A quoi sert l’Islamo Pride ?

Mis en avant

Il y avait la « Fierté homosexuelle », il y a maintenant la « Fierté Islamiste », Islamo Pride en anglais.

Présentée sous les traits d’une manif CONTRE les méchants : islamophobes, racistes, xénophobes et autres fascistes qu’on dénombrerait par divisions entières pour s’attaquer partout en France aux musulmans sans défense, la manifestation du 10 novembre avait pour véritable vocation d’être une démonstration de force de l’islamisme en France et de sa capacité à rassembler pour dénoncer une véritable « Shoah anti-musulmans ».

Shoah, le mot est fort. Mais bien qu’il ne soit pas officiellement prononcé, il y a longtemps que le Rubicon symbolique d’une assimilation immonde entre la stigmatisation dont seraient victimes aujourd’hui les musulmans et la persécution des Juifs dans l’Allemagne des années 30 ou dans la France d’Occupation a été franchi.

Toute communauté persécutée se structure autour de mythes fondateurs. Ainsi les émeutes de Stonewall à New York en 1969 ont été le point de départ des revendications homosexuelles et de la traditionnelle Gay Pride (rebaptisée Marche des Fiertés) qui depuis 50 ans rassemble les communautés LGBT de toutes les grandes villes occidentales.

20344999

Fabrique d’un mythe et brouillage des pistes

Il fallait donc un événement fondateur pour servir de creuset agrégateur à une « communauté musulmane » qui n’existe pas, mais que certains ont intérêt à présenter comme « stigmatisée » afin de s’arroger le monopole de la défendre et de la représenter.

Cet événement a été livré sous la forme d’un cadeau providentiel il y a quelques jours par un vieillard complotiste proche du RN, qui s’était mis en tête d’attaquer la mosquée de Bayonne, sans pour autant vouloir faire de victimes, afin prétendait-il de « venger l’incendie de Notre Dame » qu’il considère comme un attentat terroriste islamiste.

On appréciera le degré de pertinence, de cohérence et de crédibilité de son geste. Et surtout combien il est représentatif d’un climat de haine et de persécution qui se développerait aujourd’hui à l’encontre de tous musulmans en France.

Autre prisme déformant : cet épiphénomène travesti, déformé et monté en épingle, jusqu’à devenir un feuilleton médiatique sentimentalo-larmoyant. Une « maman voilée », accompagnatrice de sortie scolaire, appréhendée par un élu RN au Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, qui lui aurait demandé de retirer son voile. En réalité cette intervention filmée oppose un élu à une femme voilée de noir, et qui sur un ton parfaitement calme demande à la Présidente du Conseil de bien vouloir demander à cette femme de retirer son voile, par respect pour cet hémicycle, pour la République, et pour se conformer au principe de laïcité.

Une demande contestable et légalement infondée, mais aussitôt qualifiée de « provocation », puis d’« agression violente », d’« humiliation publique », d’injure« , de « traumatisme », de « vie brisée », et enfin assimilée à de la « haine raciste » comme à d’autres « persécutions anti-musulmans ». Détail éloquent : l’intéressée a choisi de saisir en premier lieu le CCIF, une officine islamiste proche des Frères Musulmans à l’initiative de la manif du 10 novembre, plutôt que la Justice afin de faire valoir le préjudice subi.

Cet épisode allait fournir le motif à un tohu bohu médiatique de plus d’un mois, occultant du même coup un autre événement à la signification beaucoup plus dramatique : l’assassinat de 4 fonctionnaires de Police par un agent de la Préfecture de Police de Paris agrémenté secret défense mais radicalisé et passé sous les radars de détection des services de renseignement. Un fait gravissime non pas tant par le nombre de victimes que par sa signification. Puisqu’il représente une forme nouvelle de terrorisme perpétré non plus à l’initiative d’un groupe extérieur, mais révélateur d’une infiltration de l’idéologie djihadiste jusqu’au cœur de l’Etat et de ses institutions les plus sensibles.

