive dans les discours. Ceux qui s’écartaient de la norme en raison d’une sexualité ou d’un comportement jugé « déviant » (les homosexuels par exemple), ceux qui refusaient de se plier à des obligations sociales prescrites par leur appartenance au genre masculin (comme le fait de se faire réformer de service militaire) étaient montrés du doigt, raillés, voire persécutés.

Aujourd’hui un homme n’a pas besoin d’exhiber son phallus, de monter ses muscles, d’afficher ses conquêtes ou de vanter ses prouesses sexuelles, encore moins d’être une brute épaisse, un prédateur sexuel ou une star du ring pour prouver qu’il est un homme, « un vrai ».

Aujourd’hui les hommes ont le droit d’exprimer leurs émotions, leur sensibilité, leur fragilité, de s’occuper de leur bébé avec délicatesse, sans que l’on doute de leur virilité.

D’ailleurs la virilité, qui est une authentique qualité et même une vertu quand elle est bien comprise, n’a rien à voir avec des démonstrations de force, avec la vigueur sexuelle, ni même avec l’exhibition d’une barbe fournie comme substitut de masculinité, comme beaucoup de jeunes hommes se sentent obligés de la faire depuis une dizaine d’années.

La virilité, qui se définissait autrefois comme la vertu de l’homme mûr, dans la force de l’âge, mais aussi celui du soldat et du citoyen prêt à défendre son honneur et celui de l’empire, est aux antipodes de ce que beaucoup de sous-hommes frustrés s’imaginent.

La virilité en vérité, est une qualité « morale » (et politique).

Elle ne ressemble en rien à cette caricature grossière à laquelle s’attachent beaucoup d’hommes pour combler un déficit personnel de virilité ou d’estime de soi et qui se traduit par une exaspération forcée, exhibitionniste et narcissique des caractères physiques considérés comme « positifs » de la masculinité : musculature développée, force physique supérieure à la moyenne, insensibilité à la douleur, puissance agressive et conquérante, libido surdéveloppée, exhibition de signes extérieurs de pouvoir ou de richesse…

virilité

Cette vertu morale qu’est la virilité peut se résumer à la capacité à faire face à toutes circonstances, à combattre l’adversité tout en restant juste et maître de soi.

Cette compréhension de la virilité a ses codes culturels et une histoire.

Dans la Grèce hellénistique, puis dans l’Empire romain, cette conception de la virilité au cœur de l’édification politique et sociale de la Cité, s’exprimait notamment dans les codes de la statuaire antique représentant des modèles masculins sous les traits de soldats, de champions, de gladiateurs, de héros mythologiques, de patriciens ou d’empereurs romains.

Ces représentations n’avaient pas pour objectif de montrer des hommes bien faits et virils en apparence, mais de laisser entrevoir au travers de ces modèles les qualités et les vertus morales qui fondent l’Idéal de l’homme viril et vertueux. En construisant un « type » physique constitué de formes, de représentations, de codes symboliques et esthétiques qui synthétisent et donnent à contempler ce qui est a priori impossible à figurer plastiquement et relève de l’essence plutôt que de l’apparence. Du fond plutôt que de la surface. De l’intériorité plutôt que de l’extériorité.

Ce qui est suggéré au travers de ces formes ce n’est pas les qualités objectives d’un guerrier ou d’un homme de pouvoir, mais les qualités morales et le caractère exemplaire du parfait citoyen de la République. Du patricien ou de l’empereur qui incarne les vertus romaines. Une vertu personnelle, collective et politique qui ordonne la société et fonde l’Etat. Et qui se caractérise souvent par l’éducation, l’aptitude à affronter l’adversité, à combattre pour défendre le rayonnement, les idéaux et l’honneur de l’empire ou de la patrie.

Mais aussi également une rigueur morale personnelle et comportementale centrée sur la maîtrise de soi.

Un homme vertueux et « viril », était celui qui savait maîtriser sa force, ses désirs, ses pulsions, ses appétits, ses passions. Et qui jamais ne se complaisait à y céder de façon excessive ou désordonnée. Que ce soit dans la débauche, l’avilissement physique, psychique ou moral, l’usage immodéré des plaisirs, le relâchement, l’intempérance, la paresse, la cupidité, la gourmandise, la forfaiture, les excès et bassesses en tous genres.

Un homme était celui qui en toutes circonstances pouvait rester maître de lui-même. Qui jamais ne se laissait déchoir de son rang et jamais ne défaillait à sa mission, à ses obligations politiques, militaires, morales et citoyennes. Démontrant ainsi qu’il était capable de diriger les autres, sa famille, son clan, sa cité, son armée ou son pays, avec une égale et constante vertu.

On retrouve à peu près le même schéma d’idéalisation des vertus dans la société féodale et chrétienne. Notamment dans le chevalerie, les codes d’allégeance et ceux de l’amour courtois. Un chevalier, même encore aujourd’hui dans le langage courant, n’est-il pas un homme qui sait bien se conduire de façon noble et courtoise avec les femmes, comme il sait se montrer vaillant au combat, juste et généreux envers les faibles et loyal avec son suzerain ?

2532787248

Si l’on extrapole cette vertu morale qui déterminent les traits de la « noblesse » non pas de sang mais d’esprit, cette conception de la virilité qui n’a rien de « sexiste » peut tout aussi bien être considérée comme une vertu dont peuvent également faire preuve beaucoup de femmes. Des femmes dont la force morale, la droiture, la capacité à se gouverner et à gouverner les apparentes à ces qualités a priori attribuées aux hommes. Sans pour autant que cela ne nuise à leur nature ni à leur féminité.

Une femme vertueuse selon ces canons éthiques appliqué à l’homme viril démontre un esprit viril, ferme et juste. Ce qui n’enlève rien nécessairement à sa sensibilité, sa douceur, son charme, toutes des qualités réputées féminines.
01d817e629eaea131846b5b4498b2f6e--high-fashion-shoots-bow-blouse
Les femmes n’ont pas besoin de pasticher les hommes pour prouver leur légitimité à exercer le pouvoir. A s’habiller en tailleur et pantalon, voire cravate, pour jouer les business women, montant ainsi qu’elle ont pris la place de hommes.

Ce serait fétichiser et le pouvoir et les codes qui régissent les apparences extérieures de la fonction comme de la masculinité.

Hélas notre époque préfère les raccourcis et les schémas réducteurs aux nuances. Beaucoup s’y laissent malheureusement piéger.

Du côté des hommes en manque de virilité, se prétendent aujourd’hui « virils » tous ces petits caïds de banlieue rebelles et ridicules, immatures, vulgaires, misogynes, homophobes, arrogants et provocateurs. Des pervers narcissiques esclaves de leurs complexes permanents d’infériorité, et qui confondent arrogance et autorité, violence et force, intimidation et ascendant, obscénité et séduction. Des faux hommes, des « spécieux ridicules« , qui n’ont absolument aucune considération ni pour les autres ni pour une société qu’ils haïssent, parce qu’ils lui reprochent injustement de leur refuser cette reconnaissance qu’il mérite par le seul fait d’exister.

Les violences sexistes actuelles sont sans doute en grande partie le fruit de cette valorisation excessive par les médias et les bien-pensants d’une déshérence, d’une vacuité morale et d’une médiocrité arrogante érigées en modèle subversifs et en fausses vertus.

Cette perversion, cette inversion des valeurs, cette perversion des modèles de la virilité contaminent même les femmes. Et surtout les féministes les plus radicales qui s’en réapproprient inconsciemment la charge subversive et violente, par un phénomène réactif de confusion mimétique.

Il est ainsi très fréquent de voir ces féministes ultra, piégées par les stéréotypes qu’elles combattent et par leurs distorsions symboliques, mettre en scène leur hostilité viscérale à la gent masculine en s’appropriant ces stéréotypes et en les utilisant comme des armes lancées contre leurs oppresseurs déclarés.

Ce n’est plus le théâtre héroïque de « la guerre des sexes » de nos parents, c’est la tragédie pathétique et funeste de « la haine de l’autre ». Une tragédie qui traverse tous les clivages identitaires et communautaires, notamment des identités sexuelles ou de genre. Et qui transforme l’arène politique et médiatique en ring de catch.

photo-afp-1519748556

Un exemple particulièrement éloquent à ce sujet est la dramaturgie et la symbolique utilisées par les Femen.

Leur « uniforme » joue en effet sur une symbolique excessivement perverse et équivoque. Leurs seins dénudés (une signature) n’évoquent aucunement quoi que ce soit qui pourrait attiser désir. Ni correspondre à l’icône des seins dénudés de la « mère nourricière ».

Au contraire les seins et la poitrine projeté vers le regard comme une main qui agresse sont souvent lacérés de slogans peints en noir qui zèbrent le corps d’une façon agressive, admonitoire voire volontairement blasphématoire.

La nudité surexposée capte le regard et assigne à la provocation. Elle n’est pas « montrée », mais exhibée, projeté, jeté à la figure. Avec une charge de violence subversive calculée selon les lieux publics où elle d’affiche : rue, place, et même parfois certains lieux « sacrés » volontairement profanés : églises, temples, hauts lieux voués au culte de Dieu ou de la République…

Quant au reste de l’uniforme Femen, il est invariablement composé pour le bas du corps d’un pantalon noir, souvent un jean sombre, plus rarement un treillis ou une jupe uniforme noire assortie de bas noirs et de chaussures noires. Le tout accompagné de poses guerrières ou pastichant l’attitude dominatrice et flagellante des maîtresses dans les rituels sadomasos.

19452107lpw-19452125-article-jpg_6556373_660x281

La symbolique est évidente, soulignée par la mise en scène très théâtrale (cris et slogans ultra violents, attitude rebelle et agressive…) : transgression, provocation, admonition, violence, castration voire plagiat sataniste (comme le plagiat du film l’Exorciste avec crucifix plantés dans le vagin sur la Place Saint-Pierre de Rome pour protester contre la venue du pape à l’ONU…)

Cette dramaturgie n’est ni fortuite ni gratuite. Elle n’entend pas seulement choquer, provoquer et attirer l’attention forcer le regard mais délivrer un message.

Un message explicite peint sur la poitrine et hurler aux passants. Et un message implicite beaucoup plus subliminal.

Car cette exhibition militante n’a paradoxalement rien de ludique, de situationniste ni de sexuel.

Au contraire, ce qu’évoquent les manifestations Femen, c’est la répression la plus noire du sexe. Ces femmes sont exhibées volontairement comme celles que l’on traînait autrefois ligotées et seins nues sur des charrettes pour les conduire à l’échafaud. Comme ces furies sorties de l’enfer pour emporter les âmes impies.

La façon dont leur corps semble tourmenté, lacéré, profané, presque martyrisé évoque plus la souffrance et la violence que l’image d’une féminité heureuse, aimable et sereine. Encore moins hyper lascive.

Ces corps sont des corps de femmes, et pourtant ils paraissent souvent androgynes. Seuls les seins et la chevelure attestent que ce sont bien des femmes qui s’exhibent. Les hanches, l’abdomen et tout ce qui se rapporte au sexe de la femme dans ses rondeurs et ses cavités intimes est obéré, inexistant, noirci, absent.

Quant à leur attitude, elle est éminemment « phallique ».

Ces êtres hermaphrodites, fanatiques et démoniaques, semblent surjouer l’hybridation, la souffrance de ne pouvoir être soi. Celle d’une identité confisquée, ligaturée, accaparée. Sans doute par leurs propres discours dont elles deviennent les panneaux d’affichage et les porte-voix consentants.

Surjouée à l’excès semble être aussi cette violence brutale et irascible reprochée habituellement aux mâles ou à la société pour en produire un avatar monstrueux, incarné sur le mode de l’hystérie vengeresse.

Mais il y a plus que cette exhibition malsaine. Derrière ce fracas théâtral et provoquant, il y a une idéologie beaucoup plus insidieuse qu’on ne saurait considérer à la légère.

Une idéologie qui accapare autant les hommes que les femmes, pour en faire les marionnettes d’une tragédie éternelle, factice et désespérée. D’un combat démiurgique et primitif dont la haine est le seul moteur et la seule issue.

Cette idéologie qu’on peut nommer féminicisme est un avatar pervers et extrémiste du juste combat féministe.

hqdefault

Un avatar d’autant plus injustifié et nocif qu’il tend à cannibaliser de façon totalitaire tout le mouvement féministe, et à kidnapper les femmes dans un chantage odieux du type « Avec nous ou contre nous ! »

Exactement comme les islamistes qui pour réaliser leur agenda opèrent un véritable kidnapping sur toute la « communauté » musulmane.

Cette idéologie qui n’est plus du tout libertaire ni égalitaire mais identitaire et totalitaire, est extrêmement pernicieuse. Pour les femmes, pour les hommes et pour la société.

Ceci est particulièrement flagrant avec la campagne démagogique et totalement instrumentalisée en 2018 sur le thème #balancetonporc.

L’outrance était évidente, qui prétendait vouloir faire croire que tous les hommes étaient peu ou prou des violeurs et des harceleurs en puissance. Que derrière chaque désir masculin pour une femme se cachait un porc lubrique sans aucune manière ou un loup sanguinaire.

Beaucoup de femmes dont beaucoup de féministes se sont heureusement élevées contre cette campagne. Elles ont été aussitôt insultées, traitées de « salopes », de « putes », de « collabos ». Simplement parce qu’elles avaient osé défendre le droit à la séduction. Et se sont opposées à une culpabilisation universelle des hommes allant jusqu’à la pénalisation du flirt ou de la galanterie.

Ces féminicistes castratrices n’ont que faire du féminisme ou des droits des femmes. Encore moins de la féminité. Ces discours militants ne sont tout au plus qu’une façade, un prétexte, une justification à leur haine. Ce qu’elles veulent c’est uniquement assouvir leur misandrie réactive, pathologique et meurtrière. Tuer tous ces sales mecs. Ou, si ce n’est pas possible, les castrer dès la naissance afin qu’ils ne puissent pas nuire aux femmes et à la société.

Un tel excès de haine relève évidemment de la pathologie psychiatrique. Et d’un sexisme radical qui s’ulcère à la seule idée que le sexe mâle puisse encore exister.

Qu’en est-il de l’avenir ?

fotolia_82343400_subscription_monthly_s

Aujourd’hui, entre les outrances machistes de Zemmour et celles hystériques des Femen, c’est à se demander s’il est encore possible en France de défendre sereinement des causes justes, sans sombrer dans l’exhibitionnisme et les manipulations hystériques, ces méthodes duplices et ces propos disproportionnés, qui au final desservent autant les femmes que les hommes.

Tout nous permet de douter que la complaisance politiquement correcte et clientéliste des politiques qui continuent d’aboyer avec « celles et ceux » qui crient le plus fort pour se donner bonne conscience, en perdant le sens des priorités et de la façon la plus efficace d’engager la responsabilité des politiques publiques, soit de nature à faire avancer les choses en faveur des femmes.

Encore moins à faire reculer les violences.

Qu’on songe à cette ridicule et démagogique « Grande cause national » consacrée aux « féminicides » l’an dernier.

Un sujet certes très important et qui mérite qu’on engage rapidement des moyens appropriés pour protéger, éduquer et prévenir. Mais surtout une mise en scène gratuite et même obscène qui joue plus sur les affects, le spectaculaire, la manipulation, la surenchère, et une culpabilisation victimaire permanente des hommes et de l’opinion, que sur une volonté sincère de résoudre efficacement le problème.

PHOTO-A-Paris-le-collectif-NousToutes-denonce-le-100eme-feminicide-de-l-annee

D’ailleurs moins de 150 cas recensés par an, c’est certes 150 de trop, mais force est de reconnaitre honnêtement qu’il y a en France bien des tragédies, et des « causes » ô combien essentielles, qui mériteraient d’être promues au rang de « Grande cause nationale ».

Car le but de ce néologisme féminicide, de cette politique ultra agressive, de ce décompte quotidien obscène des morts, et des discours dogmatiques qui les accompagnent, c’est avant tout d’essentialiser les femmes dans un statut de « victimes par nature ».

Une femme, parce qu’elle est une femme, et parce que les hommes – ou « la société machiste, sexiste et patriarcale… » – sont ce qu’ils sont, sont toutes par essence des victimes.

Et les hommes, parce qu’ils ont un pénis et vénèrent leur phallus, sont tous par essence des bourreaux.

Ce sont irrémédiablement par essence des êtres lubriques, stupides, agressifs, violents, des flambeurs, des dragueurs, des emmerdeurs, des harceleurs, des violeurs et des assassins en puissance.

Une façon d’essentialiser des caractéristiques animales fort discutables sur le comportement des mammifères. Et de transformer cette éthologie de l’homo sexualis en une anthropologie universelle du masculin qui résume l’homme à ses pulsions sexuelles, reproductives et agressives.

Une façon d’évacuer toute forme de civilité ou de culture dans la gestion des comportements humains entre les hommes et mes femmes, et d’abolir ainsi des centaines de milliers d’année d’évolution de l’espèce humaine.

Une façon implicite de sous-entendre que seules les femmes auraient pu jouer dans l’Histoire humaine et dans nos sociétés contemporaines un rôle « civilisateur », en réprimant les pulsions agressives de l’espèce dont les mâles sont esclaves au bénéfice des qualités régulatrices et civilisatrices réputées abusivement « féminines ».

