Allô Théo bobo !

Mis en avant

cul

Bon, on l’aura compris : l’anus de Théo est passablement meurtri et ça mérite des émeutes.

Il ne se passe pas une heure sans que les médias ne viennent lui ausculter le fignard. Sans que les lascars de banlieue ne s’insurgent contre une maréchaussée qui semble avoir déshonoré leur propre virilité.

Toute la France est conviée à communier dans cet exercice salace de voyeurisme compassionnel.

Ayant perdu deux « L » au passage on est passé du pilonnage de Fillon à l’emboutissage de fion.

Il est vrai que depuis le supplice du pal, la populace était privée de pareils raffinements SM.

Faute d’avoir assisté au viol, la France veut des détails !

On parle d’accident… Le jeune-homme a-t-il gémi quand on l’a défloré ? Non c’est vrai, on aimerait savoir !… Auquel cas faut-il le flageller pour attentat à la pudeur, incitation à la débauche, tentative de corruption et subornation de policiers dans l’exercice de leurs fonctions ?

Bien sûr la bobasserie parisienne est la première à aboyer et se ranger derrière la complainte très convenue du cassage de flics. La morale est toujours du côté des opprimés. Et la vieille rengaine qui de « La chienlit c’est lui ! » à « Nike la Police ! » met en scène les assauts homériques entre méchants keufs et jeunes rebelles fait salle comble.

Ce n’est plus seulement ma cité qui va craquer, c’est toute la galaxie qui est happée par un vilain « trou noir » !

Il est vrai qu’il y a de quoi s’indigner… Et que l’occasion paraît trop belle pour ne pas se défouler.

Sur le fond comment ne pas donner raison à ceux qui dénoncent l’impunité des policiers, les bavures, les humiliations, sinon les meurtres arbitraires ?

Mais question qui fâche : à qui profite le crime ?… Suivez mon tailleur bleu marine…

Puisque le sujet est assez grave pour mobiliser tout le marigot médiatique, mettre en suspens la campagne, oublier les affaires du monde et même le foot, prenons le parti d’en rire, au risque de passer pour un collabo.

On regrette Coluche, Desprosges et Hara Kiri qui nous auraient délivrés d’un enlisement sinistre dans les fondements obscurs autant que de l’esprit de sérieux qui gangrène notre époque.

D’ailleurs les humoristes sont priés de servir la soupe en suivant les cris de la Plèbe : Canteloup ne s’est-il pas voué au lynchage pour avoir ironisé sur Europe 1 à propos de ce fait divers devenu affaire d’Etat ?

Pourtant plus le temps passe plus on atteint les sommets du burlesque et de l’absurde. On en vient à détailler comment une matraque télescopique peut « accidentellement » fouir un fion sans le consentement de l’intéressé ou la contrainte de l’impé(né)trant !

Et nos commentateurs d’épiloguer sur la taille du rectum et celle de la matraque. On sent comme un désir refoulé dans cette focalisation proctologique…

En tout cas un tabou est tombé : désormais on sait que les lascars ont un cul qui ne sert pas qu’à s’asseoir et que celui-ci est leur talon d’Achille. L’image du fier à bras tatoué musclé à la Booba en prend un coup !

Si l’on ajoute que la victime pacifique s’appelle « Théo » (Dieu), on frise le blasphème !

Soyons raisonnables. Mettre fin aux abus policiers est une chose. Se garder de ces excès en est une autre.

Il semble que la France ne puisse guérir des obsessions morbides qu’elles se fabriquent : hier Charlie, aujourd’hui Théo, demain…

Il serait temps d’enterrer les haches de guerre, les matraques et les machettes. De nous garder de souffler sur les braises et de diviser davantage : un jeu dangereux qui joue sur les phobies et les rancœurs.

Car « La peur conduit à la colère. La colère à la haine. La haine aux ténèbres. » (Bree Despain).

Mais aussi : « Quand les porte-monnaies sont vides les cerveaux se remplissent de colère et de boue. » (Paul Auster).

Publicités