Ou comment la fabrique d’un mythe à l’œuvre sous nos yeux instrumentalise les discours, les images, les symboles et surtout les émotions, toutes savamment manipulées. Chantage, victimisation, intimidation, culpabilisation, tels sont les méthodes de ce mensonge qui vise à asseoir un mythe comme une vérité.

Ainsi on fait dire à certains le contraire de ce qu’ils veulent dire, on prête des intentions malveillantes ou stigmatisantes qui n’ont pas lieu d’être à toute critique objective et légitime de l’Islam radical, on accrédite la croyance que tous les musulmans feraient l’objet d’une seule et même « haine », qu’ils seraient les principales « victimes » d’une société injuste qui rejetterait les différences.

Voici comment une idéologie sape méthodiquement les fondamentaux de la concorde républicaine, de l’honnêteté morale et de sentiment d’appartenance à une même nation.

L’islamisme en marche

Non content d’opérer un rapt sémantique, moral et idéologique sur les esprits, l’islamisme veut aussi prouver sa force et son poids numérique dans la société.

En démocratie quand on veut peser dans les débats et rassembler sur des thématiques en s’inscrivant dans un rapport de force, on marche. On manifeste.

L’initiative lancé par le CCIF d’une manifestation contre l’islamophobie entend s’inscrire dans cette longue tradition républicaine de combats portés sur le pavé. Une façon d’incarner la résistance à l’oppression, le porter les luttes au nom d’une cause, sociale, syndicale, ouvrière, politique, communautaire, humaniste, écologique ou sociétale.

Marcher pour défendre une minorité c’est apparaître comme moral et légitime.

La manifestation du 10 novembre initiée par des islamistes et suivie par une poignée de politiques opportunistes ou égarés est donc une perversion de ce mode d’expression démocratique au bénéfice d’une idéologie ouvertement antidémocratique.

Un peu comme si des groupuscules néonazis se mobilisaient dans la rue pour défendre la « race blanche » menacée par le « choc des civilisations », le « Grand remplacement » ou les invasions barbares.

manifestation-islamistes

Manifestation islamiste en Algérie pour l’application de la charia, mars 2019

Ne rions pas, c’est exactement ce qui se produit aux Etats-Unis et dans quelques pays d’Europe où les mouvements nationalistes et populistes battent le pavé.

Et il n’y a aucune différence objective entre les idéologies racialistes qui les sous-tendent et l’islamisme, puisque celui-ci a clairement pour objectif d’institutionnaliser le primat de l’Oumma sur toute autre communauté, notamment la communauté républicaine. Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris, rappelait d’ailleurs d’ailleurs récemment un principe fondamental de l’Islam, à savoir que l’Oumma constitue une forme de « supranationalité » qui transcende toute autre nationalité. La conséquence que les islamistes en tirent c’est que les lois de la charia sont par essence supérieures à toute autre loi instituée par une autorité juridique qui ne reconnaîtrait pas Allah comme seule transcendance et le Coran (ou ses interprètes) comme source exclusive du Droit.

Ne nous illusionnons pas : le but de cette manifestation n’a jamais été de défendre les musulmans. Ça, c’est de la rhétorique. Le but essentiel de ses instigateurs, c’est le pouvoir. Sur les musulmans d’abord. Sur la société ensuite, par un rapport de force politique qui utilise les faiblesses de notre société humaniste et compatissante, notamment à propos des minorités. Afin de pirater les discours et les utiliser à des fins qui dénaturent nos principes et la démocratie.

Une Islamo Pride tout sauf gaie

Cette Islamo Pride n’est donc une revendication communautaire qu’en apparence. Le but n’est pas de braquer tous les musulmans contre la République, ce qui serait contre-productif. Mais d’en subvertir les principes, les usages, les fondements pour inoculer un « virus » politique dans la mécanique du pouvoir, la logique des médias et celle de l’opinion. La manifestation ne démontre rien, elle ne cherche pas à promouvoir une idéologie. Juste à occuper le terrain.

manifestation_contre_lislamophobie_sipa

Toute comme le voile, mais aussi le burkini, l’occupation des piscines et autres provocations, elle vise à imposer un fait accompli. Ici : l’urgence de lutter contre l’islamophobie et les discriminations dont les musulmans seraient l’objet.