Un vieux thème ressassé par le mouvement féministe depuis les années 1960, fondée sur de vieilles rengaines obsessives accréditées par certains historiens, sociologues ou anthropologues féministes plus ou moins sincères et leurs théories sur la prise du pouvoir par les hommes dans les sociétés matriarcales transformées en sociétés patriarcales.

Avec tous les mythes et clichés habituels selon lesquels les sociétés matriarcales seraient plus pacifiques, moins violentes, plus proches et plus respectueuses de la nature, des autres espèces, plus égalitaires, moins individualistes et davantage tournées vers le collectif. Des sociétés qui valoriseraient une sexualité libre et non réprimée, seraient fondées sur une économie du partage et de la redistribution, seraient moins axées sur la rivalité, la compétition, la conquête, le pouvoir, et qui auraient développé des formes d’organisation et de transmission plus équitables, moins centrées sur la propriété, moins idéalistes. Des sociétés plus humaines en somme.

Avec en arrière-plan le mythe du « bon sauvage » et la fascination contemporaine pour les sociétés primitives qualifiées abusivement de « non-violentes », proche de la nature, à une époque ou l’écologie nourrit fantasmes, angoisses et culpabilités.

A l’inverse les sociétés dites patriarcales seraient dominées par des mâles grossiers et brutaux, jaloux et dominateurs, souvent polygames, considérant les femmes comme du simple bétail. Elles seraient davantage tournées vers la chasse, la conquête de nouveaux territoires, la guerre, la compétition, la technique, des systèmes politiques et organisationnels hiérarchiques, la sacralisation du pouvoir et de l’autorité, une justice plus arbitraire et impitoyable. Ces sociétés auraient tendance à réprimer, codifier et normaliser la sexualité selon des modèles et des coutumes strictes, à proscrire l’homosexualité et les « déviances ».

Elles se caractériseraient par des formes religieuses fondées sur la vénération de dieux masculins, tout-puissants, colériques et autoritaires, souvent associés aux forces célestes, cosmiques et telluriques comme le soleil, le tonnerre, la foudre, les volcans. Elles seraient tout entière organisé selon une symbolique « phallique », militaire, idéalisant la force brute, réprimant ce qui relève de l’intime, de l’émotionnel, du sensible et du sensuel, assimilés à des faiblesses féminines. Les hommes auraient tendance à préconiser une indifférence envers les plus faibles, les malades et les peuples jugés inférieurs. Etc, etc…

ISIS-et-OSIRIS-UNE-CLAIRE-THOMAS

Isis et Osiris

Bien entendu tout ceci n’est pas entièrement faux. Mais comporte une large part de subjectivité et d’arbitraire. La réalité est beaucoup plus complexe et continue que ces schémas à l’emporte-pièces. Surtout lorsqu’ils sont nourris de préjugés qui orientent le regard de ceux qui élaborent ces théories.

Les discours qui ordonnent et orientent ces modèles anthropologiques construits à partir du 20e siècle à propos des sociétés anciennes comportent à l’évidence une part d’idéalisme mais aussi de projections morales dictées par la mauvaise conscience de « l’homme blanc occidental hétérosexuel ».

Le pire c’est que beaucoup aujourd’hui croient encore honnêtement à tous ces stéréotypes comme des vérités sacrées et irrévocables. Des vérités qui sonnent d’autant plus justes sous la petite musique du « Progrès » que notre société semble de plus en plus obsédée par une surenchère moralisante et politiquement correcte sur le questionnement ses « stéréotypes de genre ».

Toutes ces spéculations et théorisations fondées sur cette thématique binaire et dialectique entre cultures patriarcales et matriciales est une formidable bévue et une impasse conceptuelle. Elles ne servent qu’à légitimer et renouveler des schémas anciens et dépassés où le monde serait segmenté et le mouvement de l’Histoire orienté selon des logiques d’organisation et de pouvoir calibrées à partir de critères de différenciation sexiste élargie au référents anthropologiques, structurels, institutionnels, politiques, économiques et culturels.

Cette ordonnancement de l’Histoire humaine est encore moins pertinente quand elle s’amalgame avec d’autres angoisses et préoccupations générales et des prospectives futurologiques sur la mondialisation ou l’écologie. Notamment par exemple avec ces théories américaines fondées sur le concept d’écoféminisme qui associe la conscience écologique planétaire à la redistribution des modèles et critères différenciatifs du féminin et du masculin, à l’articulation des valeurs et des rôles politiques respectifs incarnés par les hommes et les femmes dans les sociétés.

Derrière une apparence de renouvellement de la pensée, cette philosophie écoféministe n’est rien de moins qu’une projection de type idéaliste et sentimentalo-romantique sur fond d’angoisse écologique et d’une tentative supplémentaire d’essentialiser le combat féministe en le reliant aux questions environnementales. Et, d’un point de vue symbolique et spirituel, une volonté de revisiter des mythes archaïques ou plus contemporains et des archétypes symboliques associés à la « nature » (Terre Mère, Gaïa…) ou projetés sur une « Nature » idéalisée dont la genèse remonte pour sa partie occidentale aux conceptions philosophique et théologiques médiévales sur l’Ordre de la Nature, reflet d’un prétendu Ordre Divin.

519128-c-est-quoi-l-ecofeminisme-953x0-2En définitive l’écoféminisme n’a d’autre racine véritable que la culpabilité occidentale de l’homme blanc face aux ravages causés à son environnement par une frénésie de conquête, de soumission et d’exploitation, et la perturbation catastrophique des équilibres qui menacent la survie de l’espèce. Une façon de conjurer l’angoisse, de refréner les appétits « masculins » de conquête, et d’anticiper un retour de flamme de « la Nature » qui sonne comme une punition infligée par une une divinité courroucée à une humanité intempérante. Une façon de se réfugier gans le giron d’une « Nature » fantasmée comme bonne et nourricière en abdiquant toute prétention trop « masculine » à la dominer, et en renversant l’ordre symboliques des valeurs pour se conformer aux stéréotypes d’une sagesse « harmonieuse et pacifique » projetés sur le féminin.

Une partie de notre société adopte sans le dire ni le savoir ces stands écoféministes. A tel point que la conformité à tout stéréotype du masculin dans les formes, les codes sociaux ou les discours devient parfois immédiatement suspecte.

Un véritable tyrannie s’instaure, notamment depuis une ou deux décennies aux Etats-Unis, où plus aucun conflit, plus aucune friction ni vexation, et plus aucune suspicion de questionnement de critères personnels identitaires ou communautaire n’est toléré. Tout écart de langage ou de comportemental aussi minime soit-il, toute parole qui met en cause implicitement la qualité d’un individu, est aussitôt qualifié d’agressif ou de violent. Un seul terme résume cette hystérisation des relations : celui de micro-agression. Un concept qui est un peu l’enfant naturel de la violence des sociétés postmodernes ajoutée à la tyrannie du politiquement correct hypernormatif. Toute expression ou geste public, aussi banal soit-il, qui peut-être interprété comme une insinuation, une intimidation, une dénégation de critères identitaires, peut valoir à son auteur l’accusation de micro-agression.

Cette tendance à la répression constante des opinions, des affects, du langage produit une infinité de phénomènes réactifs et de décompensations sur le registre de la provocation, de l’exhibition, de la rebellion et de l’outrance. Lesquels renforcent cette angoisse et cette suspicion en retour.

S’agissant de modes d’affirmation identitaire propre à la masculinité, le simple fait pour un homme de cultiver son apparence, de mettre en scène des postures, des comportements ou des discours pour se valoriser en affichant une virilité décomplexée est immédiatement catalogué comme une forme de  « machisme ».

De même, dans certains milieux rigoristes, une femme qui fait étalage de sa beauté et de ses charmes ou construit son personnage en un intégrant des codes de la séduction peut aussitôt être taxée de « femme légère », de « salope » ou de « putain ». Alors que les médias et les couvertures de magazines surjouent en permanence les codes de la masculinité comme de la féminité, incitant hommes et femmes à se définir à partir de ces standards dictés par le marketing.

L’exemple le plus éloquent de répression de la féminité est évidemment symbolisé par le voile islamiste, qui oblige toutes les femmes à disparaître derrière un accoutrement qui dissimile les formes, la chevelure, une partie du visage et parfois le corps tout entier. La seule manière aux dires de certaines musulmanes des quartiers sensibles d’échapper à la prédation masculine. Mais aussi en dehors de toute question religieuse une façon d’assigner les femmes à un modèle comportemental sinon à un uniforme derrière lequel toute identité personnelle et sexuée disparaît.

Ainsi notre siècle offre un vertigineux paradoxe puisqu’il prétend émanciper les femmes, briser les assignations identitaires et sexistes, mais dans le même temps il jette occasionnellement la suspicion sur l’affichage de critères distinctifs évoquant des caractères forts du féminin ou du masculin.

C’est justement de cette confusion et de ces injonctions paradoxales dont il faudrait sortir.

Les femmes sont-elles plus libres aujourd’hui qu’hier ? Oui, évidement ! Mes hommes sont plus conscients et respectueux du statut des femmes dans notre sociétés postmoderne ? Encore oui dans leur écrasante majorité.

Reste la question de la régulation des violences dont les femmes font l’objet. Et celles dont certains sont aussi victimes de la part des femmes.

L’évolution historique de ces réalités est complexe et a connu des avancées comme des régressions. Le mythe du Progrès nous aveugle quand nous le plaquons sur une vision rétrospective des siècles passés et projetons nos angoisses sur un passé mythifié de façon positive ou négative.

En tout cas la place qu’occupaient réellement les femmes dans les sociétés antiques, médiévales durant la Renaissance, le Grand Siècle ou celui des Lumières n’a souvent rien à voir avec cette désopilante caricature d’une lente montée des ténèbres machistes vers la lumière féministe.

Rien que si l’on considère la France du Grand siècle à partir du règne de Louis XIV, les femmes y occupaient une place de premier rang et jouissaient d’un pouvoir considérable. La préciosité chère à Molière avait codifié jusqu’au paroxysme les usages de la société aristocratique et des salons mondains des belles marquises. Une invention aussi intelligente et raffinée que redoutable, qui permettait aux femmes les plus brillantes de tenir à distance leurs prétendants, de multiplier les codes et les rites de la séduction selon la Carte du tendre, et se mettre en scène dans un théâtre très privé et très prisé voué au bel esprit, à la galanterie, aux fastes et aux élégances de la Cour.

précieuses

Combien de favorites, de duchesses et de reines d’un soir rayonnaient ainsi en faisant tournoyer autour d’elles, dans leurs appartements pleins d’apparat, tout un aréopage de satellites masculins en pourpoint, perruque et jabot, au verbe flûté, au visage poudré, maquillés, emplumés, aux mimiques plus maniérées que des folles de music-hall ? Tout cela pour arracher un soupir à ces précieuses pas si ridicules que cela et ces femmes savantes.

Ce sont bien les femmes qui tenaient le pouvoir sur bien des points. Le roi s’en amusait. Elles en usaient parfois avec une jouissance et une cruauté sadique, aussi décomplexée qu’offerte au regard de tous.

On pourrait citer ainsi bien d’autres époques et d’autres lieux que Versailles où les femmes ont dicté leur loi à des hommes réduits à faire les singes pour espérer un jour parvenir à leurs fins.

Evidemment en comparaison notre époque est beaucoup plus trash.

La vulgarité, l’obscénité, l’arrogance, l’insolence, l’impertinence, la désinvolture, l’outrance, la provocation, la transgression, l’exhibitionnisme, le cynisme, la méchanceté gratuite, la fatuité, la vanité sont autant de « vertus » dont il faut savoir user si l’on veut se faire entendre, considérer et respecter. Pas de places les mous, les fades et les faibles !

Plutôt que de cataloguer tous les hommes (et parallèlement toutes les femmes) selon les canons du politiquement corrects et de s’entêter dans une surenchère culpabilisatrice, castratrice et moralisatrice, peut-être serait-il plus constructif de considérer que la recrudescence des violences infligées est un symptôme de dysfonctionnements structurels de nos sociétés.

Au lieu de justifier ces angoisses, ces ressentiments réactifs et la haine mimétique de certaines femmes envers les hommes alimentée par ces violences par des discours idéologiques et victimaires qui essentialisent la gent féminine comme une éternelle victime.

L’enjeu n’est pas comme le voudraient certaines salafistes d’émasculer physiquement ou symboliquement tous les mâles afin de conjurer dans l’espoir de conjurer définitivement ces dérives « machistes » et ces violences. Ni de réclamer vengeance en désignant des coupables dans tous les milieux où le pouvoir couvre d’objectives injustices voire des crimes comme le viol ou le harcèlement sexuel. Encore moins de jeter a priori le discrédit sur l’autorité du mari et du « père de famille » au seul motif qu’une infime proportion des hommes mariés se comportent comme d’authentiques goujats ou commettent des violences envers leur épouse.

Sans reconnaissance sereine et de honnête de l’existence d’une violence féminine spécifique incarnée par ces militantes ultra du « féminicisme », mais aussi par les violences conjugales commises par des femmes à l’égard de leur conjoint, symétriques sinon égales à celles des hommes violents, il est impossible d’opérer un rééquilibrage et de pacifier l’éternelle « guerre des sexes » qui envenime les relations interpersonnelles et sociales et contaminent les discours politiques, selon les logiques du rapport de forces, de la concurrence victimaire, de l’arbitrage des pouvoirs selon les schémas de domination-rébellion, autant de mécanismes qui alimentent le cycle infini de la violence.

C’est aux femmes autant qu’aux hommes de démontrer que nous vivons dans une époque civilisée et toujours civilisable. De prouver que chacun est capable de rencontrer l’autre, de respecter les écarts et les différences pour ce qu’elles ont de positivement structurant, sans inhiber la dynamique du désir, de rencontre et de la relation, et sans ignorer la nécessité de la limite comme fondement de la sémantique identitaire, amoureuse, conjugale, sociale, juridique et politique.

Mais aussi de ne pas céder aux injonctions de l’esprit du temps. A cette dictature morale de type totalitaire du politiquement correct. Une morale faite d’injonctions discursives et comportementales qui dénaturent la dynamique relationnelle, faussent l’expression et la considération envers toute forme d’altérité, figent les modèles de l’agir personnel et collectif selon une hypervalorisation de l’image, du paraître et de la norme. Et stimulent en retour toutes les déviations, toutes les décompensations, toutes les transgressions et tous les désordres.

un-ou-une-masculin-feminin-genre-grammatical-vocabulaire-expression-orthographe

Il serait temps qu’hommes et femmes s’accordent non pas sur des comportements admis ou proscrits, tous également fondés sur la suspicion ou le rejet, mais sur une éthique commune de la dignité, du respect bienveillant de l’autre et de la coresponsabilité. Au lieu de rejeter indéfiniment la faute sur l’autre dans des processus de victimisation, de culpabilisation, de condamnation qui engendrent toujours plus de suspicion, plus de haine et plus de violence.

Il serait temps qu’hommes et femmes en conflit les uns envers les autres s’accordent sur la nécessité de conjurer leurs peurs réciproques par effort commun de reconnaissance, de pacification, d’apprivoisement et de rééducation mutuels, plutôt que de nourrir trop facilement des schémas réactifs de type misogyne ou misandre. Ou de nourrir les rapports de force, la guerre des sexes et la justification du désir de domination de l’autre.

Et pour cela, il faut impérativement sortir des schémas binaires, identitaires et sexistes. Des logiques qui conduisent à pérenniser artificiellement des stéréotypes sociaux et comportementaux fondés sur le genre associé au sexe, des stéréotypes aujourd’hui totalement démentis par les discours et les modèles dominants, mais aussi et surtout par l’évolution objective, historique, culturelle, sociale et anthropologique des sociétés postmodernes occidentales.

Les changements rapides imprimés par les évolutions sociétales liées à l’identité, aux différents types d’unions, de familles, à la sexualité, à la procréation, à la filiation, à la parentalité, à la responsabilité partagée ou fragmentée au sein de la société ont totalement bouleversé les arcanes traditionnels qui fixaient la norme des pouvoirs et de l’ordre établis. En assignant hommes et femmes à des identités, des rôles et des comportements précis.

La rapidité et la profondeur de ces changements affectent non seulement nos représentations culturelles sur le masculin et le féminin, Elles réveillent aussi des peurs archaïques sur l’être personnel et l’être social de chacune et de chacun. Les angoisses souvent inconscientes que ces bouleversements génèrent se traduise souvent par un retour du refoulé, par des crispations et des réactions agressives, une volonté de se réapproprier de façon outrancière ou falsifiée une identité, une légitimité, un statut sources de pouvoir et d’autorité qui paraissent perdus.

Les hommes sont autant sinon plus en crise aujourd’hui que les femmes avant d’accéder à leur émancipation. Les modèles traditionnels du masculin sont désavoués et donc la plupart du temps surjoués par bon nombres d’adolescents pour satisfaire un désir d’affirmation égotique et sociale.

Face aux revendications du féminisme émerge une forme symétrique toute aussi idéologique, sociale et politique de masculinisme, notamment aux Etats-Unis. Un mouvement qui vise à compenser les effets dévastateurs sur les hommes des excès du féminisme. Un effort de reconstruction et de réappropriation identitaire collectif au travers notamment de « groupes d’hommes » destinés à stimuler la confiance en soi, le sentiment d’appartenance à une même fratrie et guérir les blessures narcissiques infligées aux hommes par l’agressivité et la culpabilisation féministes de leurs mères, de leurs sœurs ou de leurs conjointes.

