Mélenchon, le crépuscule d’un ambitieux

Mis en avant

images

Autopsie d’un ténia politique, réduit à cureter les égouts de l’islamisme, du racisme, de l’antisémitisme et du complotisme pour faire croire encore à son existence.

Depuis 25 ans qu’il pavoise comme un cador de la politique dissident du PS, qu’on lui prête des qualités de « tribun », de « rebelle », d’« esprit libre », Mélenchon a dû en décevoir plus d’un qui s’étaient laissé piéger par ses harangues populistes et antisystème.

L’homme est intelligent, érudit, fin politique, opportuniste, bon orateur. Mais son orgueil himalayesque aura eu raison de lui.

S’il quitte le PS en 2002 c’est parce que ses camarades n’auront pas su reconnaître son « génie ». Il se jure alors de leur faire rendre gorge et de dynamiter ce parti falot, ramolli par le pouvoir, et vendu aux sirènes du libéralisme.

Lors des présidentielles de 2012 il gagne ses galons de tribun de la politique, mais n’atteint pas un score digne d’un destin national.

Le vent tourne en 2017 avec la candidature de la marionnette très libérale du système Emmanuel Macron. Un OVNI sans aucune réelle expérience politique, propulsée en cinq années seulement au sommet de l’Etat après une carrière de directeur associé chez Rothschild et une rampe de lancement comme conseiller spécial de Hollande chargé de piloter le logiciel économique du navire France.

Le PS est alors en pleine déconfiture. Valls échouant aux primaires, la droite du parti se rue chez Macron. Benoit Hamon remporte la primaire mais ne rassemble autour de lui que ce qu’il reste de réformateurs, quelques écolos égarés et des apparatchiks qui n’ont nulle part où se reconvertir.

Fiasco annoncé pour la gauche. Victoire un temps annoncé pour la droite et son champion François Fillon, vite rattrapé par le cyclone des affaires. Un boulevard s’ouvre pour Macron. Avec, dans le rôle du repoussoir utile, une Marine Le Pen chouchoutée par les médias et qu’on s’empresse de propulser au second tour.

Reste la carte, ardue mais jouable, de la gauche radicale incarnée par Méluche et ses Insoumis. Une autre manière de partir à l’assaut de la macronie, de l’Europe de la finance et des lobbies, et du système mondialiste, en agitant le hochet du Frexit sans toutefois tomber dans les travers nationalistes et xénophobes du FN.

Et Méluche de grimper dans les sondages. Allant même jusqu’à devenir poli avec les journalistes, qui le flattent en lui prédisant une ouverture possible pour le second round de ces présidentielles.

Cu4mTElWcAAqcUA

Méluche exulte, boit du petit lait, se voit déjà en challenger de Macron, se paye le luxe de chambouler les cartes d’un scénario écrit longtemps à l’avance par les mécènes de ce gamin zozotant.

Le grain de sable que sauront exploiter les stratèges du chouchou des médias, c’est l’orgueil incommensurable de Mélenchon et sa rivalité irréductible avec Hamon.

Peu les séparent, sur le papier ils pourraient s’entendre, mais ils ne parviendront jamais à se mettre d’accord, l’un devant nécessairement s’effacer devant l’autre. Or faute d’un accord entre le candidat du PS et celui de LFI, aucune chance pour la gauche de conserver l’Elysée.

Hamon sans doute insuffisamment préparé fait une campagne déplorable et s’effondre vite dans les sondages. Mélenchon quant à lui ne parvient pas à transformer l’essai.

Le soir du premier tour signe pour lui un échec cuisant, même si l’on pouvait s’y attendre. Pas de ticket pour le second tour !

Pire, il se retrouve 4e derrière Macron et Le Pen, mais aussi Fillon.

Sa déclaration télévisée après les sondages sortie des urnes qui le donnent largement battu laisse transparaître une aigreur indicible.

A partir de ce moment, Mélenchon n’aura de cesse de cultiver sa rancœur. Et commencera une lente descente aux enfers d’où il ne se relèvera plus.