Peu importe que les chiffres officiels démentent ce phénomène, l’important est que l’on y croit. L’essentiel est de nourrir ce halo, cet hologramme de persécution, de le substituer en permanence à la réalité. Et d’occuper le terrain et les esprits pour permettre l’avancée patiente et sous-jacente des islamistes vers la conquête de territoires symboliques, politiques, économiques et autres.

La grande différence avec les représentants de la communauté juive ou LGBT qui œuvrent pour promouvoir les droits de ceux qu’ils représentent, c’est que les islamistes ne cherchent pas à se constituer en simple « lobby » pour peser dans un rapport dialectique au sein d’institutions ou de groupes d’influence. Ils veulent infiltrer la société et conquérir le pouvoir pour neutraliser puis détruire les autres logiques qui s’opposeraient à leurs fins. Et à terme détruire la République. C’est même un objectif affiché chez certains.

Ainsi l’Islamo Pride n’est pas une marche communautaire sympathique et bon enfant, un carnaval festif, elle est plus proche des défilés des « faisceaux » dans l’Italie pré-mussolinienne. Ou des défilés du parti nazi avant son accession au pouvoir. En beaucoup plus sournois évidemment.

Bon nombre de participants non-musulmans qui se sont joints à cette manif et qui sont motivés par de bonnes intentions n’ont évidemment pas conscience d’être manipulés. Beaucoup de musulmans non plus. Mais les organisateurs eux savent parfaitement ce qu’ils font.

Aucune exultation folklorique, aucune revendication « positive » non plus. Juste un défilé puritain, rétrograde, lourd, figé. Seule la présence d’une crypto-Femen dans cette manifestation aura attiré les regards réprobateurs et mis un peu d’incongruité et de provoc au milieu de cet aréopage sinistre.

maxresdefault

Car l’islamisme ne célèbre jamais la Vie. Il se nourrit de la tristesse, de la mortification, de la peur, du doute, de la suspicion, de l’humiliation, du ressentiment. Jusqu’à la haine et au désir de mort. A l’image de ces femmes toutes revêtues de noir qui évoquent plus la répression sexuelle que la sensualité des harems.

A vrai dire l’islamisme a déjà perdu car rien en lui n’est favorable à la vie. Mais dans une époque aussi confusionnelle que la nôtre, le pire des renoncements peut se travestir en vertu. Et le plus abominable mensonge en vérité.

Zemmour, l’Islam et la République

zemmour.jpg

Éric Zemmour a été condamné le 17 septembre 2019 à 3000€ d’amende pour provocation à la haine religieuse, après des propos tenus en 2016 dans l’émission « C à vous ».

On connaît le goût de l’intéressé pour la polémique.

Mais à y regarder de plus près, si ces propos relèvent de la provocation politique et s’apparentent à la rhétorique classique de l’extrême droite, ils ne constituent pas à proprement parler une « provocation à la haine » ni une exhortation dirigée contre les musulmans.

S’ils paraissent offensants aux yeux de certains, c’est parce qu’ils pourfendent le petit confort intellectuel commun, qui par souci d’être politiquement correct s’affranchit de dénoncer les dangers de l’islamisme, et au nom de la « tolérance » préfère s’abîmer dans la complaisance.

Les propos d’Éric Zemmour torpillent les réflexes de peur et les non-dits dictés par la mauvaise conscience. Ces réflexes qui poussent souvent les bonnes âmes à éviter les sujets qui dérangent pour ne pas heurter la sensibilité des minorités.

Dire qu’il faut donner aux musulmans « le choix entre l’islam et la France », cela peut sembler abrupt.