58ad70083adc9

Ce mouvement tend à promouvoir une forme d’homophilie réparatrice destinée à compenser le manque de proximité amicale, sensuelle et affective éprouvée au contact intime mais non sexuel avec d’autres hommes. Une façon d’intégrer, d’accepter et de vivre une sensibilité et une émotivité que beaucoup d’hommes se refusent ou se voient refuser, sinon en devenant le jouet de femmes perverses qui cherchent à les déviriliser ou les manipuler.

Parallèlement, les hommes en quête d’eux-mêmes réapprennent les vertus du défi, de l’audace, du courage, la maîtrise de la force physique, de la compétition, de la combativité, de l’endurance, de la réussite, de la fierté, sinon d’une certaine forme positive d’agressivité, autant de vertus masculines qu’ils s’étaient habitués à refouler ou réprimer et réapprennent à vivre de façon honorable et positive. Une façon de s’émanciper des injonctions contemporaines dévirilisantes liées aux « persécutions » féministes, aux discours culpabilisants identifiant la violence à la masculinité, au brouillage des genres, et à une certaine forme consciente ou insidieuse de féminisation des hommes.

Au final, les violences que l’on désigne uniquement comme des crimes appelant sentence collective et justice impartiale sont bien plus des stigmates d’une société en souffrance et d’individus qui peinent à remodeler leurs repères.

Plutôt qu’une volonté impitoyable de traquer en chaque homme ou en chaque femme les signes d’une violence plaquée par les projections victimaires, il serait bien plus juste et efficace de cultiver l’indulgence, la bienveillance, la patience, la modération. Autant de vertus personnelles mais aussi culturelles et sociales qui relève d’une forme d’amour et de pardon.

Hommes-femmes-qui-est-le-plus-fort_imagePanoramique647_286

Hommes et femmes sont blessés. Inutile de tirer sur un cortège d’ambulances. A nous de réparer, de faire preuve de vigilance mais aussi de magnanimité. De renoncer à condamner en bloc l’autre sexe à cause de comportements isolés et de crimes qui doivent être prévus et sanctionnés.

Ne nous identifions pas à ce désir, juste a priori, de justice. Un désir qui au lieu d’apporter la paix peut nourrir la guerre, le désordre et les violences de tous ordres. Car si ce désir traduit un amour bon et légitime pour soi-même, il ne peut y avoir de justice qui ait de vraie valeur sans l’exercice parallèle d’une certaine miséricorde.

Sans elle, individus et sociétés se condamnent à répéter sempiternellement le cycle meurtrier de la violence, pour finir un jour par s’autodétruire.

L’amour, la médecine et les miracles

Mis en avant

shutterstock_678750160
Le titre de cet article est aussi celui d’un best-seller publié en 1986 par le Dr Bernie Siegel, chirurgien et enseignant à l’Université de Yale.

Le 14 novembre dernier, le magazine Marianne publiait sur son site un article intitulé « Cathos, évangéliques ou islamistes, ces fondamentalistes qui menacent notre système de santé. »

A plus de 30 ans d’écart et plus de 7000 kilomètres de distance, deux conceptions radicalement opposées de la médecine et de la santé.

L’article de Marianne avait pour objectif de dénoncer les dérives fondamentalistes de certaines religions et les menaces que celles-ci peuvent faire peser sur l’exercice de la médecine.

Le livre du Dr. Siegel au contraire visait à démontrer les liens étroits entre l’esprit et la guérison. Et les limites d’une médecine trop obnubilée par la technique.

Le télescopage des deux points de vue révèle un hiatus profond entre une vision de la santé qui considère l’homme dans toutes ses composantes, physique, psychique et spirituelle, et celle d’une médecine officielle cramponnée à une vision exclusivement matérialiste, déterministe et biologique du corps, de la vie et de la conscience.

Pourtant de nouvelles sciences médicales émergent depuis 20 ou 30 ans, comme les neurosciences ou l’épigénétique, qui s’intéressent à l’origine et aux mécanismes de la conscience. Elles s’inspirent des découvertes les plus récentes de la physique quantique.

Ces recherches et ces découvertes encore balbutiantes propulsent la science moderne vers des horizons insoupçonnés. Elles remettent en cause les postulats fondés sur le rationalisme scientifique, le déterminisme, et forcent la science à revoir ses théories, à explorer des domaines qui relèvent de l’irrationnel, à penser en termes de synchronicité plus que de causalité, à abandonner les schémas classiques pour entrer dans une nouvelle compréhension, non rationnelle et non dualiste de la réalité, de la conscience ou du vivant.

La France est largement ignorante de ces avancées foudroyantes. Elle reste orgueilleusement crispée sur une vision hyper rationaliste, cartésienne et matérialiste de la réalité. Nos beaux esprits si assurés de la supériorité de l’esprit français sont souvent persuadés que les découvertes de leurs homologues outre-Atlantique ou outre-Manche ne sont que des égarements ou des fantaisies.

La médecine en France pâtit grandement de ce mépris superbe. Les grands mandarins qui la gouvernent sont embastillés dans la forteresse d’un Savoir dogmatique qu’ils transmettent aux jeunes générations de médecins, sans rien lâcher de leurs préjugés et de leurs certitudes.

Seuls quelques rares médecins en services de réanimation commencent aujourd’hui à s’intéresser aux EMI (Expériences de Mort Imminente), un sujet d’étude clinique depuis au moins 50 ans aux Etats-Unis. Malgré d’évidentes preuves sur la persistence de la conscience au-delà de la mort clinique du cerveau, la question de la mort et de l’après-vie reste souvent taboue. Les expériences vécues par les personnes revenues de la mort ont beau toutes suivre le même schéma, leurs visions sont évacuées par beaucoup de ces mandarins comme de simples « délires » ou « hallucinations« .
Alors parler de religion, c’est encore trop leur demander.
S’il est juste dans l’intérêt des patients de vouloir lutter contre une prétention trop assurée des religieux à vouloir les guérir selon des méthodes qui ne cadrent pas à 100% avec l’orthodoxie de la Faculté, sur le fond en revanche cette obstruction au spirituel n’est pas toujours objectivement fondée.
En France la médecine est très encadrée – on s’en réjouit – mais aussi extrêmement dogmatique. Tout ce qui ne cadre pas avec les dogmes de l’allopathie omnipotente est taxé de supercherie, de charlatanisme, ou interdit par les prélats de la médecine officielle. Le pouvoir des lobbies pharmaceutiques y est aussi pour beaucoup dans ces arbitrages.
Les médecines douces comme l’homéopathie, l’acupuncture, la phytothérapie, le qi gong (pourtant enseigné à la Faculté de médecine de Bobigny dans le cursus universitaire sur la Médecine Traditionnelle Chinoise), l’aromathérapie, la médecine ayurvédique ou amazonienne qui comportent des savoir-faire millénaires et constituent des réservoirs de molécules inégalés pour la médecine du futur, sont régulièrement montrées du doigt, empêchées ou déremboursées.

Aux Etats-Unis en revanche, au Royaume-Uni et en Suisse se développent des nouvelles médecines étudiées dans des laboratoires de recherche et en milieu clinique qui constituent à n’en point douter l’avenir de la médecine : médecines « quantiques » ou « spirituelles », thérapies psychédéliques…

Tous ces domaines en plein essor et riches de promesses de guérison infiniment supérieures à nos potions chimiques mobilisent pour certaines les ressources profondes de la conscience.

Dans le même temps les recherches et les théories engagées par les physiciens pour percer les mystères de l’Univers, « voir » au-delà du Big Bang, ou tenter d’unifier les théories débouchent souvent sur des spéculations métaphysiques étonnantes.

Ainsi les physiciens qui planchent pour trouver une théorie qui permettrait d’unifier les quatre grandes forces physiques qui régissent l’univers se heurtent à un problème de vocabulaire. Le seul mot qu’ils trouvent pour définir ce qui semble la matrice de toutes les forces qui font tenir ensemble l’Univers c’est… « l’amour ».

En France de nombreux médecins et chirurgiens ouverts recourent régulièrement à des techniques bien peu conventionnelles pour pallierles limites de la médecine traditionnelle. Des « guérisseurs », des « coupeurs de feu » interviennent régulièrement dans certains hôpitaux pour guérir des eczémas, des allergies voire des cancers réfractaires aux traitements habituels.
Les oncologues sont parmi ceux qui savent le mieux que le psychologique voire le spirituel jouent un rôle prépondérant dans la mobilisation de forces intérieures qui conditionnent la guérison. Le Docteur Carl Simonton fut l’un des premiers cancérologues américains à faire appel dans les années 1970 à des techniques de visualisation pour soigner ou soulager des cancers, et à obtenir des rémissions spectaculaires chez de nombreux patients en phase terminale.
Dans le domaine psychothérapeutique, le psychiatre Stanislas Grof a posé il a cinquante ans les bases de la psychologie transpersonnelle, en expérimentant des thérapies psychédéliques qui se sont révélées très efficaces pour soigner certaines névroses.
Aujourd’hui grâce à ces thérapies, on obtient des résultats spectaculaires dans le sevrage d’addictions graves à l’alcool, à l’héroïne, à la cocaïne, ou aux antidépresseurs. Mais aussi pour guérir en deux ou trois séances des troubles post-traumatiques ou des dépressions sévères résistantes aux médicaments et aux thérapies classiques.
De même, Robert Dilts, l’un des inventeurs de la PNL, est aussi un spécialiste de la santé et de la modélisation des croyances, limitantes ou au contraire positives, qui conditionnent la maladie et la guérison. Avec des effets positifs éprouvés depuis trois décennies sur des malades du cancer, ou du sida à une époque où les trithérapies n’existaient pas encore.
La France souffre d’une rigidité dogmatique qui la pénalise, d’un attachement coupable au matérialisme, au rationalisme. Elle est en retard de presque deux siècles sur l’époque. Un retard qui conditionne et emprisonne autant la médecine classique que la psychanalyse. Celles-ci accusent un retard de 30 à 50 ans ans sur leurs homologues anglo-saxonnes.
Les religions proposent parfois des méthodes controversées, mais aussi parfois des voies de guérison qui peuvent aider des personnes à surmonter ou accepter leurs souffrances.
Soyons humbles et pragmatiques.
Il faut beaucoup de prudence, d’objectivité et de discernement avant de juger et condamner selon des préjugés qui veulent toujours assimiler ce qui relève de l’esprit à des fumisteries ou de l’obscurantisme.
Il faut distinguer la lutte contre les dérives sectaires, dont les organismes cités dans l’article de Marianne constituent certainement des exemples, avec une médecine qui ignorerait volontairement la spiritualité comme partie indissociable de l’humain, et ses implications dans le domaine de la santé.

Le meilleur moyen de faire échec au Système ce n’est pas la révolution, c’est l’esprit

syst

L’imagerie complotiste est souvent hantée par l’idée que la planète serait gouvernée par une organisation fantôme regroupée sous la bannière des Illuminattis.

Une secte qui remonterait aux Illuminattis de Bavière, un courant de la Franc-maçonnerie né au 18e siècle. Voire à l’Antiquité comme l’attesterait la symbolique maçonnique qui fait référence aux dieux égyptiens Isis et Osiris en tant qu’archétypes du masculin et du féminin.

Cette société secrète serait aussi puissante que secrète. On lui prête des pratiques et des pouvoirs occultes voire sataniques. Grâce à ces pouvoirs et à sa faculté d’infiltrer tous les rouages de la société, elle tirerait les ficelles de l’Histoire et en dessinerait la trame. Elle aurait ainsi placé depuis toujours sur le trône des grands empires des hommes et des femmes de pouvoir parmi de ses plus hauts gradés, ou des marionnettes à sa botte. Aujourd’hui elle constituerait une élite mondiale ploutocratique et placerait ses pions à la tête de tous les partis politiques, des institutions mondiales, de la haute finance et des grandes multinationales.

Elle déclencherait sournoisement des guerres et des soulèvements afin de déployer une stratégie occulte à même de servir les intérêts de l’élite et de mieux asservir les peuples. Elle manipulerait les consciences grâce aux différentes religions, aux idéologies, aux croyances ancestrales ou nouvelles dont elle détiendrait les clés. Mais aussi grâce aux médias et à l’industrie du divertissement qui seraient sous la férule de ses adeptes.

Symbole de la Conscience, « l’œil qui voit tout » est souvent associé dans l’imagerie complotiste à un symbole « illuminatti », notamment parce qu’il est représenté sur le dollar américain. En réalité c’est un symbole universel qui trouve son origine dans la glande pinéale ou épiphyse, une glande de la taille d’une amande située dans le cerveau et qui agit essentiellement au moment de la naissance et de la mort en libérant de puissants médiateurs chimiques comme la DMT, dont la fonction aurait à voir avec notre esprit et le passage de celui-ci vers d’autres dimensions de la Réalité.

Cette lecture paranoïaque du monde et du pouvoir est évidemment délirante.

Bien sûr il existe des élites qui se concertent pour décider du sort des peuples sans forcément leur demander leur avis. Bien sûr la concentration des pouvoirs et des richesses est une réalité. Bien sûr il existe une petite classe de ploutocrates toujours plus étroite qui entend maintenir ses privilèges. Bien sûr les stratèges des grandes puissances économiques et militaires, les agences de renseignement, les cabinets de consulting qui conseillent les directoires des grandes banques et des multinationales, et les éminences grises des grands courants politiques font tourner leurs ordinateurs et plancher leurs think tank pour élaborer des stratégies à même d’avancer leurs pions sur l’échiquier mondial au mieux de leurs intérêts. Quitte à prendre des libertés avec l’éthique et la loi, à communiquer de façon mensongère pour paraître exemplaire tout faisant le contraire des objectifs affichés, en recourant à l’occasion à des réseaux mafieux ou terroristes pour organiser les trafics ou déstabiliser une région, etc.

Même si ces arrangements avec la morale et la vérité sont le lot commun des officines du pouvoir, pour lesquelles la fin justifie souvent les moyens, même si la démocratie est plus souvent dans les faits un mythe qu’une réalité, cela ne fait pas pour autant des puissants de ce monde des adeptes de Satan ou des mangeurs d’enfants.

Croire cela revient à penser naïvement que le Bien est d’un côté – celui des faibles et des opprimés – et le Mal du côté des riches et des princes. Une vision héritée d’un christianisme dévoyé, teinté de marxisme, d’idéologie révolutionnaire, voire de millénarisme.

Ainsi la théorie du complot judéo-maçonnique née dans les années 1930 refait surface sous les traits d’un antisémitisme déguisé en croisade antisystème. De même les réseaux anarchistes ou d’extrême droite nationaliste inondent la toile de théories fumeuses et de vidéos choc dénonçant le Nouvel ordre mondial mis en place par les Illuminattis. Recyclant au passage des fantasmes malthusiens de diminution programmée de la population mondiale, d’une 3e guerre mondiale imminente et d’un fascisme ultrasécuritaire et planétaire imposé aux peuples comme seule issue possible au chaos programmé.

Les fanatiques religieux ne sont pas en reste, qui voient dans la montée de chocs identitaires, communautaires, idéologiques et religieux les signes de l’Apocalypse qui précèdera la venue du Messie et le triomphe des élus sur les forces du mal.

D’autres théories plus fumeuses encore annoncent l’arrivée prochaine des aliens pour sauver la race humaine de sa destruction amorcée par les adorateurs de Mammon.

Dans une version plus soft, l’échiquier politique se recompose partout autour de nouveaux thèmes, non plus droite contre gauche ou libéralisme contre lutte des classes, mais partisans du système contre « souverainistes » antisystèmes.

L’élection de Donald Trump à la tête de l’état le plus puissant du monde a démontré qu’à défaut d’un vrai candidat antisystème les électeurs pouvaient préférer un clown milliardaire anticonformiste, raciste, violent et vulgaire à la figure policée de l’élite politique, économique et médiatique.

Car si les Illuminattis sont une chimère, le Système lui existe bel et bien. Et fait tout pour se maintenir même s’il craque de partout.

Essayons de comprendre les vrais enjeux actuels non pas au plan mythique ou symbolique mais au plan spirituel.

D’un côté nous sommes face à un monde qui se fissure et s’achemine vers sa destruction, entraînant dans sa chute des crises, des souffrances et des malheurs. Rien n’y fera rien : malgré l’énergie déployé pour maintenir en vie cet ancien monde, chacun sait ou sent que celui-ci est irrémédiablement condamné.

Ceux qui fantasment sur une secte qui en détiendrait les rouages et préparerait l’avènement d’un gouvernement mondial de type totalitaire ne sont pas tout à fait dans l’illusion mais commettent l’erreur de séparer d’un côté les bons dont ils feraient partie et de l’autre les méchants. D’un côté les victimes surnuméraires, et de l’autre une clique de pourris cyniques avides de fric et de pouvoir.

Ceux qui voient les choses ainsi sont esclaves sans le savoir des représentations que le système alimente chaque jour. Et plus dans une volonté de le concurrencer en prenant la place de ceux qui les asservissent, plutôt que de l’anéantir. Même quand ils prétendent vouloir se révolter, fédérer les insoumis et mettre à bas le Moloch, en vérité ils veulent réclamer leur part du gâteau et remplacer une dictature par une autre : celle du peuple contre celle de l’élite. Et un totalitarisme par un autre : celui de la transparence égalitariste contre la transparence de Big Brother.

En vérité nous sommes tous reliés et tous complices à un titre ou un autre de ce système que nous rejetons et de ceux qui l’alimentent.