L’échec aux présidentielles n’est pas encore digéré que les affaires lui tombent sur le nez. Une épreuve supplémentaire qu’il interprétera évidemment comme un complot politique contre son génie. Lui qui est le seul à pouvoir représenter le peuple. Quand on veut se débarrasser de quelqu’un c’est qu’il est gênant, donc qu’il compte.

Dans ces conditions, impossible de se positionner comme leader de l’opposition à Emmanuel Macron, ce dont il aurait rêvé. D’ailleurs l’opposition, il n’y en a plus : les partis traditionnels de gauche comme de droite sont en lambeaux, siphonnés par LREM ou dynamités par la vague de dégagisme des dernières législatives dans la foulée des présidentielles de 2017.

Le seul arbitre désormais, c’est la rue. Notamment ce mouvement des irréductibles Gilets jaunes, que La France Insoumise, tout comme le Rassemblement National, n’auront de cesse de vouloir récupérer.

ob_9452a3_melenchon-republique-2377c

« La République, c’est moi ! » C’est par cette tautologie sidérante que le tribun de gauche qui n’est déjà plus que l’ombre ou la caricature sinistre de lui-même tentera une ultime ruade en octobre 2018 contre un réel qui s’obstine à le pousser vers une condamnation judiciaire certaine et bien humiliante.

La France Insoumise et son leader décrédibilisés, le parti essaiera bien de mettre en avant d’autres personnalités, comme Alexis Corbière ou Jean-François Ruffin. Mais la débandade est entérinée. Déjà des voix s’élèvent en interne contre le patron qu’on juge tyrannique et à qui l’on attribue la responsabilité des mauvais scores du parti dans les sondages puis aux européennes.

Mais Mélenchon n’en démord pas. La France Insoumise, c’est lui ! La gauche c’est lui ! Le peuple, c’est lui ! La République, c’est lui ! La France, c’est lui !

Sauf que plus personne n’en veut.

De dégringolade en dégringolade, le vieil homme aigri tentera de s’accrocher aux seules branches qui lui offrent encore un appui. Au risque de se saborder politiquement et de virer dans l’abjection la plus totale.

D’abord en faisant le choix conscient et délibéré de trahir ses propres valeurs républicaines, laïques et antifascistes en pactisant avec les islamistes.

Contrairement à certains égarés de l’extrême gauche qui ont sombré dans l’islamo-gauchisme par idéalisme et désarroi une fois la classe ouvrière disparue, qui ont cru voir dans les musulmans et les immigrés le nouveau prolétariat, et dans l’Islam politique un nouvel adversaire crédible contre le capitalisme, Mélenchon a agi selon un calcul des plus froids et cyniques.

Laicite-Islam-le-virage-de-Melenchon

La gauche sociale-libérale l’ayant trahi, le peuple l’aillant dédaigné, voici qu’il trouve en la personne des minorités musulmanes endoctrinées par les islamistes et ces islamo-gauchistes qui les soutiennent une nouvelle clientèle politique.

N’ayant plus rien à perdre sinon un semblant de morale, Mélenchon est donc allé se prostituer aux pires ennemis de la République. Lui qui n’avait jamais voulu s’allier avec le Front National en réalisant l’union des populistes de droite et de gauche, choisit bien pire que Marine Le Pen. Une clique d’extrémistes de droite islamistes, dont le but avoué est la conquête inexorable du pouvoir, la destruction de la démocratie et le remplacement de la République par un régime théocratique et totalitaire.

C’est un peu comme si Maurice Thorez avait fait alliance avec les Waffen SS pour s’assurer une survie politique.

Mais cela n’étouffe nullement Jean-Luc Mélenchon. Pas plus que manifester aux côtés des prêcheurs de haine salafistes, de ces imams et ces idéologues de l’Islam politique qui justifient le viol et les violences conjugales, font hurler « Allahu Akbar ! » à la foule dans les rues de Paris, en osant prétendre que ce sont les journalistes qui ont transformé cette expression religieuse en cri de guerre, qui distribuent des étoiles jaunes aux manifestants et osent comparer les musulmans français d’aujourd’hui aux Juifs durant l’Occupation…

A voir son sourire réjoui aux côtés de ces « mamans voilées » on devine même que le tribun fatigué s’est trouvé un nouveau « peuple » à défendre.