En vérité la provocation vise à dénoncer une ambiguïté, coupablement entretenue par les politiques soucieux d’électoralisme d’un côté, et par les religieux et certains intellectuels soucieux de défendre les minorités stigmatisées de l’autre.

Il y a un moment où les choses doivent être pour de bon clarifiées, et un choix doit être posé : entre l’appartenance à la République et le fait que dans un pays laïc toute religion doit se soumettre à ses lois, et la volonté de voir certains préceptes religieux primer sur les lois civiles.

Et il y a un moment où il faut avoir le courage de trancher. Au risque de nourrir des tensions, des réflexes victimaires, et la violence en retour.

Et c’est aux musulmans eux-mêmes de faire acte de clarification.

Quand Zemmour affirme qu’il y a en France une « lutte pour islamiser un territoire », « un djihad », il exagère sans doute. Mais il serait malhonnête d’affirmer que c’est totalement faux.

Il existe en effet une stratégie propre à certains islamistes, parfois clairement revendiquée, qui consiste à vouloir faire reculer les lois de la République et leur substituer peu à peu celles de la charia. Le but ultime étant que la France devienne un pays musulman. C’est la définition même du djihad.

Il serait faux d’affirmer que tous les musulmans s’inscrivent dans cette perspective. Et mènent un combat visant à saborder les lois de la République.

Il faut aussi reconnaître que toutes les religions ne se ressemblent pas, et n’ont pas la même vision du monde, la même histoire ni le même dessein universaliste.

Or que ça plaise ou non, le désir de conquête – spirituelle autant que territoriale – et l’absence de notion d’Etat de Droit comme en Occident, au bénéficie d’une conception théocratique de l’Etat, font partie de l’ADN de l’Islam depuis ses origines.

Certains musulmans parmi les plus pratiquants peuvent donc, à un degré ou à un autre, ressentir d’objectifs tiraillements sinon contradictions entre leur foi, leur obéissance à Dieu et aux préceptes du Coran, et leur sentiment d’appartenance à la nation française en tant que citoyens à part entière.

Les désigner du doigt ne peut qu’exacerber leur inconfort. En appeler à leur sens civique, à leur responsabilité, et à un devoir collectif de clarification, est en revanche une attitude saine et salutaire.

Il ne s’agit pas de défendre Éric Zemmour. Mais plutôt de s’interroger sur cette propension maladive de notre société à ériger des repoussoirs pour s’exonérer de penser.

Repoussoir de l’Islam radical et du djihadisme d’un côté, lesquels n’auraient aucun rapport avec l’Islam authentique. Repoussoir du racisme et de l’islamophobie de l’autre, qui renvoient dans les ténèbres de la « peur de l’autre » et de la « haine » tout discours qui prétend s’opposer à l’aspiration juste d’une minorité à voir ses particularismes s’exprimer.

Dans un cas on s’affranchit de toute tentation de déroger au sacro-saint principe de laïcité. De l’autre on échappe à l’accusation de faire le jeu d’un ethnocentrisme pétri de colonialisme, d’une tendance à vouloir tout niveler contraire au beau mythe d’une France inclusive, plurielle et égalitaire, ou de désigner une minorité comme bouc émissaire.

Notre société est malade de ses contradictions. De sa culpabilité. Et de sa tendance à préférer ses illusions au face-à-face avec la réalité.

Cette culpabilité et la mauvaise conscience qui la nourrit rongent son libre arbitre. Au point de lui interdire toute capacité de jugement. Et de fermer tout espace de parole qui lui permettrait de poser des limites claires à l’exercice de son cher « vivre ensemble ».

Pour sortir de cet écueil et éviter de multiplier les repoussoirs type Zemmour, il faut déconnecter toute réflexion sur l’Islam de tout amalgame avec la suspicion de racisme.

Et pour cela traiter le problème du racisme et toute forme de rejet de l’autre avec l’attirail juridique nécessaire. Et aborder la question de l’Islam non sous l’angle de la religion opposée à la République selon le principe de laïcité (laquelle n’existe pas au sein de l’Islam), mais sous l’angle des valeurs qui font socle commun.