Tous nous consommons les mêmes joujoux technologiques qu’on nous vend pour nous distraire et nous surveiller. Tous nous consommons les mêmes divertissements abêtissants, les mêmes films qui mettent en scène de façon allégorique ou parodique notre décadence, notre oppression et notre fantasmatique espoir de libération grâce à des héros providentiels.

Tous nous rêvons d’un ailleurs, d’un monde meilleur, plus juste et plus fraternel, mais pour l’écrasante majorité nous restons englués dans l’individualisme consumériste ou au mieux privilégions nos proches ou notre communauté quand la compétition fait rage et que la peur de l’autre s’installe.

Quant aux marchands de soupe et aux apôtres du système, ils répondent aux mêmes aspirations : servir leurs intérêts et se préserver contre l’avidité du plus grand nombre.

Une seule et même émotion gouverne l’écrasante majorité du genre humain : la peur.

C’est elle qui nous pousse à ériger des murs, des barbelés, des frontières réelles ou imaginaires, à désigner des coupables ou des boucs émissaires, à se méfier de l’autre au lieu de chercher à partager et collaborer, à vouloir toujours plus nous protéger, toujours plus de surveillance, toujours plus de transparence. Et qui conduit finalement à nous retrouver toujours plus angoissés, crispés sur nos possessions et nos certitudes, incapables de lâcher prise et d’aller de l’avant. Et ne pouvant voir l’avenir que sous les traits les plus sombres que nous présente chaque jour une actualité faite de drames et de catastrophes.

La véritable clé pour sortir de cette impasse tragique est d’ordre spirituelle.

Chacun à notre échelle individuelle, nous ne pouvons changer le monde. Même le pouvoir sur nos propres vies nous paraît de plus en plus limité. Et mêmes nos dirigeants que nous élisons pour nous gouverner, nous représenter et défendre nos intérêts n’ont objectivement plus beaucoup de marge de manœuvre face aux institutions supranationales qui décident des moindres détails de notre vie quotidienne. Quand ils ne font pas alliance avec le système pour faire carrière et penser d’abord à eux.

Faut-il décapiter tous les corrompus, au risque de nous retourner seuls incapables d’assumer des responsabilités auxquelles nous ne serions pas préparés ?

Faut-il revenir au paradigme précédent ? Arrêter la course du temps et stopper la mondialisation ? Ou au moins en limiter les effets en se barricadant chez soi comme le voudraient les nationalistes ? Faut-il régresser et sanctifier de nouveau sa patrie, sa cellule familiale, sa communauté ou son petit quartier ? Nous limiter à ces petites identités fractionnées, alors que le monde post-moderne nous pousse à voyager, à rencontrer, à nous nourrir des différences au lieu de les rejeter, quitte à nous déraciner ?

Là encore l’angoisse resurgit sous les traits d’une peur de se voir noyé, dilué, oublié dans un grand Tout indistinct. Ou d’être happé, phagocyté, avalé par un « autre » qui nous envahirait et dont la natalité galopante finirait par avoir raison de notre culture qui serait un jour balayée. C’est la théorie du « grand remplacement », qui conduit les politiciens nationalistes à faire croire à tous les déclassés qu’ils pourront retrouver leur place et leur dignité à la seule condition de virer ces envahisseurs opportunistes, ces étrangers qui viennent leur voler leur pain et substituer leurs coutumes barbares à leurs traditions les plus authentiques.

La seule façon de conjurer définitivement ces peurs et d’envisager l’avenir collectif sous un jour radieux, c’est de considérer que l’autre n’est pas un ennemi et que nous aspirons tous au même bonheur.

Et que les élites ne sont pas une caste séparée du peuple mais des hommes et des femmes sans doute plus gâtés et souvent plus égoïstes mais somme toute obéissant aux mêmes critères et aux mêmes désirs profonds.

La seule vraie différence se situe dans la façon dont nous décidons d’agir : soit pour nous-même, soit pour le bien de tous.

altruisme

Chacun à notre niveau nous avons à chaque instant cette même capacité d’élire comme dieu soit notre petit moi recroquevillé et pétrifié de peur qui réclame toujours plus d’attention, soit de lui tourner le dos et de servir avec amour celui qui est à côté de nous, et de proche en proche l’humanité tout entière.

Si chacun agit de la sorte, toute velléité de possession, tout réflexe de violence né de la crainte de mourir, d’être anéanti ou agressé, disparaîtra aussitôt.

Changer d’attitude peut paraitre risqué sinon impossible.

Car comment être certains que tout le monde jouera le jeu ? Et que cette invitation à baisser la garde ne soit pas une ruse de plus du Système pour mieux nous manipuler ? Si tout le monde ne s’engage pas en même temps sur cette voie, on peut légitimement craindre de se faire bouffer en jouant les élèves modèles ou les bons samaritains.

Alors à quoi bon ?

Sauf que rien ne change sans quelques aventuriers qui tracent la voie. Les moins peureux se sont déjà engagés sur cette voie. Le monde dont certains rêvent sans y croire existe déjà. Même si les médias n’en parlent pas parce que c’est beaucoup moins vendeur que les catastrophes et la lie puante qu’on nous sert quotidiennement.

Il suffit juste de changer de lunettes. Et de regard. Sur le monde, mais d’abord sur soi.

La seule chose que nous puissions réellement changer, c’est nous-mêmes. Et la première chose que nous pouvons facilement changer en nous-mêmes, c’est notre regard.

Osons changer notre regard sur nous-mêmes. Osons croire que nous sommes capables de penser, d’énoncer les choses et d’agir différemment. Que nous pouvons modifier nos croyances et nos représentations.

Tout est question de tentative et de persévérance. Car on ne réussit pas du premier coup à modifier des croyances et ses habitudes ancrées depuis des années voire des siècles dans nos cerveaux.

Commençons par des petites choses. Puis essayons de modifier des choses de plus en plus essentielles.

Cela peut commencer par notre façon de consommer, de choisir nos loisirs, notre façon de communiquer, nos relations avec nos proches, notre façon de travailler, notre relation à ce que nous possédons, la façon dont nous échangeons, dont nous conservons ou nous détachons de l’inutile et du superflu.

Cela peut ensuite concerner nos engagements collectifs, notre vie familiale, affective et sexuelle, nos principes d’éducation, notre système de valeurs, nos croyances religieuses, voire notre identité.

Qui sommes-nous en vérité ? Sommes-nous limités à la personne que nous sommes aujourd’hui ? Ou sommes-nous bien plus ? Sommes-nous la somme de ce que nous avons été, ou juste celui que nous croyons être aujourd’hui ? Sommes-nous ce que notre personnage public ou les autres nous renvoient comme image pour satisfaire notre ego, ou cet être profond qui aspire à de bien plus grandes choses ?

Nos capacités se limitent-elles à ce que nous avons jusqu’à présent expérimenté, ou serions-nous détenteurs d’un potentiel infini ? Notre vie s’arrête-t-elle à notre mort ou sommes-nous des êtres éternels ? Sommes-nous juste des individus séparés les uns des autres ou chacun de nous vit-il dans le cœur de ceux qui l’aiment ?…

C’est à toutes ces questions qu’il faut chercher des réponses. En n’essayant pas de nous réformer pour devenir parfaits. En ne cherchant pas à nous dénaturer pour correspondre à un idéal. Mais en expérimentant d’autres manières d’être au monde. Et surtout en allant à la rencontre de l’autre. En agissant les uns pour les autres.

Alors les peurs et les rancœurs relatives à ce monde injuste et violent, au désordre, à l’avenir, à ce système inhumain qui nous écrase, disparaîtront d’elles-mêmes peu à peu. De même que les regrets, les remords, les ressentiments et tout ce qui nous rattache à un passé qui n’est plus.

Le changement ne dépend de rien d’extérieur : ni système de remplacement, ni sécurité illusoire, ni outils ni moyens à inventer, ni amour que nous n’aurions déjà reçu. Tout est déjà là. Tout est déjà donné, et en abondance ! Il suffit de puiser.

Longtemps demeurera cette sensation du manque. Mais la seule façon de la combler et d’obtenir ce qui paraît nous faire défaut, c’est de le donner à d’autres. Ce que tu veux avoir ou réaliser, fais-le d’abord pour les autres.

Ce principe altruiste est l’exact contraire des valeurs individualistes promues par le système qui veut des individus fermés, séparés, dépendants de lui et surtout pas solidaires les uns des autres.

Il n’est pas non plus l’équivalent d’une sorte de charité sacrificielle. Ni d’un système de redistribution équitable où chacun trouverait son compte.

Car puisque la séparation n’est qu’une illusion, ce que nous donnons à l’autre, en vérité nous le recevons au moment-même où nous en faisons cadeau.

Pour anéantir le pouvoir d’un système qui semble nous opprimer, nul besoin de le combattre ni de faire la révolution. Toute violence contre lui ne fait en réalité que le renforcer. Et justifier qu’il se défende en usant de violence légitime.

Pour sortir de ce système et lui ôter tout pouvoir sur nous, il faut s’en remettre au pouvoir de l’esprit.

Car l’esprit est libre tant qu’il ne devient pas complice de son aliénation. Et aucun pouvoir, aucun système malgré toutes ses ruses, ses séductions et ses tentatives pour nous fasciner et nous garder sous son emprise ne peut gouverner notre esprit.

Si nous avions conscience de notre infinie liberté et de notre infini pourvoir de création, les murs qui nous enferment s’écrouleraient sur le champ. Et plus aucune limite ne pourrait surgir sur l’horizon de notre pleine et entière capacité à réaliser nos désirs les plus élevés.

Entrez dans le monde d’après – Les musiques électroniques expliquées aux nuls, aux perchés, aux has been

ziks-electro2

BEFORE

Pourquoi ce guide qui n’en est pas un ?

Pour témoigner d’une époque. Celle qui a vu naître, se développer et grandir les musiques électroniques. Qui ont conquis le monde.

Et puis la nôtre. Une époque formidable, exaltante, unique. Pour qui sait ne pas se laisser piéger par les mirages des écrans tactiles ou 3D. Pour qui veut aller au-delà des produits starifiés et frelatés.

Pour qui veut sauver son âme dans ce monde totalitaire, hypernormatif et uniformisé, mais aussi chaotique, éclectique, vivant, vibrant et insaisissable. Et non juste son compte en banque menacé par le prochain crash boursier programmé par les requins de la finance mondiale.

Pour échanger des pistes et des idées avec ceux qui croient que l’avenir est au partage, à la rencontre fraternelle avec l’autre, et non à la compétition sans pitié des egos. Et puisque l’avenir s’écrira ensemble ou ne s’écrira pas, qui pensent qu’il vaut mieux multiplier les occasions de rencontrer, de festoyer, de communier, de célébrer, de se mélanger. Et non juste faire du networking mondain en buvant un verre avec le voisin de palier black ou beur, et en comparant les plis sur sa chemise Mugler et le nombre de conquêtes sur Attractive World ou Grindr.

Ce qu’il n’est pas

  • Un guide

Le guide, c’est vous. Votre corps, votre âme, votre esprit. Et surtout votre cœur. Personne ne peut ni ne doit vous le voler. Personne ne doit vous dicter vos goûts, vos envies, vos passions, vos désirs, ce que vous voulez écouter, où vous devez vous amusez, avec qui et comment.
Surtout pas les « spécialistes ».
Et encore moins les marchands.

  • Un « catalogue », un « panorama » exhaustif, encore moins une « Histoire » des musiques électroniques

Parce qu’elles sont intemporelles, éternelles, puisent dans la vibration millénaire, le bruit de fond de l’Univers autant que dans les musiques célestes ou celles des siècles futurs.
Parce qu’elles ne s’enferment pas dans des formules, des schémas ou des équations toutes faites.
Parce qu’elles se vivent et se transmettent, et ne peuvent être contenues dans un livre, une discothèque ou une mémoire d’ordinateur de plusieurs téraoctets.

  • Un réquisitoire contre les sots, les hypocrites ou les faiseurs

Tous ceux qui vivent trop bien des réputations qu’ils font et défont, des institutions dont ils se croient les gardiens et du tiroir-caisse alimenté par les fonds de pension qui investissent dans la branche matériel pour DJ de Pionner ou qui émergent grâce aux largesses d’Univers-sale, ceux-là ont déjà vendu leur âme et sont irrécupérables.

Inutile de tirer à boulets rouges sur les gardiens du Temple ; plus dure sera la chute.

L’intention n’est pas d’appeler à guillotiner des têtes ou de célébrer le Grand Soir.

L’esprit festif, généreux et inclusif est la base et le credo des musiques électroniques, les vraies. Il n’a que faire des procès et des règlements de comptes.

Quand le rap met en scène les rivalités sous la forme de battles, la house et la techno abolissent les frontières et les clivages en fusionnant les énergies pour les élever jusqu’au ciel.

Ecstaty ou pas, les musiques électroniques sont nées dans les banlieues désenchantées de Detroit, de New York ou de Londres, où se mêlaient les Blancs, les Blacks, les Pakistanais, les pédés, les toxicos, les hippies, les punks, les hardeux, les crasseux, les Cockneys, les fils de bourges, les fans de Manchester et ceux de Chelsea… Tous unis par une même envie de faire fête jusqu’au petit matin voire plus, de laisser tomber les masques et les étiquettes, d’oublier la crise, la course au fric, la galère et le sida.

Aux antipodes du hooliganisme des stades et du communautarisme exacerbé, la house et la techno ont été l‘antidote au ségrégationnisme racial, social ou sexuel, à l’exclusion générée par une économie qui se mondialisait et un monde qui se durcissait, jetant dans la misère des millions de petites mains remplacées par des robots. Ni un projet alternatif à la morale imposée par le Nouvel Ordre Mondial, à l’uniformisation des modes de consommation et des comportements promus par le Système.

Ce qu’il est

  • Une invitation à sortir des sentiers battus, à voir les choses autrement, avec recul et avec humour
  • Une invitation à « sortir » tout court, pour ceux qui n’osent pas aller au-delà du bar du coin ou de petite fête entre amis, qui rêvent du grand frisson mais ne veulent pas prendre trop de risques ni se faire avoir
  • Une torpille lancée sur le piédestal des institutions, des concélébrations, des discours, des divas et des divagations officielles
  • Une invitation à donner du Sens, du sentiment à la fête, et non juste des idées pour sortir

A qui s’adresse-t-il ?

  • Aux « nuls ». A tous ceux qui n’y entravent rien aux musiques électroniques mais qui sont curieux et rêvent de découvrir en ayant quelques repères pour s’y retrouver dans la jungle de l’offre parisienne en internationale.
  • A ceux qui aiment déjà mais veulent parfaire leur culture, qui ont assez de modestie et l’envie d’apprendre d’un « vétéran » de ce mouvement.
  • A ceux qui savent et qui connaissent vraiment. Aux vrais esthètes. Qui ont assez de recul et d’expérience et donc plus rien à prouver. Et qui entendent rester à l’écoute de ce qui se crée de bon et de bien. Et surtout l’envie de partager leur culture avec des gens honnêtes et les jeunes générations avides de retenir le meilleur de ce que les anciens leur ont légué.

A qui ne s’adresse-t-il pas ?

  • Aux Reines de la Nuit. Aux divas des platines. Aux petits marquis du nanocosme parisien. Aux patrons de labels grisés par le succès et aux programmateurs de soirées ultra pointues. Trop certains d’incarner l’Alpha et l’Omega de l’ultimate bon goût parisien. Aux grandes noblesses de la Frènche Touche, trop orgueilleuses pour descendre de leur piédestal imaginaire.

Attention ! Ceci n’est pas une condamnation a priori. Beaucoup d’artistes parmi les plus grands noms des musiques électroniques sont des personnes charmantes, ouvertes, pleines d’humour, et dont le succès n’a altéré ni le talent, ni la passion pour la musique, ni le désir désintéressé de la servir, ni la curiosité envers à l’autre, ni la quête constante de découvertes sincères et de renouvellement authentique.

Malheureusement, force est de reconnaître que le succès corrompt souvent le jugement, le goût, l’âme, l’esprit de jeunesse, et surtout la gratuité et générosité qui font la valeur unique des grands artiste, de même pour la fraternité vraie qui unit tous ceux qui les aiment.

Et si ces musiques ont été dévoyées, si l’on vend souvent des vessies pour des lanternes, on le doit hélas à ces fats et à ces faisans qui ont cru pouvoir s’arroger le monopole de dicter ce qui est licite, novateur ou sublime, et ce qui est trash ou indigne de figurer dans leur palmarès.