Mélenchon apparaît du coup pour ce qu’il a toujours été : un menteur et un manipulateur, qui méprise sans doute davantage le peuple que tous les autres politicards réunis. Un peuple qui ne l’a jamais intéressé, comme tous ceux qui prétendent parler en son nom. Et qu’il a toujours méprisamment appelé « les gens », en prenant des postures populos dans ses costumes Mao.

L’ultime éructation de haine de ce fourbe à l’agonie aura été cette saillie aussi odieuse qu’inattendue à propos des Juifs du CRIF qui seraient responsables de la déconfiture du Labour aux dernières élections britanniques.

Si Mélenchon a fini de s’accomplir, c’est donc dans l’ignoble. Après l’imposture et le mensonge, l’orgueil mythomaniaque et paranoïaque, l’alliance contre-nature avec l’extrême droite islamiste, sa seule façon d’attirer encore quelques oreilles, c’est de se vautrer dans la boue des caniveaux antisémites, révisionnistes, racistes et complotistes.

Tel Voldemort à la fin de Harry Potter qui meurt en se consumant lentement dans sa propre haine, Mélenchon nous offre ce spectacle pitoyable d’une baudruche bouffie d’elle-même, et qui dans un ultime soupir de haine exhale son vomi le plus fétide.

A l’image de ces matadors révolutionnaires à l’origine des pires dictatures latinos et qui furent ses modèles, Mélenchon qui n’en aura été que la caricature bouffonne finit ainsi délaissé de tous, y compris de ceux qui l’avaient un temps suivi ou s’étaient laissé abuser par sa faconde.

Big Pharma, médecines alternatives et Changement de conscience

Mis en avant

Selon l’OMS le paludisme était encore en 2015 la 7e cause de mortalité dans les pays à bas revenu, la première étant les infections respiratoires.

Pourtant, beaucoup de maladies pourraient être efficacement soignées, certaines épidémies comme le paludisme éradiquées, avec des traitements naturels, efficaces et peu coûteux.

Notamment les infections virales ou bactériennes, grâce à des substances naturelles qui sont de puissants antibiotiques dénués d’effets secondaires.

Voir notamment cette vidéo qui démontre comment une plante peut vaincre le paludisme.

Même des affections de longue durée qui engendrent une forte mortalité et coûtent très cher à la collectivité comme le cancer, le sida ou le diabète peuvent être soignées efficacement grâce à certains traitements alternatifs. Parfois avec une efficacité supérieure aux traitements allopathiques, comme par exemple pour le cancer.

Mais on n’a pas le droit de le dire. Parce que cela risquerait de faire du tort à Big Pharma.

Et que la Doxa favorable à ce puissant lobby, verrouillée par des médecins corrompus et relayée par les pouvoirs publics, entretient dans l’opinion publique des croyances fausses, une vision univoque, qui rendent inaudible et discréditent tout discours alternatif.

Quand on cherche à promouvoir les médecines naturelles, quand on s’attaque aux lobbies pharmaceutiques, quand on dénonce leurs agissements coupables, la corruption des médecins, des institutions scientifiques et des pouvoirs publics, la dissimulation d’informations sur les effets secondaires des médicaments, ou plus incroyable, des scénarios dignes de films de science-fiction comme la dissémination criminelle d’agents pathogènes ou de substances nocives afin de vendre plus de vaccins ou de médicaments et de maximiser les profits, on est accusé au mieux de « complotisme », au pire on s’expose à devenir la cible de procès ruineux. Et si l’on est soi-même médecin, on s’expose à être rayé du Conseil de l’Ordre.

Pourtant les médecines naturelles, comme les médecines traditionnelles (chinoise, ayurvédique, amazonienne et autres) utilisent des remèdes naturels efficaces aux effets connus depuis des millénaires.