Il faut surtout veiller à ne pas se laisser prendre dans les pièges tendus par les islamistes. Ceux-là utilisent nos propres contradictions et le manque de foi en nos propres valeurs pour semer le doute, nourrir la culpabilité et la mauvaise conscience dans les esprits. En entretenant l’idée fausse que tout attachement aux principes républicains et à la loi française qui se heurterait à leur volonté d’imposer leurs propres lois constituerait une forme de stigmatisation, d’islamophobie, de racisme, de rejet des particularismes culturels ou religieux. Et donc de l’Islam et des musulmans eux-mêmes.

Les musulmans sont les premiers pris en otages dans cette rhétorique mensongère qui vise à opposer et diviser. Et empêcher tout libre arbitre et tout libre choix.

Le premier mensonge est celui de l’existence d’une « communauté musulmane » en France. Il ne s’agit pas seulement de lutter contre une supposée revendication communautariste. Laquelle serait contraire avec notre conception de la nation républicaine.

Car on ne peut parler de « communauté musulmane » sans faire référence à la notion d’Oumma. La communauté des croyants, définie dans le Coran comme clairement distincte des « infidèles ». Distinction essentielle puisqu’elle confère aux premiers un statut supérieur, et impose aux autres vivant en terre d’Islam des règles strictes et des droits restreints.

Réalité totalement contraire à l’article premier de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, qui établit une liberté et une égalité parfaite des hommes face au Droit dès la naissance.

Cette notion de « communauté musulmane » est donc implicitement contraire aux valeurs de notre République. Elle est par ailleurs démentie par les faits : il n’y a pas en France de « communauté musulmane » monolithique. Pour la bonne et simple raison qu’il existe toute une panoplie de composantes hétérogènes, entre des Français musulmans pratiquants et d’autres originaire d’un pays musulman mais n’ayant aucune pratique religieuse. De même qu’il existe en France plusieurs islams issus de différentes obédiences souvent concurrents les uns aux autres. La difficulté à voir se constituer des institutions représentatives d’un « l’Islam de France », reconnues par tous et aptes à parler au nom de tous les musulmans, en est la preuve.

Le seul périmètre éthique et juridique légitime ne peut être que celui de la République.

On a donc toujours raison de rappeler avec fermeté quels discours, quelles pratiques ou comportements s’inscrivent dans les lois de la République, et ceux qui y dérogent ou les menacent.

Zemmour a raison de parler de « choix ». Si nous étions définis par nos seules appartenances ethniques, religieuses ou autre, il n’y aurait aucune liberté possible. Nous serions les esclaves d’un régime ou d’une pensée totalitaire. Ce que l’Islam radical est manifestement, quand il prétend tout soumettre au filtre de la religion.

L’erreur de Zemmour est de présenter ce choix comme un choix radical et binaire entre la République et l’Islam. Et implicitement entre deux communautés : la communauté des croyants et la communauté des citoyens.

En posant ainsi le débat, il fait évidemment le jeu des islamistes et de leur rhétorique de division. Laquelle voudrait laisser croire qu’on ne peut être un vrai musulman si l’on se conforme à certaines lois républicaines au détriment de la charia.

Il ne s’agit pas de choisir entre l’Islam et la France. Mais de reconnaître qu’il y a une hiérarchie de valeurs qui s’applique à tous les citoyens français. Laquelle interdit de subordonner les lois républicaines à quelque religion que ce soit.

Entre la nécessité de garantir la liberté de culte et celle de lutter contre des formes violentes de fondamentalisme, toute la difficulté est de gérer l’entre-deux.

Comment poser des arbitrages qui fasse consensus et soit compris par le plus grand nombre ? Encore un piège où les islamistes excellent à brouiller les pistes. D’autant que les sujets sur lesquels ils avancent leurs pions, comme la question du burkini, obligent à poser la question du symbolique.

Le port d’un vêtement qui fait signe ne constitue pas a priori une forme d’agression violente, d’offensive manifeste du religieux envers la sphère civile.