  • A ceux qui croient tout savoir sur tout, les précieuses ridicules et postmodernes, arrogantes et méchantes, vides et pathétiques, qui snobent la terre entière et surtout les foules d’anonymes, la province ou les « beaufs » de leur haine hautaine et méprisante. Alors qu’ils ne sont jamais sortis de leur petit cercle d’initiés et n’ont jamais franchi le périph, ou alors juste pour aller visiter la Fondation Louis Vuitton dans le Bois de Boulogne, participer au Weather Festival dans le Bois de Vincennes, ou faire leurs courses bio à la coopérative Les Nouveaux Robinson de Montreuil, parlent de Chicago sans avoir été dans le South Side et de Detroit sans avoir franchi 8 Miles.Tous pareils et tous aussi vaniteux, pédants et stupides. Ceux qui dès potron-minet cavalent dans leur Smart ou sur leur iPhone 6 pour rejoindre le vernissage du dernier pseudo-artiste tendance, l’ouverture du dernier bar de jus de fruits amazoniens et de cookies sans gluten, les soirées bien en vue à Paris, les lieux archi célébrés par le nanocosme mais zappés par les puristes, les esthètes et les vrais amoureux de la musique, les sites hyper spécialisés, les pages que personne n’a encore découvert sur Facebook, les magazines top branchouilles, les lieux et les évènements incontournables où ils faut aller surtout pour être vu… Bref les vrais cons.
  • Aux journaleux de Trax Magazine, qui depuis 15 nous vendent une soupe électropop infecte comme l’apogée de l’art électronique. A ceux des Inrocks qui ont pris le métro en route après avoir pissé sur la techno à ses débuts et tentent de se rattraper depuis que Jack Lang et les bobos ont compris que les musiques électroniques avaient changé l’époque, la jeunesse et le monde. Et pire, aux rédac-chèfes bobasses d’A Nous Paris et autres fanzines insignifiantes qui ont parfois des éclairs de lucidité mais la plupart du temps traquent tellement la nouveauté et l’événement ultra tendance, entre cosmétiques naturels, nanars surannés et expos à la gloire de l’Ego d’un photographe anar de Pékin ou d’une blondasse ex call-girl qui se prend pour Kate Moss, qu’elles passent totalement à côté du truc maousse. Et confondent plug anal géant Place Vendôme avec Art majeur.

Par qui est-il écrit ? Dans quel esprit ?

Si j’ai écrit ces lignes, c’est par passion et désir de partager. Non pour m’ériger en critique, en juge, en docte ou en censeur.

J’aime la musique depuis que je suis né. Toutes les musiques. En particulier les musiques électroniques qui ont changé ma vie, m’ont ouvert au Réel, aux autres et à des faces cachées de moi-même.

J’en écoute et j’en découvre de nouvelles tous les jours.

J’en fais aussi depuis au moins 30 ans.

Je n’en vis pas car j’ai d’autres activités (photos, coaching, formation) donc je n’ai rien à défendre, rien à vendre.

Si je suis un artiste, que je produis et surtout compose de la musique, je ne cherche pas ici à vendre ma camelote, ni à défendre « ma » vision, « mes » goûts ou « mon » histoire. Ni à polir mon ego.

Des fêtes j’en ai vécues de toutes sortes. J’en ai aussi organisé beaucoup.

Au soir des années 1980, j’ai côtoyé (et parfois travaillé avec) ceux qui ont été les pionniers du mouvement house et techno français, qu’on a appelé plus tard la French Touch : Laurent Garnier, Sal Russo, Manu Casana, Jérôme Pacman, Olivier le Castor, Patrick Rognant, Eric Chedeville et son pote Guy-Manuel de Homem-Christo (l’un des Daft Punk)…

Ensemble nous avons découvert ces musiques, sommes allés à la rencontre des artistes qui les ont inventées, avons transpiré sur les mêmes rythmes, vibré sur les mêmes émotions, dans les mêmes lieux, les premières clubs techno totalement underground et les premières raves totalement illégales. Très tôt nous avons voulu partager cette passion qui nous animait, avec la fougue et l’esprit conquérant de la jeunesse, certains de tenir là quelque chose d’unique et de vraiment nouveau. Bravant les préjugés et les institutions qui voulaient n’y voir qu’un mouvement de mode éphémère, marginal, et sans réel intérêt artistique

Plus tard j’ai rencontré une grande partie des parrains de la house de Chicago. Certains sont devenus de vrais amis, comme Frankie Knuckles, que beaucoup considère comme l’inventeur du genre et le parrain de toute une génération de DJs et de clubbers passionnés.

L’amour que j’ai pour la musique, celles-ci en particulier, ne s’est jamais tari, jamais démenti. Il s’est au contraire approfondi et affermi

Je sais aujourd’hui pourquoi elles ont changé ma vie, celles de beaucoup d’autres, le monde, l’époque, et pourquoi elles continuent de le faire. Pour le meilleur

C’est ce que je veux témoigner ici

J’aime les autres. Vraiment. Surtout ceux qui sont différents. Les voyages et les rencontres m’ont appris à devenir plus ouvert. Plus connecté, plus en relation

Je vis entourés d’amis. La plupart sont étrangers. Et beaucoup ont l’âge d’être mes enfants

Si je veux partager mon expérience, en particulier avec les plus jeunes, c’est par souci de leur proposer des voies pour explorer, comparer, s’émerveiller. Trouver du plaisir, du goût et du sens.

Non pour leur imposer ma vision du monde

A eux de faire leurs propres expériences et de se poser les bonnes questions.


IN THE BEGINNING THERE WAS

Ces musiques dont on parle ici existent depuis 30 ans (pour la house), mais au moins un siècle pour les premières expérimentations sonores à l’aide de machines fonctionnant à électricité. Et plusieurs millénaires si l’on remonte aux origines « tribales » de ces musiques.

Qui plus est, les musiques électroniques sont d’une mutabilité sinon d’une versatilité extraordinaires. Mouvantes, changeantes, éphémères par nature, éclectiques par leur étendue, inclassifiables par parti-pris, elles résistent à toute analyse, à tout « discours » académique, à toute volonté de les résumer à des formules ou à des schémas.

Et même si elles sont « embourgeoisées », institutionnalisées, ont été récupérées, dévoyées, merchandisées par le système, même si l’on joue les « œuvres » de Jeff Mills (l’un des pionniers de la techno de Detroit) en version symphonique dans de grandes salles de concert prestigieuses, et si l’on tente de les panthéoniser au Louvre ou au Musée de la Musique, elles résisteront toujours à ces titularisations officielles et grandiloquentes.

Parce qu’elles sont nées sur les dancefloors, dans la sueur et le stupre, et que c’est là, là d’abord et là surtout, qu’on doit les jouer et les célébrer.

Qu’elles soient ou non assistées de « boosters » chimiques, si elles perdent ce lien ténu avec l’envie de cultiver une éternelle jeunesse, qu’on ait 15 ou 75 ans, l’envie de sentir qu’on existe en se frottant à d’autres corps en nage et en transe, avec les pieds qui martèlent le sol, les bras qui se tendent vers le ciel comme au milieu d’une assemblée pentecôtiste, avec ces cris de joie ou de défoulement cathartique, avec ce chavirement qui va jusqu’à l’hystérie collective, jusqu’à la perte totale de contrôle de soi, avec le désir impérieux de faire la fête et de tout oublier, surtout soi-même, loin des clubs sélects, des bars branchés et des lieux obligés, de se mélanger, de se travestir, de s’éclater, de s’extasier, de draguer, de baiser, de forniquer, de mourir pour renaître dans un corps restauré, de jeter au loin son ego pour se noyer dans la foule, de se vider la tête, les tripes et les couilles en communiant dans une ivresse bachique, de se remplir le cœur d’émotions vraies, et non juste de gimmicks factices, de se recharger l’esprit dans un grand maelstrom vivant, au contact des mondes parallèles, des anges et des démons, des fées, des elfes, des satyres et des nymphes, des divinités de l’Olympe ou du Styx… alors les musiques électroniques ne seront plus qu’un « genre » de plus pour faire « genre ».

Comme le jazz, inventé durant la Prohibition par des fils d’esclaves dans des clandés de Chicago, le tango par des ouvriers italiens dans les bordels de Buenos Aires, le rock par des prolos des Sixties dans des caves de Liverpool, le rap par des voyous du Bronx sous l’ère Reagan, le reggae par des fumeurs de ganja dans les slums de Kingston, ou le reggaeton par des flambeurs et des dealers dans les coupe-gorges de Puerto Rico… les musiques électroniques appartiennent au « peuple », à la masse, et  à tout le monde. Pas juste à une élite éclairée et même quand elles sont jouées par des fils de bourges.

Leur originalité, leur légitimité et leur sel, elles les doivent à cette contre-culture de l’underground, du melting pot urbain des grandes mégalopoles américaines, européennes ou asiatiques. Alternatives plus que contestataires, festives plus récréatives, insoumises et anarchiques par fidélité à la Vie plus que par volonté d’en découdre avec le système, qu’elles ignorent ou pastichent superbement.


… JACK!

« Soulever » et « se brancher ».

Le jack c’est l’essence même des musiques électroniques.

Jack veut dire « cric ». Jack up, « soulever ». Et c’est aussi le nom d’une prise utilisée pour brancher son casque audio à l’ampli.

Elle aura beau être présentée comme le dernier truc à la mode, si la musique qu’on vous veut vous vendre ne vous soulève pas au propre comme au figuré, si elle ne provoque pas dans la salle, comme dans la société, un « soulèvement », c’est que c’est un fake. Lâcher l’affaire !

Soulèvement, ça ne veut pas dire une émeute ou une révolution.

La house et la techno ne sont nullement contestataires mais alternatives, anticonformistes, anarchistes mais sans aucune volonté d’abattre le système dont elles se nourrissent et qu’elles subvertissent du dedans, comme ces clubs qui palpitent comme un cœur au cœur des grandes cités au lieu de chercher à les fuir à la campagne. Embrassant à bras le corps l’énergie de l’urbs. Universelles, insaisissables et toujours renouvelées, et toujours ailleurs que là où on les attend.

C’est le rock qui a joué ce rôle de protest song, en tout cas à ses débuts. Et jusqu’à ce que les punks lui fasse rendre l’âme. Puis le rap a pris le relai, du moins jusqu’à ce que les majors donnent le la en fabriquant des rebelles protéinés et des gravures de mode photoshopés pour vendre des skeuds.

Quant à la « prise », ne vous branchez pas sur la Matrice, mais laissez la musique prendre le contrôle de votre corps, e vo^tre âme et de votre esprit, jouer avec vos sensations et vos émotions, pour votre plus grand bien, et non pour vous asservir. Let the music use you ! (Night Riders)

Une fois branché sur ce grand Cœur universel qui palpite à l’unisson, vous voilà reliés les uns aux autres. Non pas enchaînés par les liens de servage ou les déterminismes de caste, mais vraiment, égaux et frères, quelle que soit votre origine, votre couleur de peau, votre statut social, votre activité, votre sexualité, vos désirs, vos rêves, vos croyances et vos limites.

Ce n’est pas qu’un slogan. Ce n’est pas qu’un gimmick à la mode pour ramener les kids dans le sclubs. C’est tout le contraire.

La house et la techno sont nées d’un immense besoin de liberté de s’affranchir des modèles, de la loi, de l’argent, du discousr des élites et des institutions.

Comme lors des révolutions libertaires qui ont enflammé la jeunesse occidentale des 60s/70s dans un grand élan de contestation de la société de consommation orientée vers le fric, la réussite, le matérialisme, la guerre militaire puis économique qui broient l’humain et lui ôte toute dignité.

Mais avec la technologie et les codes du 21e siècle alors balbutiants. Et surtout sans volonté aucune d’en découdre, juste d’ouvrir toutes grandes les portes du Futur. Les années 1980 étaient passées par là. Et le désenchantement avait fermé la porte aux utopies politiques ou socio-logiques.

Place désormais à l’Etre. Au pourvoir du Présent. Aux corps empêtrés dans le Matrice.

Et au Règne de l’Esprit chanté par les machines.


UN MANIFESTE POUR LE MILLÉNAIRE : DU SPIRITUEL DANS L’ART !

Nées d’une volonté de réinventer la fête, la vie et la fraternité mondiale, les musiques électroniques sont beaucoup plus qu’un mouvement de mode, un nouveau genre musical, un phénomène esthétique ou social.

Elles sont vraiment, qu’on le veuille ou non  – et ce n’est pas une prétention affectée de chroniqueur new age de le rappeler – de nature SPIRITUELLE !

D’abord parce qu’elles sont puissamment prophétiques et propulsent dans une tout autre dimension.

Qu’elles activent des zones de notre cerveau et produisent des effets que seules des substances puissamment psychoactives drogues comme le LSD, l’ayahuesca, le peyotl ou la DMT peuvent générer.

C’est aussi pour cela qu’elles sont totalement détestées par beaucoup de gens. Qui sont totalement incapables de les comprendre et d’en supporter l’audition. Car leur système cérébral, trop centré sur le cognitif, n’est pas à même de les supporter. Et leurs propres repères en sont totalement chamboulés. Ils ne peuvent entendre qu’un bruit répétitif et abrutissant, limités qu’ils sont par leurs propres capacités de perception.

C’est aussi pour cette raison que ces musiques ne se donnent souvent à comprendre pour la première fois qu’avec l’assistance d’un booster chimique, qui oblige à lâcher prise et à renoncer à contrôler ce que l’on ressent et ce que l’on vit.

Beaucoup plus puissantes que le rock psychédélique des années 1960/70, beaucoup plus en phase aussi avec notre monde urbain et post-moderne et avec notre époque de changement radical que les musiques primitives ou chamaniques, les musiques électroniques sont le seul exemple dans l’Histoire de formes d’expression musicales qui annoncent un monde qui n’est pas encore né, et ne contentent pas que de l’imaginer, se le représenter ou le fantasmer.

25 ou 30 ans avant l’avènement de la métasociété que nous connaissons aujourd’hui marquée par internet, les réseaux sociaux et les prothèses électroniques connectées, la house et la techno nous faisait déjà entendre ce monde dans lequel nous vivons aujourd’hui.

Déjà dans la décennie 1970, au sortir des années hippy et en plein raz-de-marée disco, dans la froide et matérialiste RFA occupée par les GI’s américains, quelques précurseurs avaient anticipé sur le 21e siècle bien avant son avènement : Kraftwerk avec le monde transhumaniste de Man Machine (1978) ou Giorgio Moroder avec la sensualité robotique et ecstasiée d’I feel love (Donna Summer, 1977).

Je me souviendrai toujours de la claque magistrale que j’ai encaissée la nuit où, dans un club underground parisien en 1988, j’ai entendu pour la première fois la reprise new beat du Rock to the beat de Kevin Saunderson (Reese / 101 Electric Dream). Cette transe hypnotique qui m’avait alors saisi. Et cette injonction minimaliste à « se balancer sur le beat » lancée par une voix de Big Brother féminin .

De même la jouissance indescriptible en dansant pour la première fois sur Can you feel it de Larry Heard (Mr Fingers). Je n’imaginais pas qu’un son puisse me propulser dans un tel océan de volupté et me faire vivre la musique de façon aussi cool et énergique à la fois, avec une telle intensité. Je n’avais pas encore testé le MDMA que déjà j’en ressentais les effets.

Idem pour les premiers tracks acid house (Confusion Revenge d’Armando reste mon préféré). Cette incroyable montée hypnotique vers une galaxie inconnue. Ces loops acid distordues et répétitives jusqu’à l’excès. Ce son à la fois agaçant, obsédant et absolument jouissif. Soudain les machines me parlaient d’un monde que j’allais connaître 20 ans plus tard

Quant à Acid Drill de Robert Armani (Edward & Armani) et Blackout de Lil Louis, quel effroi ressenti en entendant ces incantations prophétiques d’un monde glacé et totalitaire traversé de bruits de botte et de défilés nazis d’un côté, apocalyptique de l’autre.
Ces musiques ont vraiment été composées et sont conçues pour être jouées et vécues dans un état de conscience amplifié. Pour voir et vivre des réalités que notre inconscient peut capter mais que notre conscience trop préoccupée et ignorante ne peut en général pas intégrer. La transe permet de nous les révéler sans les nommer.

Et puis cette façon absolument inimaginable de communiquer avec la foule des danseurs. Par le simple regard branché sur un horizon invisible, des gestes incontrôlés, téléguidés par l’inconscient collectif et les références subliminales suggérées par le DJ. Une danse qui invente ses propres codes à mesure qu’elle se déploie, capte, transforme et redistribue les messages adressées par la musique, le DJ et les danseurs tout autour. Un mode de communication aussi physique, surréaliste que télépathique. Et incroyablement ludique ! Un réseau social en 5D avant l’heure. Bien plus réel qu’un écran d’ordinateur.

Je découvrais des ressources insoupçonnées de mon corps  et de mon cerveau. J’étais soudainement un surhomme doué de capacités inconnues, propulsé dans le paradigme centaurique dans lequel nous entrons à peine aujourd’hui, par-delà la réalité limitée par le verbal, le mental, la pensée dualiste et rationnelle : le monde d’après.

Même très éloignées de cette impulsion de départ, spirituelles, les musiques électroniques le sont toujours aujourd’hui bon gré mal gré. Mais à l’image du monde contemporain : protéiforme, mutable et métissé. Et donc empruntant à toutes les formes de spiritualités : déistes, paganistes, satanistes ou athées.

Elles rassemblent toute la gamme des « énergies », des divinités et des idoles révélées ou fabriquées par l’homme.

Des religions primitives ou animistes, des adorateurs de Gaïa, de la Nature ou du monde des Esprits.

La house était « chamanique » dès son origine, empruntant largement aux musiques new age (ambient house, trance house…)

C’est un truisme pour certains, une imposture pour d’autre, mais c’est la vérité.

Jusqu’à l’Ecologie, religion politique qui s’est imposée à tous avec le réchauffement climatique et qui nourrit les préoccupations des technokids des années 2010.

Des religions monothéistes.