Quant à la recherche, elle ne cesse de découvrir de nouvelles voies thérapeutiques dans des domaines d’avenir comme l’épigénétique, les neurosciences, les états modifiés de conscience, les nanoparticules, la robotique ou certaines applications pratiques des théories quantiques.

Le Chiffre d’Affaires de l’industrie pharmaceutique dans le monde a augmenté de 175% en 15 ans. Il était en 2015 de plus de 1000 milliards de dollars (OMS).

Les enjeux sont considérables : scientifiques, économiques, financiers, sociaux, politiques, humanitaires, éthiques…

Hélas l’éthique est souvent oubliée, saccagée, au bénéfice du seul critère de la rentabilité financière.

L’industrie pharma est tout sauf une œuvre philanthropique. C’est au contraire une machine à générer des milliards de profits. Dans laquelle sont impliqués de grands conglomérats multinationaux, des banques, des états, des dirigeants politiques, des milliardaires au CV plutôt trouble comme Donald Rumsfeld…

On ne combattra pas une telle hydre en dénonçant des scandales ou juste avec des discours de vérité sur telle ou telle épidémie, ou sur telle ou telle substance aux vertus curatives négligées.

C’est un long travail sur les consciences, sur les opinions publiques, sur les décideurs, qui conduira peu à peu l’humanité à s’extraire de ces logiques barbares et asservissantes. Pour placer la quête du Bien commun au pinacle de nos valeurs et de nos objectifs communs au plan planétaire.

La santé publique est sans doute l’un des axes les plus critiques du Changement à l’œuvre aujourd’hui.

La pression démographique, l’accroissement des inégalités mais aussi des échanges et de la mobilité au plan mondial renforcent ce phénomène.

Les petits ruisseaux font les grands fleuves. Et l’éveil de consciences est l’affaire de chacun d’entre nous.

Ne restons pas esclaves d’idéologies et de mensonges pilotés par ceux qui veulent nous maintenir dans l’ignorance. Ne soyons pas les vaches à lait de structures et d’institutions entièrement vouées au profit maximum et servent les intérêts d’un tout petit nombre.

Sachons inventer d’autres logiques, qui soient réellement bénéfiques à l’homme et à ouvrent la voie d’un avenir radieux pour l’humanité.

Ne dites plus « Au feu ! » , dites : « Au complot ! »

Mis en avant

Commentaire de la campagne médiatique engagée suite à la publication d’une enquête de l’Ifop en janvier 2018 révélant qu’une majorité de Français adhéreraient à des « théories du complot ».

Voir notamment cet article d’un média indépendant : Théories du complot : les médias s’emballent

1_H1OkH3JyJUhN8BtS0VBu-Q

Et vas-y que je t’en remets une couche !

En venir à comptabiliser les faiblesses coupables pour ces soi-disant « théories du complot » comme on enlève des points sur un permis démontre la malhonnêteté du procédé et de ceux qui entendent culpabiliser les Français avec des messages subliminaux du type : « Tu crois à ces salades, pauv’ demeuré ? Pis 4, pis 7 ??? Non mais t’as pas honte ?… »

Question essentielle: QUI décrète que tel discours relève de la « théorie du complot » et tel autre de la simple hypothèse contradictoire ?

Et qu’entend-on par « théorie du complot » ?

A vrai dire ce terme employé à tort et à travers de « théorie du complot » est devenu aujourd’hui une expression-valise, comme « complotiste » une injure réflexe.

On y range à peu près tout ce qu’on veut, dès lors qu’on veut décrédibiliser toute volonté d’en savoir davantage ou toute question qui dérange par rapport à tel ou tel discours officiel.

Et qu’on veut ridiculiser instantanément son interlocuteur pour clore définitivement tout débat contradictoire.

« Circulez, y a rien à voir ! » : la méthode est vieille comme le monde…

Au Moyen-Âge on chassait les sorcières et les « hérétiques » qui osaient prétendre que la terre était ronde.

Plus tard c’est Darwin que certains obscurantistes encalottés ont voulu brûler parce qu’il avait osé démontrer que l’homme descendait du singe.