Tout réside dans l’interprétation et le sens qu’on donne à ce choix. Conformité à un précepte religieux ? Volonté de fronder les lois de la République ? De signifier son appartenance à un groupe en se démarquant du reste de la société ? Souci de préserver sa pudeur ? Ou simplement désir d’exprimer sa différence ?

Assurément ce genre d’initiative constitue une provocation. D’autant plus sournoise qu’elle surfe sur les ambiguïtés du Droit et des principes républicains en en pervertissant le sens. Entre la défense des libertés individuelles, du statut des femmes, des minorités, voire les revendications féministes, ces femmes qui exhibent fièrement leur burkini et les imams qui les y poussent prennent à contre-courant discours et repères en enfermant leurs détracteurs dans le discours victimaire.

Le but est toujours le même : enfoncer des coins, tester les résistances et diviser l’opinion pour masquer les vrais enjeux.

Le problème de la France, ce dont elle est malade et qui permet aux régressions religiocentriques de prospérer, c’est qu’elle a érigé le républicanisme laïciste en absolu. Et interdit toute référence possible à quelque forme de spiritualité ou de Transcendance que ce soit.

Ce que les commentateurs perçoivent moins, c’est que tous ces stratagèmes pour exhiber son appartenance religieuse dans l’espace public profitent justement du vide créé par l’exercice de la laïcité pur occuper l’espace là où la République a choisi de se retirer : l’espace du symbolique et du Sens.

En un siècle qui voit l’aspiration spirituelle refleurir sur fond de crise du rationalisme, il n’est pas étonnant que la tentation théocratique refasse surface. Notamment pour des populations davantage en quête de verticalité et de Sens du fait de leur statut minoritaire ou de leur sentiment d’hétérogénéité sinon de stigmatisation.

En rejetant systématiquement la religion dans la sphère privée comme on pousse la poussière sous le tapi, en refusant d’aborder dans le débat public la question du religieux autrement que sous l’angle de la laïcité, la République annihile toute capacité pour les valeurs qui la fondent d’exercer leur pouvoir fédérateur et unificateur. Sinon sous l’angle du mythe.

La laïcité à la française s’est imposée « contre » la religion catholique. Depuis les prêtres réfractaires guillotinés durant la Terreur jusqu’à la Loi de 1905, la République a certes ouvert un espace à la liberté de conscience et de culte, mais elle a aussi imposé la Raison comme ultime Transcendance.

La stratégie des islamistes s’inscrit justement dans ce fossé. Elle se nourrit de cette absence de « Dieu », réduit au mieux à une croyance privée, au pire à un archaïsme désuet.

Il y a au tréfonds des consciences une forme de tiraillement entre la foi émancipatrice dans les idéaux humanistes et, face aux béances existentielles et aux injustices creusées par l’arrogance du Progrès, le sentiment que la vérité est ailleurs.

Dans le cas d’une religion minoritaire comme l’Islam, a fortiori quand les populations concernées se sentent stigmatisées, plus les discours sur la laïcité se durcissent, plus le risque est grand de voir des formes religieuses radicales resurgir comme le retour du refoulé.

La seule façon de sortir de ce piège, c’est de redécouvrir qu’il y a au cœur de l’idéal humaniste et républicain plus qu’une promesse d’émancipation, de justice et de liberté.

Et que le progrès collectif peut être conçu non seulement comme un mouvement horizontal mais vertical. Non seulement sous l’angle de la conquête de nouveaux droits, de nouveaux territoires, de nouvelles capacités et connaissance, mais aussi comme une évolution de la conscience vers la Conscience.

Mais aussi que cet Idéal a sans doute aujourd’hui beaucoup à offrir pour permettre à la conscience de l’humanité de s’affranchir des limites et déterminismes de la pensée religieuse. Sans pour autant décrédibiliser les apports spirituels et éthiques des différentes religions. Que l’esprit est un territoire neuf à explorer, non une collection linéaire d’archives.