Le gospel inspire puissamment les hymnes et les rites de la house de Chicago, héritière de toute la Black music, depuis les negro spirituals jusqu’au funk. Quand des DJs samplaient jusqu’à plus soif I had a dream ou Free at last de Martin Luther King, ou des prêches entiers de pasteurs évangéliques, comme Curtis Jones dans le sublime tribal et techno house The Preacher man (Green Velvet, 1993), les Shamen dans le subliminal, plaintif et éthérique hymne ambient Here me o my people, ou plus récemment les frères Lawrence de Disclosure qui rendent hommage à leurs maîtres de Chicago avec une maestria et un humour hors du commun, parodiant une assemblée pentecôtiste qui vire à la cérémonie vaudou dans le clip jouissif When a fire starts to burn (2013), ce n’est pas juste pour flatter le Black people ou se moquer du prosélytisme et de puritanisme des convertisseurs zélés.

C’est bien évidemment parce que ces références parlent et signifient quelque chose pour toute l’Amérique et au-delà.

Lever les bras en l’air, ce n’est pas à la base un gimmick de kids ecstasiés, c’est un détournement plein d’humour de de qui se pratique le dimanche durant le culte dans n’importe quelle église baptiste ou pentecôtiste du Bible Belt, ou même dans les bons temples réformés parisiens.

Comme Ray Charles avait osé profaner les mélodies gospel en inventant le Rhythm & Blues, la house joue sans cesse avec ces rites chrétiens que les Blacks d’Amérique ont tous fréquentés.

Et avec les angoisses de l’époque.

Quand Lil Louis dans son sublimissime hymne tribal et techno Blackout (1989) cite d’une voix d’outre-tombe des versets entiers de la Genèse ou de l’Apocalypse, ce n’est pas juste pour jouer au train fantôme en faisant « Hou Hou ! », ou s’amuser à se faire peur en agitant le spectre de la Fin du monde. C’est aussi et surtout parce que cette musique et les vocals qui l’accompagnent sont un puissant révélateur de l’époque, de ses tourments, de ses espoirs et de ses mythes.

Mais il existe également des réminiscences soufies, lointaines ou explicites, dans les tout premiers tracks new beat ou acid. Qui ne tiennent pas qu’au goût politiquement correct de l’époque Touche pas à mon pote pour la musique arabe.

Avec ce côté lancinant, obsessionnel, ces mélodies orientalisantes, froides, mélancoliques et désenchantées comme dans What time is love (KLF, 1988), ou chaudes et sensuelles comme bien d’autres anthems techno arabisants. Ou les deux, comme Revolution de Jean-Michel Jarre (1989).

Sans parler de l’oriental house libanaise, égyptienne ou turque. A l’image de ce morceau très commercial mais parfaitement illustrateur de DJ Antoine : Arabian adventure. Qui mêle atmosphère des Mille et une nuits, violons à la Oum Kaltoum, chants soufis, basse électro et beat house.

Il existe aussi, à Tel Aviv ou à Brooklyn, une house et une transe hassidique (juive orthodoxe). Pas étonnant quand on sait que la recherche de la transe mystique est la raison d’être des psalmodies scandées par les juifs pieux qui se secouent le corps les yeux fermés devant le Mur à Jérusalem ou dans les synagogues, en récitant des versets de la Bible afin de s’unir avec Dieu.

Des religions panthéistes ou asiatiques. Qui ne connaît pas Ganesh ou Vishnou n’a sans doute jamais trippé sur la transe de Goa. Souvent plus superficielles, les références au Tao ou Bouddha sont cependant nombreuses dans l’ambient et la lounge music, sous forme de musiques planantes à consommer après le boulot dans un bar avec un thé lapsang souchong.

Mais il y a aussi dans la techno et les musiques électroniques plus radicales une spiritualité non déiste, voire résolument matérialiste et antireligieuse.

Des humanoïdes de Kraftwerk (The robots ou Man machine, 1978), précurseurs et inspirateurs de la techno, jusqu’aux usines de la motown, la techno met en scène dès ses débuts cette fascination pour la fusion, réelle ou fantasmée, entre l’homme et la machine : l’informatique, le monde déshumanisé et robotique de la production automatisée et standardisée, des supercalculateurs, des cyborgs, des droïdes rigolos de Stars Wars ou du cauchemar transhumaniste de Matrix.

Est-ce pour affirmer la suprématie de l’homme sur la machine ? De l’esprit sur la matière ? Ou au contraire son asservissement, contraint ou complaisant ? Et sa destruction annoncée. Autant de thèmes philosophiques et spirituels qui traversent les angoisses et l’imaginaire du 21e siècle.

Plus bas dans l’échelle des énergies, on trouve des thèmes carrément satanistes, revendiqués ou symboliques, dans le hardcore et le trancecore, très parents du death metal auquel ils empruntent souvent références et iconographie, le silicium en plus de l’acier. Démons hurlants bardés de casques et d’échines métalliques, comme des T-Rex de métal débarqués d’une planète reptilienne, BPM explosant le compteur, marteaux-piqueurs pour bien perforer les tympans, ultra-violence kitsch et cris stridents de mutants en furie tout droits sortis d’un film gore.

Et puis il y aussi et partout dans la musique de ce siècle le thème de l’acédie spirituelle, liée au désenchantement du monde post-moderne, de l’angoisse existentielle, ou juste du spleen urbain et mélancolique cultivé avec esthétisme et affectation, et du retour au monde simple et rassurant de l’enfance. Autant de constantes dans beaucoup de tracks pop, rave ou électroclash, et de leur ancêtres new wave, industriels et new beat. Sur le mode ritournelle enfantine ou ado (Air, Röyksopp), romanesque et cinématographique (Sébastien Tellier – La Ritournelle), classe, métrosensuel et jazzy (St Germain – Montego Bay speen), ou flippé et drama (T99 – Anasthasia).

Ce ne sont pas que des « états d’âme » que les musiques électroniques veulent réfracter. Ce sont des pulsions, des aspirations ou des égarements spirituels, très liés à leur époque et à leur auteur.

LA OU EST TON TRÉSOR, LA AUSSI SERA TON CŒUR

Si l’on accepte que les musiques électroniques ne sont pas juste au mieux des musiques à danser et au pire un élément du décorum pour soirées people ou pubs télé, et que les fêtes contemporaines ne sont pas juste que des parenthèses sociales et récréatives pour conjurer la solitude des grandes villes et rompre avec l’ennui quotidien (ce qui est déjà beaucoup), mais qu’elles sont aussi des messes du temps présent, des rituels où l’on vient échanger les énergies, se recharger, partager et éventuellement communier dans la fête, la joie , l’ivresse et la danse, alors on admettra par là même que tout n’est pas qu’affaire de goûts et de couleurs.

Du goût il en manque souvent quand on confond soirées mondaines et rites de passage. Ou quand on va juste trémousser son popotin pour éviter de passer une soirée devant les conneries de la télé ou avec son chat et sa canette de bière devant son ordi.

Des couleurs il y en a souvent trop pour masquer la misère urbaine, celle des cœurs brisés, des salariés harassés par un taf ingrat, des jeunes qui ne croient plus à rien, surtout pas à eux-mêmes, des vieux manipulateurs qui se la racontent en promettant des lendemains qui chantent, et des potes qui oublient de rappeler quand on envoie un SMS de détresse.

Mais tout ne se vaut pas, loin de là.

Et il ne suffit de clamer « C’est mon choix et je t’emmerde ! » pour avoir raison contre tous et contre soi-même quand on défend l’indéfendable.

Aimer un son ne suffit pas un justifier qu’il soit bon.

Le relativisme culturel est la pire des arnaques. Car il y a bien une échelle des valeurs, dans le registre esthétique comme dans le registre éthique.

Et l’Art, le vrai, ce n’est pas une machine à créer des formes sympa pour oublier le quotidien ou qu’on n’est pas en forme. Ou pour mettre en scène l’état dysfonctionnel de sa propre vie ou de la société, en le poussant au paroxysme du nihilisme avec un cynisme achevé applaudi par les thuriféraires médiatiques de l’Ere du Vide.

L’Art, c’est un Révélateur du Sens !

« Sens » veut dire en français 3 choses : sensation, direction et signification.

Qu’est-ce que je ressens quand j’écoute un track ou que je me déhanche sur un truc de ouf ?

Vers quel état de conscience, vers qui ou vers quoi cela me mène-t-il ?

Quelle représentation de moi, des autres, de la vie, du monde, de l’Univers, de Dieu… ou juste du verre posé sur la table cela induit-il ?

Quel sens cela donne à mon existence, à ma relation à la vie. Ici, maintenant, tel que la vit vraiment, et pas comme je me l’imagine, la fantasme ou la souhaite.

Autrement dit, qu’est ce qui me rend plus « réel » ? Et qu’est-ce qui m’éloigne de ce que je vis, de ce que je suis ou de ce que crois être ?

Trop intello tout ça ? Branlette inutile ?…

Allons bons ! Soyons honnêtes. Pourquoi et pour quoi faire écoute-t-on du son ?

Alors que se priver de manger plus de 30 jours ou de boire plus d’une semaine conduit immanquablement à la mort, après tout on peut très bien vivre une journée, une semaine, 3 mois ou toute sa vie sans écouter un seul morceau.

Pourquoi la musique est-il aussi vitale pour tous ceux qui lisent ces lignes ?

Et pourquoi ce n’est pas juste un truc qu’on écoute seul à la maison mais qu’on a envie de partager avec d’autres.

Réfléchissez. Et trouvez les réponses.

« Il nous prend vraiment pour des teubés celui-là ! », entends déjà maugréer dans mon dos.

Cool, cool, rangez les armes. No panic. Et aller poser la question à vos dix meilleurs potes. Pas sur un forum internet : à l’abri de son écran on joue un personnage et on évite de se poser des questions qui dérangent. Non : face à face.

Après on en rediscute…


LE MEILLEUR ET LE PIRE

Le meilleur c’est toujours ce qui fait se sentir vraiment plus beau, plus heureux, plus grand, plus fort, plus uni. Qui fait s’aimer soi-même davantage, aimer la vie, ce qui nous entoure, l’époque, les gens, les autres. Avoir envie de sortir de son contexte, de dépasser ses limites, de marcher, de courir et de danser quand on est invalide, de rire quand on est déprimé, de donner quand on n’a rien et de recevoir quand on a tout. Ou juste de se poser et de regarder, d’écouter, de goûter.

Prêchi prêcha ?…

Par ce que votre but à vous, comme 99,999999% des humains, ce n’est pas le bonheur, peut-être ?

Ah bon !

Que vous soyez capable de rire ou de pleurer sur un morceau, c’est déjà une preuve que vous êtes un individu sensible. Et pas juste un cynique blasé et revenu de tout.

Une machine.

Car même les machines d’aujourd’hui savent imiter nos émotions, parfois mieux que beaucoup d’humains privés de leur humanité. Certains prétendent même que ce sont elles, les machines du futur, qui vont nous réapprendre à être des humains. Ou pas.

En tout cas quand vous écoutez un track techno, vous aimez entendre chanter les robots ? Les entendre gémir et jouir quand ils font l’amour entre eux ou se pluggent sur votre épiderme ou vos orifices ? Ou au contraire vous préférez vous fondre totalement dans le silicium jusqu’à disparaître et vous anéantir ?

Citer des morceaux qui ont changé ma vie, celle d’une génération, la musique ou le monde serait trop facile.

Pour ça je vous renvoie aux excellents livres et autobiographies écrites par ceux qui ont fait ces musiques, et non par des chroniqueurs ou des « spécialistes » souvent plus distanciés.

Notamment Electrochoc de Laurent Garnier et David Brun-Lambert (Flammarion, 2003).

Et bien sûr aux documentaires (en anglais sous-titrés le plus souvent) sur l’Histoire de la house et de la techno, que vous ne manquerez pas de trouver sur YouTube. Ou les bios consacrées aux grands noms des musiques électroniques (voir ceux cités à titre d’exemple en annexe).

Et puis surtout, je vous encourage vivement à rencontrer les artistes et les vétérans. Ceux qui sont vraiment bons ne vous refuseront jamais de dialoguer, s’ils sentent que vous êtes passionnés et désintéressés, et même si leur temps est compté. Les autres, les madones et les stars bidons, oubliez les !

Ce n’est pas du flan : je suis devenu pote puis ami intime avec Frankie Knuckles en chattant pendant des heures avec lui sur Myspace en 2006, à l’époque (courte hélas) où ce réseau social n’était pas qu’une vitrine promotionnelle dépassée et rassemblait tous les grands noms de la musique mondiale. On pouvait alors y dialoguer avec eux de façon ouverte, tant que l’on ne se limitait pas à leur faire du plat ou à les solliciter pour faire son propre buzz.

Quel pied de pouvoir discuter presque face à face avec ceux qui vous ont inspiré, qui ont changé votre vie, qui en font toujours partie et que vous adorez. Et de découvrir que ces grands artistes ne sont pas les statues de marbre qu’on en a faits, mais des hommes et des femmes comme les autres. Avec leurs interrogations et leurs doutes, leurs peurs et leurs limites. Le plus souvent, ils étaient ravis de pouvoir enfin parler avec leur public, sans risquer d’être harcelés à la sortie d’un concert ou d’un set, ou de subir le filtrage exaspérant de leur maison de disque ou de leur manager jaloux de son privilège de gérer l’image d’une grande star.

10 ans plus tard, les temps ont changé.

Les musiques électroniques, en particulièrement le meilleur d’entre elles qui revient en force depuis peu après une demi-décennie de mélasse eurodance et de guettasseries en tout genre, sont aujourd’hui sur le devant de la scène. Alors que le rap s’épuise à répéter les mêmes frasques, que le rock n’arrête pas d’être ressuscité par des opportunistes alors qu’il est mort il y a 40 ans, que la world music a tellement envahi toutes les musiques ici et ailleurs que ce n’est plus un genre à part entière, et que mis à part quelques artistes sincères et vraiment talentueux, la variété et la pop française est une soupe que même un enfant de 5 ans un peu évolué refuserait d’ingérer.

A moins d’être admis dans le carré VIP (et encore), difficile d’aller taper sur l’épaule de Derrick May après sa prestation sur la scène du Weather. De toute façon il s’en fout.

Mais il y a encore plein de lieux pas trop glamour et people où l’on peut trinquer avec les plus grands, dans un esprit soulful et bon enfant.

Pour les lieux à fréquenter, voici quelques pistes…


FAIRE LA FETE A PARIS ?

Aux les lieux trop institutionnels et encensés par les médias et le nanocosme parisien, préférez l’aventure, quitte à prendre des risques.

Parmi les incontournables, le Rex reste une institution phare. Après 30 ans de bons et loyaux services, il en aura vu passer de toutes les couleurs. Depuis les premières soirées acid house et les fameuses Wake up de Laurent Garnier au début des années 1990. Sa programmation plutôt techno haut de gamme et son sound-system sont quasi irréprochables. Mais l’espace est ce qu’il est : clean, bien ventilé et plutôt bien arrangé aujourd’hui, mais bas de plafond et enterré, plus proche du parking en sous-sol que le l’amphithéâtre, sans volume pour brasser les énergies du ciel et de la terre. Une vraie « boîte ». Donc à vous de voir…

Mais le nouveau pôle à voir et à vivre c’est assurément le quartier Austerlitz-Bercy-Tolbiac à l’Est de de Paris. Le cadre parfait pour les fêtes électroniques. Qu’on pourrait même étendre jusqu’à l’Institut du Monde Arabe et aux Jardins Tino Rossi, où ça frétille beaucoup des gambettes les soirs d’été au milieu des pique-niques géants et sur des rythmes latinos ou folkloriques. Histoire de tester d’autres ambiances.

Plus grand pôle de refonte urbanistique du Paris intra-muros depuis le tournant du siècle, le quartier Tolbiac-Bercy ne cesse de se développer, de s’étendre et de s’embellir. Depuis l’ouverture du POPB en 1984, actuellement en plein remix, du Ministère de l’Economie en 1989, de la Bibliothèque François Mitterrand en 1995, des Jardins Yitzhak Rabin (Parc de Bercy) en 2000, et plus récemment du nouveau pôle universitaire près de la Porte d’Ivry.

Paris Plage y compte même une extension l’été.

Au seuil de la décennie 1990 en pleine époque rave,  ce quartier alors encore très industriel a vu les premières soirées outdoors de la capitale prendre d’assaut les quais sous le Pont de Tolbiac pour des fêtes techno improvisées et alimentées à la gégène. De même sur les toutes premières péniches des deux rives, notamment le Batofar, un ancien bateau-phare échoué sur les quais de Seine et reconquis par des fêlés de techno au tout début de la décennie. Aujourd’hui devenu une institution beaucoup plus plan-plan, bobo et à vrai dire passablement ennuyeuse.

Ce quartier est aujourd’hui à n’en pas douter le vrai quartier du 21e siècle. Le plus futuriste et le plus américain. Avec ses grands espaces aérés, ses monuments pharaoniques (TGB, Bercy), ses bâtiments industriels reconvertis en grandes écoles, ses restaurants, ses bars, ses boutiques design et ses élégantes promenades le long des quais qui rappellent les docks de Londres, de Lisbonne ou de Puerto Madero à Buenos Aires.

Le plus jeune, le plus métissé et le plus cosmopolite aussi. Avec son pôle universitaire et sa Bibliothèque Nationale, qui attirent étudiants et chercheurs du monde entier, ses multiplex – MK2 à gauche, UGC à droite – son Village St Emilion avec ses concept-stores animés. Et ses grands parcs ombragés où viennent se détendre familles, bourgeois égarés, bobos du quartier, promeneurs parisiens ou étrangers, et gamins des banlieues voisines.