Aujourd’hui c’est la Pensée unique, dogmatique, « officielle » qui verrouille toute contradiction, en vouant au bûcher ceux qui osent demander des comptes aux pouvoirs en place.

Quid de ces journalistes courageux qui osèrent enquêter sur les fameuses « armes de destruction massive » durant la campagne de désinformation conduite par l’administration Bush afin de préparer les guerres « préventives » au Moyen-Orient, conceptualisées de longue date par les faucons néoconservateurs et dans lesquelles ils entendaient entraîner tous leurs alliés ?

Non contents d’instrumentaliser les institutions mondiales pour servir leurs intérêts stratégiques, l’ivresse du pouvoir et l’arrogance des nouveaux empires les poussent à toujours faire reculer le bouchon trop loin.

Qu’un obstacle se présente pour titiller leur rêve d’hégémonie et ces maîtres du monde n’hésitent pas à utiliser en premier lieu la caricature ou le ridicule comme armes pour faire taire les impénitents.

Si ça ne suffit pas on rouvre les tribunaux d’inquisition, on flique à tout va tous les comportements déclarés suspects sur la toile et on instaure le régime de la transparence obligatoire et de la délation de tous par tous.

D’abord on assimile les esprits trop curieux à de pauvres imbéciles mous du bulbe, qui gobent tous les fantasmes circulant sur internet et font flipper la brave ménagère en agitant des spectres.

Puis on convie la meute à l’hallali médiatique autour de ces parias. Comme autrefois on exécutait sur les places publiques les criminels et les hérétiques.

Michel Foucault avait très bien analysé dans Surveiller et punir comment le pouvoir fabrique des discours et des représentations, invente des catégories de parias et de marginaux comme le « fou », pour mieux surveiller, délimiter, encadrer ce qui relève du licite, du normatif ou de l’acceptable, et ce qu’il convient de réprimer, de pénaliser ou d’éliminer.

La science moderne a pris le relai des inquisiteurs en inventant de nouveaux concepts pour justifier la mise à l’écart des individus et des discours qui échappent à la norme et perturbent l’ordre établi : la psychiatrie naissante a ainsi scrupuleusement catégorisé des « névroses », des « déviances » ou des maladies psychiques qu’il convenait de cartographier, de repérer, de traiter ou d’éliminer, dans un souci hygiéniste et pour le bien de tous, surtout des intéressés récalcitrants. Reprenant à son compte l’obsession des enquêteurs de police ou des directeurs de conscience qui traquaient le crime dans les bas fonds des cités ou le péché tapis au cœur de l’âme corrompue des bonnes ouailles.

A l’ère de la postmodernité et du numérique où c’est la maîtrise de l’information qui fonde le vrai pouvoir, les critères de la marginalité, de l’acceptable et de l’inacceptable qui fondent la vérité normative et lui confèrent l’illusoire valeur d’objectivité ont changé.

Qui plus est, le respect des plus élémentaires principes démocratiques, du moins en apparence, suppose que les règles et modes de fabrique de l’information apparaissent comme accessibles et contrôlables par le plus grand nombre. Ni l’idéologie totalitaire ni l’usage de la violence légitime ou du seul charisme de l’homme providentiel pour sacraliser les discours ne sont compatibles avec l’exercice du débat démocratique, lequel suppose la confrontation et l’arbitrage permanents entre des opinions divergentes relatives à des intérêts particuliers.

Ainsi, aujourd’hui les discours qui servent les pouvoirs en place fondent leur authenticité et leur autorité en rejetant dans la marge ce qui aux yeux des officines chargées d’élaborer et de valider l’information de masse relève de l’objectif, et ce qui relève du subjectif, sinon du mensonge ou de l’information biaisée et notamment taxée de «théorie du complot ».

A une praxis de l’information orthodoxe supposément branchée sur le réel et servie par les médias agrémentés s’opposent des théories relevant de spéculations imaginaires et donc potentiellement erronées, fausses ou délibérément conçues pour égarer les esprits.

