Dis-moi, Céline…

Mis en avant

Un dernier point à propos de Céline, et puis promis je passe à autre chose.
De grâce, ceux qui ont peur, et je les comprends ô combien !
Recouvrir du sceau de la censure et du tabou la littérature antisémite du début du 20e siècle, en particulier celle des intellectuels français qui ont ouvertement soutenu Vichy, est une erreur magistrale.
C’est exactement équivalent à vouloir raser Auschwitz. Ou interdire qu’on y emmène des jeunes Européens pour visiter les camps et se confronter à la réalité de l’horreur, au motif que cela pourrait leur donner des mauvaises idées.
Autant fermer aussi Yad Vashem tant qu’on y est.
Il faut que ces zones d’ombre de l’Histoire européenne et du « patrimoine culturel » (j’ose à peine le dire…) français soient exposées au grand jour.
Qu’on puisse les publier, les étudier, les transmettre aux générations futures.
C’est précisément ce qu’ont réalisé les Israéliens dans les différents bâtiments commémoratifs du Mémorial de Yad Vashem.
Mais tout comme Yad Vashem n’est pas un musée comme les autres, les pamphlets de Céline ne sont pas une « littérature » comme les autres, à balancer pour des raisons mercantiles sur les étalages des libraires en faisant du buzz.
Cela nécessite un minimum de préparation et un véritable encadrement pédagogique.
C’est sans doute la vraie raison qui a motivé les éditions Gallimard à reculer. Plus que la pression de l’opinion et la peur d’un nouveau scandale.
A ce propos, le politique est coupable de ne pas avoir donné de la voix et proposé des solutions pour que cette éventuelle réédition puisse se faire dans des conditions acceptables et soit utile à quelque chose. En hissant le débat à un niveau éthique au lieu de le laisser s’abîmer dans les affects.
Néanmoins, Céline ou d’autres : tout doit être accessible. Et surtout largement mais calmement commenté.
Il faut oser regarder les choses bien en face. Ne pas céder à la tentation de la peur, fût-elle légitime. Ou pire, de la mauvaise conscience et de la honte. Faire confiance à l’esprit critique. Au besoin le raviver.
Qu’on explique ainsi méthodiquement, scientifiquement, mais de façon dépassionnée les racines de l’antisémitisme politique qui a conduit les Nazis à la Conférence de Wannsee, qui précipita la Solution finale presque 20 ans après Mein Kampf.
Et comment certains Français en sont arrivés à justifier et collaborer avec de telles atrocités.
Sans les pamphlets de Céline, comment comprendre que des millions de Français aient applaudis à une telle absurdité ? Ou pour le moins n’aient pas eu la force de s’y opposer en condamnant la complaisance de leurs chefs et en faisant entendre leur voix, sinon depuis Londres ?…
Sans la force de l’exemple d’un écrivain par ailleurs célébré pour ses œuvres, comment admettre que seuls les collabos de Vichy aient pu entraîner tout un peuple à fermer les yeux sur les sorts de leurs compatriotes juifs ?
Tout le monde n’a pas eu la chance de pouvoir émigrer aux Etats-Unis en laissant passer l’orage, comme Michèle Morgan ou Jean Gabin. Et certains se sont très bien accommodés de cette période d’Occupation, quitte à vendre leur âme au diable pour asseoir leur gloire et leur fortune.
Il faudrait ajouter beaucoup de noms à cet inventaire. Qui sans atteindre les excès de haine d’un Céline, ont ouvertement collaboré avec l’ennemi. Des artistes de premier plan comme Maurice Chevalier.
Céline n’a pas eu à se chercher d’excuses : il a toujours soutenu l’antisémitisme nazi dont il s’est fait l’immonde thuriféraire.
A ce titre, il mérite non pas d’être dénoncé – le temps n’est plus aux règlements de comptes – mais d’être étudié.
Tout comme pour comprendre dans quel contexte culturel et historique s’enracine l’antisémitisme nazi, il faut expliquer aux jeunes Français, en particulier aux jeunes catholiques ignorants de leur histoire, les racines de l’antijudaïsme chrétien, qui remonte aux tout premiers temps de l’église primitive.
De Paul de Tarse (qui était juif…) aux Pères de l’Eglise. En passant par l’Inquisition espagnole. Et jusqu’à Vatican II, qui ouvrit une nouvelle ère de réconciliation et de dialogue entre Juifs et chrétiens (catholiques du moins, les protestants les ayant peu ou prou précédés de 4 ou 5 siècles).
Sans cette mémoire indispensable, on ne peut comprendre les évolutions des mentalités au cours de l’Histoire et le sort réservé aux Juifs en Europe occidentale, qui a abouti à cette aberration insensée que fut le massacre de 6 millions de déportés durant la Shoah auquel le régime de Vichy a activement collaboré.
Condamner Céline à l’oubli, c’est légitimer Faurisson et tous les négationnistes !
Car plus on gomme la mémoire d’une nation dans ce qu’elle a de plus corrosif, plus on autorise que certains kidnappent la mémoire et la corrompent en réécrivant l’Histoire pour satisfaire leur haine irascible du Juif.
Et ce ne sont pas les jeunes cerveaux dont mêmes les grands-parents aujourd’hui n’ont pas connu la Guerre, et qui baignent dans une culture du relativisme permanent, qui seront demain capables de dire à leurs propres enfants :
« Voilà ce que nos pères ont fait !
Voilà ce qui a existé et ne doit plus jamais se reproduire, ici ou ailleurs ! Pour quelque peuple de l’humanité que ce soit !
Et voilà comment certains esprits brillants ont justifié et appelé l’horreur de leurs vœux !
En manipulant leurs compatriotes égarés dans la confusion de la Débâcle, et trop las pour résister au bruit glaçant des bottes comme à l’idéologie nauséabonde de l’occupant !… »