Passons rapidement sur la Concrete, la grande institution électro parisienne sur une péniche amarrée Quai de Bercy. « LA » soirée électro de référence pour beaucoup de clubbers invétérés. La plus tête-à-claque aussi. A l’image d’autres hauts-lieux des mondanités électro parisiennes, comme Zig Zag près des Champs-Elysées ou Yoyo au Palais de Tokyo, ces soirées sont peut-être incontournables pour beaucoup, mais on vit très bien en les évitant.

Bien-sûr leur programmation est exigeante et pointue. Bien sûr on y voit souvent se produire des artistes parmi les plus grands. Mais si vous détestez l’ambiance hipster et convenue des lieux un peu aseptisés, ou si vous avez plus de 35 ans et pas vraiment le look standardisé du clubber métrosexué, fuyez la Concrete, de toutes façons en perte de vitesse. Au risque de vous sentir décalé et dévisagé.

Outre de belles terrasses sur les toits, le Wanderlust et les autres clubs de l’Institut de la Mode situés sur l’autre rive de la Seine à Austerlitz, offrent à un public moins resserré et surtout moins snob, plus cool et plus éclectique, une programmation plus aléatoire mais parfois kifante. On se souvient par exemple d’un Nouvel an 2014 mémorable avec Kenny Dope Gonzalez aux platines.

Ceux qui veulent vraiment se plonger dans une ambiance soulful, deep, groovy, inclusive et festive, chamarrée et décomplexée, loin des chichis, des clichés et des mondanités, et en même temps très exigeante quant à la programmation et à l’esprit, n’hésiteront pas à aller rendre souvent visite au Djoon. Le club le plus authentiquement américain de la capitale.

On y croise les plus grands noms de la deep house, la crème de la crème des DJs de Chicago ou de New York. Et on y danse vraiment, pas juste pour frimer, sur les plus belles musiques du monde.

Le Djoon alterne soirées régulières et hebdomadaires de très bonne qualité consacrées au funk, à la motown, à la soul ou au hip hop, avec des découvertes vraiment fun de DJs de jazz house africaine ou plus exotiques encore. Et surtout, chaque mois les DJs résidents Greg Gauthier et Chris Thomas, de vrais amoureux de la musique qui bossent pour elles et pas pour leur egos, vous emmèneront aux confins de la deep house la plus sublime, avant de céder les platines aux plus grands : Todd Terry, Glenn Underground, Boo Williams, Louie Vega, Kerry Chandler ou Derrick Carter.

Avec son restaurant, sa terrasse et ses grandes baies vitrées ouvertes sur le métro aérien, on se croirait dans le Loop ou à Manhattan.

Inutile d’attendre 4 heures du matin pour voir la star débarquer. Ces soirées se déroulent sous la forme de tea dance une fois par mois le dimanche en fin de journée, démarrent dès 19 heures et se prolongent jusqu’à 2 heures.

Quel joie de danser au milieu de vrais amateurs de musique et de danse, dont certains professionnels. D’un public joyeux et souriants, de grands blacks trentenaires sapés avec simplicité, plasticité et goût, au visage éclairé d’un sourire immense, qui ne viennent ici que pour s’amuser vraiment, et dansent magnifiquement avec une vraie classe et sans affectation surajoutée, dans un esprit bon enfant où l’on se parle, où l’on touche, au lieu de sautiller sur-place en évitant soigneusement tout contact avec son voisin et faisant bien attention de ne pas renverser son verre.

Un vrai retour aux sources ! Espace volumineux, élégant et sobre à la fois, empli d’une belle énergie. Un lieu beau,  des gens beaux et de la très très belle musique !

S’éclater pendant 5 heures d’affilé sous une fresque de Michel-Ange (La Création d’Adam) entourée de lustres design, faire une pause pour savourer une conso sans raquer 15€ sur la terrasse, en regardant passer les derniers rames du métro aérien au-dessus des arcades, échanger quelques mots amicaux avec le DJ, qui n’est pas là pour faire la star mais pour régaler son public parisien. Et pourquoi pas finir la soirée dans un restau de Chinatown attablé avec des légendes de la house…

Voilà le secret de fabrication qui fait le succès du Djoon : T.S.P. : Tous Sauf Parisien !!! Chic et authentique.

Si l’on se recentre dans les quartiers historiques de la capitale, il y a aujourd’hui plein de nouveaux lieux à découvrir.

Malgré la beauté incontestable du cadre et l’immensité du lieu, vous éviterez soigneusement le Showcase situé sous les arcades du Pont Alexandre III. Repère de fils à papa, de la jeunesse dorée banlieue Ouest et des nouveaux riches du Sentier. Et encore plus son petit frère le Faust situé sur l’autre rive, tellement tendance que le Tout-Paris branchiole s’y précipite pour s’y montrer.

Toute la nouvelle promenade de la Rive gauche ouverte aux piétons en 2014 entre les ponts Alexandre III et de l’Alma est très réussie et mérite vraiment le détour. Mais trop courue, il faut attendre encore un peu que les choses évoluent avant de décider s’il faut y sacrifier ses nuits ou aller voir ailleurs.

Suivant le sillage des pionnières comme la Concorde Atlantique située sur l’autre rive par rapport à la Place de la Concorde, on peut s’amuser à égrener bateaux et péniches ammarrés sur les quais de Seine. Comme la très joyeuse Rosa Bonheur-sur-Seine, fille du salon des Buttes Chaumont reconverti en gay tea dance du dimanche après-midi.

Si les bobos et les gogos ne vont exaspèrent pas, vous pouvez même y trouver l’ambiance très cool.

Mais pour le dépaysement, cherchez plutôt de l’autre côté du périph.

Même si les branchés et les bobos qui s’y précipitent pour ne pas se mêler à leur congénères scotchés sur les lieux parisiens ont déjà dénaturé la vibe spontanée qui fait vivre depuis des décennies les banlieues de la Petite couronne, à Montreuil, Ivry, Bobigny ou Saint-Denis, on s’y amuse encore beaucoup, loin des codes imposés par la hipstérisation hystérique de Paname.

Si vous en avez un peu la claque de l’électro, allez vous rincer les oreilles le samedi soir du côté de la Halle de Montreuil et des nombreux restaus « ethniques » (et pas encore world food) qui s’étalent près du métro Croix de Chavaux. Vous y rencontrerez sûrement un orchestre de salsa cubaine suivi d’un DJ de très grande qualité. Ou une soirée libanaise passablement torride.


ET AILLEURS ?

On ne le dira jamais assez : ne restez pas à Paris, voyagez !

Vous n’en aurez que plus de plaisir à revenir à vos habitudes et verrez la nuit, la ville, sa magie et ses mirages d’une tout autre manière, avec plus de recul et d’objectivité relative.

Les vols low-cost et les réseaux d’hébergement gratuits entre particulier comme Couchsurfing balaient les arguments selon lesquels quand on a des revenus d’étudiant, de chômeur ou qu’on vit en province, il est impossible de voyager.

Londres est certes chère mais à deux heures d’Eurostar, on peut donc zapper la case hôtel rédhibitoire et faire la fête en attendant de reprendre son train. Berlin est à peine plus loin et beaucoup plus abordablee. Quant à Bruxelles et Amsterdam, on y aime toujours les sons électroniques sans s’emmerder avec les codes et les convenances parisiennes.

Et puis le Sud de l’Europe et le pourtour de la Méditerranée regorgent de capitales où la fiesta n’est pas un vain mot : Barcelone, Madrid, Séville ou Lisbonne. Tel Aviv, Athènes, Istanbul ou Beyrouth pour plus de dépaysement, mais surtout plus d’énergie et de folie.

Pour ceux qui ont davantage les moyens, on s’amuse aussi toujours énormément à New York (évidemment), à LA, à Miami. Mais aussi à Montréal, à Rio, à Buenos Aires, à La Havane si vous aimez les jolies filles ou les beaux garçons tarifés autant que le rhum et la fiesta. Ou, plus à l’Est, à Dubaï pour ceux qui ont les moyens et savent où aller (charia officielle oblige…), à New Dehli, à Singapour, à Sydney. Et même à Shanghaï qui s’est beaucoup débridée depuis qu’elle est devenue la capitale économique et financière du Pacifique sinon du monde.

On évitera – on boycottera même – Moscou et la Russie de Poutine. Où la fête est à l’image d’un pays ravagé par la brutalité et la corruption des élites, le fric, le racisme et l’homophobie faits lois.

Pour ceux qui aiment se retrouver dans une promiscuité chaude et virile, on évitera absolument la nuit gay parisienne, totalement ridicule et has been, et qui, après avoir lancé toutes les modes il y 20 ou 30 ans, en est réduite aujourd’hui à se caricaturer elle-même.

Le public y  est abject, stéréotypé jusqu’au clonage. La musique est au-delà du détestable, scotchée depuis 10 ans sur une minimal tribal totalement abêtissante, servie par des DJs incultes ou fauchés, bien obligés de cachetonner en régalant des Barbie bears sous coke ou GBH.

Quant aux institutions vieillissantes comme La Démence à Bruxelles (25 ans l’an dernier), devenue entre-temps une croisière chic et chère pour DINKs, à moins de vouloir jouer le rôle de Miss Piggy dans La Ferme ou de la salope de sévices gangbangisée dans le dernier nanar porno, on fera aussi un prudent détour.

Idem pour Ibiza, Sitges ou Mykonos, qui ne sont que plus des attrape-gogo d’une vulgarité achevée.

On s’exilera donc prudemment vers des destinations plus méridionales ou moyen-orientales que Paris, certain de trouver là-bas des mâles plus authentiques et une tout autre ambiance, vraiment festive et débridée.

Madrid, Tel Aviv, Istanbul ou Beyrouth : allez-y les yeux fermés. Et rouvrez-les en arrivant : vous ne serez pas déçus…

Plus loin mais bercées en toute saison par les alizées, les Canaries sont une option intéressante pour allier hédonisme tropical, hôtellerie classe, public international et plaisirs décomplexés entre gens comme il faut.


AFTER

Peu importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse ?

Non, non et  non !

Le contenant ne va pas sans contenu. Et quand on se livre aux entités nocturnes, on ne doit pas faire n’importe quoi.

Transe sans conscience n’est que ruine de l’âme.

En l’occurrence la ruine est assurée, et beaucoup plus rapide que prévue si vous n’y prenez garde.

A 20 ans on se croit invincible. A 30 on commence à se calmer. A 40 on fait le bilan. Et a 50 on sait que le meilleur n’est pas derrière soi mais devant, pour peu qu’on sache livrer ses plus beaux fruits et les partager avec générosité.

Faire la fête ce n’est pas poursuivre une quête ou juste se déchirer la tête.

A trop vouloir chercher dans la fête ce qui n’y est pas, on passe à côté d’occasion unique. Pas de formule préétablie donc. Le marketing vous ment : réinventer votre avenir !

Votre vie vous fait gerber et vous faites semblant d’être très heureux pour paraître comme tout le monde ? Jeter le masque et enfilez le costume de « Magicien d’Ose », pas de Robocop ou de la fée Carabosse.

Allez vers les autres au lieu d’aller vers vos pairs. Vous n’y gagnerez rien à contempler combien ils vous ressemblent tristement, et vous finirez aigris en ayant la triste impression d’avoir raté votre vie et d’avoir laissé filer votre jeunesse sans jamais prendre de risques.

Ecouter la voix de vos aînés et non celle rassurante de vos copains.

Et laissez-vous vraiment griser par le Souffle de la Vie, par les vibrations dérangeantes et inconnues qui palpitent dans cette mélodie inouïe ou ce beat tellement agaçant qu’il vous fait frétiller à peine entrée dans la place.

Faites confiance à l’intuition, au ressenti plus qu’à la raison.

Et partagez.

Pas que sur Facebook ou Twitter. Mais en vous livrant corps et âme à l’expérience présente. Sans craindre le ridicule ou le jugement des autres, qui sont là comme vous pour s’amuser, se défouler, se dépasser et transcender l’espace d’une soirée.

Le Sexe de Dieu

Jésus a-t-il eu une sexualité ?

Et si tel est le cas, était-il homo, hétéro, bi ?

La question taraude les esprits contemporains, à l’heure où le mariage homosexuel se généralise dans bon nombre de pays occidentaux et pose la question de la sexualité sous un autre angle.

Au risque de chagriner les esprits prudes ou timorés, et sans vouloir faire aucun prosélytisme d’aucune sorte, il me semble que cette question est capitale.

Tout d’abord parce que le fait d’avoir occulté la sexualité de Jésus pendant presque deux millénaires est particulièrement préoccupant, et symptomatique d’une église qui a longtemps déployé des trésors d’argumentations théologiques pour nier ou suspecter le sexe, le corps, la femme, et finalement la vie pendant des siècles. Pervertissant ainsi jusqu’à l’absurde la notion-même d’incarnation.

En outre, travers très latin et en aucune façon moyen-oriental, cette théologie a accrédité l’idée d’un être scindé en deux parties opposées : l’une supposée vertueuse et promise à un avenir glorieux : l’esprit. Et l’autre supposée gouvernée par Satan, basse, fétide, délétère et méprisable : la chair.

Cette dichotomie, déjà présente chez Paul (mais il y aurait beaucoup à dire sur cette figure dont on a fait le pivot de la théologie chrétienne…), est cependant totalement étrangère à la culture dans laquelle ont baigné Jésus et ses disciples. Et que partagent encore aujourd’hui les esprits moyen-orientaux. Pour lesquels d’ailleurs ces concepts identitaires très occidentaux comme « gay », « hétéro » ou « bisexuel », sont des aliens culturels.

Ensuite parce que, comme l’affirme fort justement le théologien orthodoxe Jean-Yves Leloup : si Jésus n’a pas assumé la sexualité comme l’une des composantes essentielles de notre humanité, celle-ci ne peut être sauvée. Or si la sexualité n’est pas sauvée, l’homme ne l’est pas non plus dans son entier. Échec cuisant de l’œuvre de Salut !

A moins de nous fantasmer comme des êtres purement spirituels, auxquels un dieu pervers aurait adjoint quelques appendices obscènes le temps de leur présence sur terre…

En vérité, c’est une révolution copernicienne de nos représentations sur Jésus et son enseignement qu’il faut opérer.

Jésus n’était pas (exclusivement) un maître, un « enseigneur », un homme docte ou un sage qui aurait délivré un message destiné aux seuls esprits.

C’était avant tout un être de chair et de sang.

Et, aux dires de ses détracteurs qui fustigeaient sa conduite et ses fréquentations bien peu orthodoxes, un sacré bon vivant !

Jésus respirait, mangeait, dormait, buvait, pétait, rotait, baillait avec ses disciples… Il riait, pleurait, n’avait pas peur de faire des démonstrations publiques d’une sensibilité qu’on jugerait aujourd’hui déplacée.

Il embrassait ses proches sur la bouche : ses disciples masculins du moins, comme c’était l’usage dans les premières communautés chrétiennes. Et probablement Marie-Madeleine, sa « compagne » selon plusieurs évangiles apocryphes.

Ce n’était pas en tout cas le personnage austère, cérébral et asexué, qu’ont fabriqué les pères latins et l’iconographie chrétienne, en particulier celle des icônes.

Peut-être même a-t-il eu une (des) relations sexuelles avec… Marie Madeleine ?… Jean ?… D’autres disciplines comme Marie, sœur, de Marthe… voire Lazare ?

On n’en saura jamais rien avec certitude mais une chose est sûre : si « le Verbe s’est fait chair« ; ce n’est certainement pas pour enfiler des perles ou faire de la théologie !

Jésus était un être sensuel. Et si l’on veut vraiment le connaître et l’approcher, il faut non seulement l’écouter, mais aussi (et surtout) le toucher, le sentir, le caresser comme un être cher, le goûter… le manger !

« Ceci est mon corps« , « ceci est mon sang« .
« Quiconque mange ma chair et boit mon sang aura la vie éternelle« .

Ce n’est pas qu’un symbole ! L’eucharistie est au cœur de la foi chrétienne, comme la Résurrection, indissociables.

En ce temps de Pâque, méditons sur notre relation à Jésus !

Est-elle « intellectuelle », exclusivement « spirituelle » ? Mais alors qu’est-ce que la chair sans l’esprit ? Nous sommes des êtres incarnés. Et, notamment, sexués. Or si nous refusons cette incarnation, nous refusons la vie !

Jésus, quant à lui, ne désire qu’une chose : se laisser approcher, toucher, désirer ! Par ses proches, mais aussi les plus petits et les plus méprisés selon les canons « politiquement corrects » de son époque : les femmes, en particulier celles « de mauvaise vie », les enfants, les vieillards, les malades, les putes, les brigands, les collabos, les « impurs »…

Jésus se laisse approcher, toucher, embrasser, oindre de parfum précieux, accaparer par ceux qui le désirent avec fébrilité, veulent se laisser bercer par ses paroles, goûter sa lumière, son aura, son parfum, connaître sa vérité, partager sa vie, entrer dans son Amour, s’approcher d’un Divin tout aimant.

Les mystiques qui ont connu une union mystique avec le Christ n’ont que faire des précautions vertueuses et de la pruderie excessive des gens comme il faut… Les extases mystiques, hommes ou femmes confondus, sont d’un érotisme sans frein ni pudeur !

Jésus n’est-il pas « l’Époux » de l’Eglise et de l’humanité ?
Ce n’est pas qu’une métaphore !