Seule la méthodologie a changé. A l’inverse des cartographes du vice ou de la démence des 19e et 20e siècles, un seul mot d’ordre permet aujourd’hui aux gardiens de la Vérité du 21e siècle d’interdire tout écart discursif et d’assujettir tout discernement critique : L’AMALGAME.

Pour être sûr de noyer le poisson, on range méthodiquement dans un même panier les têtes décapitées des chasseurs d’OVNI, des schizos enlevés par les Reptiliens, des drogués d’X-Files, des néonazis en croisade contre la juiverie, la franc-maçonnerie et l’oligarchie mondiales, des islamistes mouillant Israël et les Juifs à toutes kabbales modernes pour justifier leur haine antisémite…

Tout ça pour étouffer au passage les contre-enquêtes sérieuses, les témoignages gênants, les associations de victimes qui cherchent à défendre leurs droits ou celles de consommateurs responsables qui entendent contrer l’omnipotence des lobbies, les enquêteurs, reporters ou commissions scientifiques qui font juste honnêtement leur métier et ont encore un peu d’éthique et de sens civique.

Tous ensemble recouverts du voile opaque de la « conspiration », la seule la vraie : celle des obsédés du « complot » !

Tout ce qui s’écarte de la Pravda imposée au Lumpen-surfer amateur de sites taxés de déviance par les maîtres du monde avides de fric et de pouvoir, qu’ils soient politiques, stratèges, banquiers, hommes d’affaires ou vendeurs de camelote, se voit aussitôt recouvert de l’étiquette infamante et qui vaut condamnation immédiate de « complotiste ».

Et les médias serviles suivis par les esprits imbéciles qui s’en délectent de relayer cette propagande grosse comme un iceberg.

La ficelle est énorme.

Mais comme le disait Joseph Goebbels, fin connaisseur du procédé : « Plus le mensonge est gros, et plus les gens y croient. »

En somme la question cachée derrière ce procès pipé n’est pas : « Faut-il croire aux théories du complot ? » Mais : « A-t-on encore le droit de réfléchir sans gober tout cru les bobards des puissants comme un môme avale son carambar ? »

En somme c’est la base de la démocratie, fondée sur les libertés essentielles, notamment celle de s’exprimer et d’informer, qui est sournoisement mise à sac.

Mais il y a toujours des idiots utiles pour hurler au loup et crier « Au complot ! » en faisant enfler l’intox comme la rumeur d’Orléans.

C’est triste.

C’est surtout très inquiétant.

Car plus les choses avancent, plus l’idée s’insinue dans les esprits que le monde est divisé entre la vérité forcément servie par les forts et les « complots » fomentés par les rebelles, plus ce monde ressemble à la caricature qu’en ont faite avant l’heure des romans de science-fiction comme 1984 ou V comme Vendetta.

Au passage, c’est tout l’espace ouvert aux nuances qui est balayé par les schémas binaires.

Ainsi il n’y aurait plus aucune alternative possible, mis à part être un « bon citoyen » ou un « horrible complotiste ».

Le procédé est digne des pires régimes totalitaires, la propagande est subtile mais évidente.

Et le plus incroyable c’est que ça passe comme une lettre à la poste !

C’est à désespérer de nos orgueilleux esprits et de nos veilleurs autoproclamés. Qui tous semblent prendre un malin plaisir à se laisser gruger et à traquer l’apostat.

Est-ce la faillite de l’esprit ? La fin du libre arbitre ? Le crépuscule des libres penseurs ?

On pourrait le craindre tant le nuage de fumée est épais.

Plus dur sera le réveil pour certains, pourtant inéluctable.

Car la conscience évolue, l’ère du mensonge recule partout.

Et tôt ou tard les spéculateurs de l’Intox seront à leur tour désignés comme les criminels à abattre et mordront la poussière.

Il en va ainsi de la dialectique de l’Histoire depuis que le monde est monde. Pas besoin de lire Hegel ou d’être marxiste pour le constater.

Espérons que la tempérance et l’art de la nuance n’y laisseront pas cette fois toutes leurs plumes…