Sinon qu’est-ce la Résurrection ? Un mirage ? Un décollement ?…

Allons bon ! La Résurrection est le plus grand orgasme qu’il nous soit donné d’expérimenter ! Un vertige sans commune mesure. La transfiguration ultime de notre être en corps de lumière… Pas rien !

Au lieu de nous draper dans d’inutiles et trompeuses précautions, cédons au désir du vertige ! Le divin nous appelle à vivre la plus belle aventure qu’il nous soit donné de vivre.

Et si notre société, en Occident du moins, est à ce point malade de son obsession envahissante du sexe, ce n’est peut-être pas uniquement pour exorciser ses profondes angoisses existentielles ou eschatologiques, ni pour endiguer le flot de déprime qui s’abat sur elle. Mais aussi et surtout parce que le temps de la Rencontre est imminent !

C’est un truisme d’affirmer comme le font les psys que les obsédés du sexe cherchent Dieu.

Eh oui ! : « Les prostituées vous précéderont dans le Royaume des Cieux. »

Si l’on occulte cette réalité, non seulement elle revient en force comme le retour du refoulé, souvent sous le masque de la perversité, de la violence ou du macabre, mais aussi on passe à côté de l’essentiel : ce que le Seigneur veut t’offrir et qui n’a pas de prix, sinon celui de son sang : pas une petite morale à deux balles, pas une théologie qui sent le rance, pas une sagesse ascétique. Mais la plus grande métamorphose de ton être, que même dans tes rêves les plus fous tu n’oserais concevoir !

« Pierre, m’aimes-tu ? »

Surprenant épisode à la fin de l’évangile de Jean, où par trois fois Jésus répète cette question à l’apôtre qui l’avait renié quelques jours plus tôt et auquel il confie la responsabilité de conduire son église : « Pais mes brebis ! »

Une interprétation théologique commune est de distinguer dans cette triple interpellation trois niveaux d’amour : Philia, Éros et Agape.

Et, toi qui lis ces lignes, aimes-tu Jésus seulement d’un amour amical, sentimental, « platonique » ?…

Ou es-tu prêt à l’épouser charnellement ? A vivre un transport érotique à son contact, qui te ravira à toute autre réalité présente ? A unir ton corps au sien, par-delà toute considération strictement sexuée et sexuelle ?…

Tabou bien inconvenant qu’il te faudra pourtant dépasser si tu veux vraiment ressusciter dans un corps de lumière.

Et enfin, tes sens comblés par cet amour inimaginable, consens-tu à l’aimer inconditionnellement, sublimement, spirituellement, à oublier jusqu’à la conscience d’être toi ? A rejoindre la multitude des êtres pour te fondre dans l’océan de l’Amour divin ?

Trois étapes sur le chemin mystique qui conduit aux épousailles humano-divines : le cœur, le corps, puis l’être tout entier, fondus dans le creuset de cet Amour sans limites…

Le cœur d’abord. Jésus n’est pas une « bombe sexuelle », une bimbo ou une icône gay ! C’est par le cœur qu’il nous attire, même si la dimension cordiale imprègne tout son être et ravit les sens.

Le corps ensuite. Car si ce corps n’est pas béni, aimé, épousé, transfiguré, alors tu ne peux renaître à la vraie Vie. Jésus reste une « idée », très élevée et très « humaniste » sans doute, mais une idée. Rien de plus.

L’être tout entier ensuite. Se perdre totalement en Dieu, voilà ce à quoi nous sommes appelés. Ce que les Soufis vivent dans la transe mystique, les Bouddhistes dans l’entrée dans le Nirvana, les Chrétiens aussi sont invités à expérimenter dans les ultimes épousailles divines.

Car Dieu commence par nous séparer de la masse indifférenciée. Il fait de nous des individus et nous érige à une conscience nouvelle. Mais ce n’est qu’une étape, nécessaire sans doute mais non ultime, de la transformation.

Individualisés, nous mesurons le prix de la vie et faisons l’expérience de la responsabilité. Ainsi, nous serons un jour tenus comptables des actes que nos posons en conscience. Et non plus noyés dans le Collectif, sujets à la confusion identitaire et couverts par cette indifférenciation au sein du groupe. Situation bien pratique mais qui nous maintient dans une confortable irresponsabilité infantile.

Toutefois, il nous faudra un jour renoncer non seulement à notre ego, cette prison illusoire qui nous fait croire être l’auteur de nos désirs et la justification de notre agir. Mais aussi à notre « soi », cette part de nous-même en tant que conscience différenciée à laquelle nous croyons ne pouvoir échapper.

Agape fait non seulement référence à l’amour inconditionnel, la Charité, le sommet de l’amour dans son sens existentiel. Mais c’est aussi l’ultime porte qui conduit à entrer en Dieu. « Je Suis, la porte » L’Être de toute éternité EST la porte, la « Voie » comme disent les Taoïstes, qui conduit aux réalités supérieures.

Ce qui nous est proposé, c’est de nous élever dans l’échelle sans limite du Réel toujours plus sublime et plus spirituel, qui est Dieu lui-même.

A toi donc de décider. Si tu veux vraiment « ÉPOUSER » Dieu, ou juste « bien aimer », selon ta propre mesure, et rester toi…

Pourquoi les « religions », autoroutes spirituelles supposées nous rapprocher de Dieu, constituent-elles par ailleurs un frein pour entrer totalement dans l’expérience du Divin ?

Parce que les religions, tout au moins les religions dogmatiques comme les religions monothéistes, sont aussi des usines à fabriquer de la représentation.

Or on ne peut expérimenter vraiment Dieu si l’on s’en tient aux représentations.

Comme un écran de cinéma où serait projeté le film en 3D de notre vie, celle-ci et celle à venir, les religions nous racontent de belles histoires. Et nous proposent des schémas, des recettes de cuisine, théologiques et comportementales, pour s’élever vers le Divin. Mais cela ne saurait suffire.

Il vient un jour où le petit enfant lâche la main de son père ou de sa mère et apprend à marcher seul. Il vient un jour où le bateau quitte le port, cesse de faire du cabotage en suivant le rivage et se lance vers la haute mer. Idem pour la vie spirituelle.

Vient un temps où il faut abandonner ses propres certitudes et schémas religieux. Affronter l’expérience du Grand Désert spirituel, de la Grande Nuit mystique. Et renaître dans à réalité nouvelle. Qui n’exclue ou ne nie en rien l’apport des religions, mais les dépasse largement. Et nous affranchit de toute idée de Dieu, de toute représentation de Dieu, de tout discours sur Dieu. Pour leur substituer la seule « expérience », pleine et entière, présente et éternelle, du Divin incarné en nous.

C’est ce que Jésus a vécu lui-même et nous a offert de partager en se donnant à l’humanité. Jusqu’au point ultime de la Croix, où il fut dépossédé de tout. De tout, sauf de Dieu.

« Dieu seul suffit, que rien ne t’épouvante » a écrit Sainte Thérèse d’Avila.

Mais qu’il est difficile et délicat de réviser ses propres certitudes ! Elles sont comme un exosquelette qui nous maintient debout quand le choc avec le Réel nous fait chanceler. Elles nous maintiennent dans une illusion de congruence quand ce même Réel, trop puissant pour notre capacité à l’appréhender, nous fait exploser en mille morceaux.

Le christianisme – catholicisme tout particulièrement – serait-il la seule grande religion au monde à ignorer la sexualité ? Quelle singulière exception !

Or, si l’on regarde les choses avec d’autres lunettes et un esprit ouvert, il n’y pas de différences fondamentales entre le Cantique des cantiques et le Tantra : l’union érotique, physique et mystique est une voie universelle d’accès au Divin.

Notre théologie de la « chair », mortifère s’il en est, a diabolisé le corps et le sexe et sublimé l’esprit d’une façon littéralement « hystérique ». Perversion hélas à l’origine  de bien des névroses individuelles et collectives.

Car enfin : faire de Marie, mère de Jésus et femme d’un caractère bien trempé, une icône de la virginité et de la frigidité ! Elle qui a eu de nombreux fils et filles après Jésus. Une femme juive du 1er siècle, mariée à un homme pieux, qui serait restée vierge toute sa vie ? Quelle absurdité !

Qu’on lise pour s’en convaincre et réinitialiser son disque (un peu trop) dur l’excellent livre d’Alejandro Jodorowsky : « Un Évangile pour guérir ». Au travers d’une lecture décomplexée de l’Evangile de Luc, l’auteur y déploie une compréhension saine, vivante et puissamment « thérapeutique », de la sexualité, de l’incarnation, de la féminité, de la conjugalité et de la maternité.

Qui plus est, faire de Jésus un sage ascétique, un être asexué sinon efféminé, un pieux rabbin suspicieux de la chair, quelle erreur magistrale ! Lui, le Prince de la Vie, Dieu fait homme, le Fils de Dieu !

Mais quel Dieu veut-on nous vendre ? Celui de Platon ? Des philosophes du Monde des Idées ? Ou bien le Dieu d’Israël ? Le Dieu de la Vérité ? La seule Réalité qui EST de toute éternité ?

Chers frères et sœurs épris de théologie, réfléchissez donc par vous-mêmes et osez revoir vos programmes mentaux bien ver(rouillés) avant de balayer d’un revers de manche méprisant toute considération sur le sexe à propos de Jésus.

A l’impossible nul n’est tenu. Mais ce qui est impossible aux hommes est possible pour Dieu.

Quel que fut son statut marital et la façon dont il vécu la dimension sexuelle, Jésus a-t-il été muet qu’on le dit sur la question du sexe ?

On prétend en effet souvent à tort que les Evangiles sont muets sur la question de Jésus et du sexe.

Mais c’est précédemment parce qu’on nous a trop habitués à les lire avec des lunettes déformantes et cache-sexe !

Si l’on prend la peine de comprendre le message de Jésus et de le resituer dans son contexte au lieu de plaquer nos propres angoisses sur les paroles du Christ, alors on découvre une toute autre réalité.

Quand Jésus dit à la femme adultère, « Va et ne pèche plus », il ne se pose nullement en censeur moral normatif. « Ne pèche plus » signifie bien évidement « ne trompe plus ton mari avec un autre homme », mais également bien plus essentiellement : « ne te trompe plus toi-même. » Ou, plus précisément selon l’étymologie hébraïque du verbe pécher : « ne te trompe plus de cible ».

Cela devient encore plus évident avec l’épisode de la rencontre avec la Samaritaine au bord du puits (Jean 4 :1-30). Celle qui a eu cinq maris et vit avec un homme qui n’est pas son mari, est présentée comme une étrangère appartenant à une minorité haïe des Judéens, une séductrice et une femme un brin orgueilleuse.

Une lecture psychanalytique du texte nous révèle qu’il fourmille d’allusions sexuelles, du moins à un certain niveau d’interprétation.

« Donne-moi à boire » (Jean 4:7) est à l’évidence de la part d’une Samaritaine à l’adresse d’un Juif une provocation totalement inconvenante dans ce lieu sacré.

« Tu n’as rien pour puiser et le puits est profond » (Jean 4 :11) évoque autant la profondeur du puits que l’intensité du désir de cette femme qui provoque Jésus sur ses capacités sexuelles.

La réponse de Jésus est à plusieurs niveaux.

« Quiconque boit de cette eau aura encore soif; mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai, n’aura plus jamais soif, car l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira pour la vie éternelle. » (Jean 4:13-14)

Jésus répond au désir purement sexuel, polymorphe, imparfait et insatisfait de la femme ; Il le dépasse en lui proposant de combler ce désir en l’élevant vers sa dimension spirituelle. Il ne condamne pas la femme à cause de son désir ou de l’inconvenance de la situation, il ne fait pas de discours moral et n’élude en rien la réalité du sexe. Il la transcende.

Jésus s’offre, non pas en substitut du désir sexuel, mais comme aboutissement et dépassement de celui-ci.

Les grandes mystiques (Thérèse d’Avila, Thérèse de Lisieux) ont vécu des transports en présence du Seigneur incroyablement stupéfiantes pour un esprit pudibond.

Finalement ce que propose Jésus à cette femme s’étend à son mari, qu’il lui propose d’appeler à rejoindre les épousailles mystiques au bord du puits. Mais aussi à son peuple tout entier. En touchant le cœur de cette femme samaritaine réputée pécheresse, Jésus comble et guérit le désir de tout un peuple. Le désir physique (l’eau, symbole de vie), sexuel (l’amour charnel, symbole de l’union des contraires et de l’amour humano-divin) et mystique (adorer Dieu : l’amour parfait).

Celle-ci ne s’y trompe pas : elle laisse aussitôt sa cruche sur-place et s’en va porter la nouvelle aux gens de son village. Au lieu d’enclore et de conserver l’eau périssable dans un récipient, l’eau vive de l’Amour divin déborde désormais de son cœur et elle s’empresse de la partager avec tous.

La sexualité n’est donc qu’une étape. Mais une étape essentielle et qu’on ne peut exclure, qui conduit à l’amour parfait.

Il nous faut aimer Dieu sous les traits d’un homme désirable assis au bord d’un puits si l’on veut connaître véritablement Dieu, se laisser connaître et transformé par lui.

Dieu ne triche pas avec nos désirs, c’est nous qui nous trompons nous-mêmes en prétendant désirer autre chose que ce que nos sens, notre cœur, notre être vibrant et désirant nous pousse à désirer.

Ce que Jésus condamne toujours quand on l’interroge sur de multiples sujets, en particulier ce qui relève du sexe et de l’union entre deux êtres, c’est l’hypocrisie !

Quand les Pharisiens tentent de le piéger à propos de la question du divorce (Matthieu 19), il les renvoie à leur hypocrisie et à leur méchanceté : « C’est à cause de la dureté de votre cœur que Dieu vous a permis de répudier vos femmes ».

Dans Marc 12,18-27, Jésus est interrogé sur les liens du mariage : si une femme a eu plusieurs maris décédés successivement, lesquels d’entre eux sera son mari lors de la résurrection ?

Jésus renverse la question en affirmant que « lorsqu’on ressuscite d’entre les morts, on ne se marie pas, mais on est comme les anges dans les cieux. »

Cela signifie-t-il, comme on l’a longtemps affirmé, que la vraie nature de l’humain est asexué, dépourvue de désir et ignore le sexe ?

Certainement pas ! En revanche cela signifie que cette apparente séparation des genres entre hommes et femmes ne dure qu’un temps. Et que le mariage n’est qu’une contingence liée à cette existence. Que lors de la résurrection, nous ne serons plus conduits à nous épouser les uns les autres.

Et pour cause : nous épouserons Dieu ! C’est-à-dire la Totalité de l’Etre. Notre profond sentiment d’incomplétude, qui nous pousse à désirer l’autre et à nous unir à lui, n’est qu’une expérience passagère. En nous unissant à Dieu, nous sommes totalement comblés.

Mais nullement séparés de nos congénères ni soustraits à notre nature désirante. Simplement notre désir, moteur de l’existence, se voit totalement rassasié, comblé. Il ne nous pousse plus vers des « objets» de satisfaction, par nature subjectifs, incomplets et caduques.

Si nous désirons, c’est parce que nous sommes vivants ! Et en mouvement. Quand on cesse de désirer, c’est qu’on est mort. La résurrection, l’union mystique, ce n’est pas la fin du désir, « l’extinction » de tout désir comme une mauvaise lecture du bouddhisme nous le laisse croire à propos du Nirvana, mais son total accomplissement. Le feu ne nous brûle plus, nous cessons de nous consumer en désirs multiples. Ce feu brille en flux continu d’énergie, intarissable et apaisé, comme le Buisson ardent de la Genèse.

Notre devenir est un devenir de Lumière, un devenir ardent mais non brûlant, un devenir transfiguré.

N’ayons pas peur du désir, du corps et de nos penchants naturels, du sexe et de notre insatiable monde imaginaire qui déploie tout un horizon de fantasmes sur l’écran de notre conscience.

Dieu nous a fait désirant et pétris de désir. Il nous a fait sexués et tendus vers la rencontre, y compris charnelle, avec l’autre. Acceptons ce don non comme une tare honteuse ou une contingence ordinaire à dépasser, mais comme une voie d’accomplissement.

Simplement, ne nous trompons pas de cible !

Il ne s’agit pas d’évacuer le sexe ou de nous extraire de la chair pour mieux se rapprocher de Dieu. Il nous faut au contraire traverser cette dimension de notre incarnation, sans la craindre, sans la surévaluer, et sans s’y fixer. car nous sommes appelés vers un ailleurs. Mais seulement au terme d’un voyage qui nous fait emprunter des « transports » bien charnels.

Sauter cette étape, c’est assurément se tromper de trajectoire et donc aussi manquer sa cible finale.

Cela ne veut pas dire qu’il faille se jeter dans le sexe a à corps perdu. Mais simplement accepter de le vivre pleinement, d’en jouir sans pudeur comme notre nature nous y pousse. Et selon nos propres désirs, selon notre nature propre, laquelle nous pousse plutôt vers les êtres du même sexe ou ceux du sexe opposé.

Le moteur central de toute guérison thérapeutique, qu’elle soit physique, psychologique ou spirituelle, c’est de réconcilier l’être avec lui-même, de sortir du mensonge et des assignations extérieures, de retrouver du désir et de renouer avec son propre désir. Afin d’être mu par son élan intérieur. Et non des priorités faussement dictées par l’extérieur.

Soyons donc vrais et entiers. Et laissons-nous ravir vers cet horizon lumineux qui nous est promis. Et pour lequel notre nature n’est pas un obstacle ni prison, mais un temple à redécouvrir, bénir et habiter.