Vous avez dit « guerre civile » ?

Mis en avant

NAtion2

Depuis 25 ans que j’habite à Nation, j’ai vu passer beaucoup de manifestations, parfois spectaculaires, comme les saccages de vitrines, de mobilier urbain, de devantures de magasins ou de banques lors des manifestations de jeunes contre le CCIP en 2005. Ou la première manif des pompiers à Paris en 2007, très haute en couleur mais très bon enfant. Mais jusqu’à présent je n’avais jamais assisté à un tel déchaînement de violence entre policiers et manifestants.

Comme jusqu’à cette année 2019 je n’avais jamais vu en France des soldats affronter d’autres soldats : des CRS tabasser à coup de matraque des pompiers désarmés lors d’une manifestation légale.

Déjà lors de la Fête du Travail du 1er mai 2017 qui avait immédiatement suivi l’élection de Macron, le ton avait été donné. La France « efficace et juste » montrait déjà ses muscles Place de la Nation, avec un déploiement « préventif » de CRS et l’érection d’un mur anti-manifestants en travers de tout le Cours de Vincennes. Du jamais vu.

18216863_10209310707713809_3064162582837502828_o

Cours de Vincennes, Fête du Travail, 1er mai 2017

Le ton est vite monté et les violences ont commencé à pleuvoir avec le mouvement des Gilets jaunes et les affrontements auxquels il a donné lieu notamment à Paris entre policiers et manifestants, avec parmi eux un nombre important de vrais ou faux « casseurs ». Mais un an après son démarrage, ce mouvement semblait s’essouffler.

On est passé à la vitesse supérieure et à un autre registre de contestations avec la grève quasi générale du 5 décembre et la série de manifestations contre la réforme des retraites. Et leurs répliques qui dépassent largement le thème social des retraites pour drainer tout une lame de fond plus large, plus politique, clairement anti-Macron, anti-gouvernement et anti-réformes. Une situation nouvelle même si elle s’est imposée progressivement et qu’on peut aisément qualifier de crise politique majeure.

Aujourd’hui le ton était donné Place de la Nation, bloquée par un impressionnant dispositif de forces de l’ordre. Des CRS essentiellement barraient l’accès à la place côté Cours de Vincennes. La lumière bleue des fourgonnettes parquées bien en rang sur plusieurs files Cours de Vincennes tournoyant comme d’étranges décorations de Noël. Les régiments de CRS alignés épaule contre épaule, matraque à la main, attendant les manifestants le regard fermé.

NAtion3Sur la place une centaine de Gilets jaunes, de manifestants et de badauds avaient pris position autour de la statue de la République et sur les pelouses qui l’encerclent. Certains étaient grimpés jusqu’au sommet de la statue, un rituel habituel lors des manifs, défilés ou rassemblements de liesse populaire comme au soir des matches de coupe du monde de football.

Vers 16 heures des bruits d’explosions commencèrent à retentir depuis le boulevard Voltaire et la rue du Faubourg St Antoine d’où convergeait les cortèges. On annonçait plus de 600 black blocs mêlés aux manifestants. La soirée promettait d’être chaude.

Soudain un nuage dense de fumée blanche et âcre poussé par le vent commença à se rapprocher puis à envahir toute la place. La foule se mis à reflouer en courant vers le Cours de Vincennes, toujours bloqué par le cordon de CRS. Parmi les manifestants et les curieux, de simples riverains et des enfants en trottinette jouant à se faire peur.

Nation1

La détermination des CRS se préparant au choc avec les manifestants d’une minute à l’autre était palpable. Certains tapotaient leur matraque ou trépignaient d’une jambe sur l’autre, le regard de plus en plus dur.

C’est au chaud et à l’abri que nous allions observer la suite des événements, sur les chaînes d’info continue.

A la télé toujours les mêmes images. La Place de la Nation, noire de monde, en plein chaos, déchirée par la lumière rouge des fumigènes, l’atmosphère saturée par les lacrymos comme un sommet du Jura par le brouillard un jour d’hiver. Les camions des syndicats tournoyant autour du terre-plein central, des manifestants marchant ou courant dans tous les sens. Des individus gazés, à terre, subissant le castagnage en règle des CRS. Les journalistes de BFM TV ne prennent même plus la peine de commenter.

NAtion4

Aucune image de violences de masses. La chaîne a fait le choix de ne pas filmer le cordon de CRS qui barrent la manif. Justement, cette issue naturelle des cortèges étant condamnée et le débit de manifestants partant de République s’annonçant particulièrement dense, on devine que les tensions ne peuvent que s’aiguiser à mesure que la nasse se densifie.

Quoi qu’il en soit, on peut dire que l’évolution actuelle des mouvements populaires engagés contre le régime change clairement de nature. Nous ne sommes plus en face de simples « manifestations » qui parfois dégénéreraient en « affrontements » sinon en « émeute ». Nous sommes clairement dans une situation pré-insurrectionnelle.

L’absence de volonté de Macron et du gouvernement de prendre la mesure de la situation et son entêtement à dérouler son train de réformes très largement contestées par l’opinion majoritaire, le mépris qui l’accompagne et son incapacité à comprendre les vrais enjeux, ne peuvent que nourrir un climat de guerre civile.

Pour l’heure il serait abusif de parler de vraie guerre civile mais tous les ingrédients sont là. Absence d’opposition démocratique dynamitée par le siphonnage des partis traditionnels, absence de volonté de négocier sinon sous la forme d’une parodie de dialogue entre gouvernement et syndicats, neutralisation de tous les contre-pouvoirs, violences politiques, policières, sociales, économiques, fiscales et financières accrues qui étranglent les classes populaires comme les classes moyennes, exacerbations des injustices et des ressentiments, immobilisme voire duplicité coupable sur certains dossiers critiques (écologie, corruption, lobbying, islamisme, communautarisme, migrants, commerce d’armes, politique étrangère…)

C’est à se demande si le pouvoir pourtant phobique du peuple et de sa grogne ne cherche pas à attiser les tensions et souffler sur les braises de la révolte.

A quelle fin ? Le seul résultat prévisible serait la victoire du Front National lors des prochaines présidentielles. Que Macron table sur une montée du FN (et parallèlement de l’islamisme) pour se positionner en sauveur c’est une évidence. Mais à trop jouer avec le feu ou à trop se raidir sur un agenda écrit par d’autres et qu’il applique docilement il risque d’y perdre et sa carrière et la confiance de ses sponsors.

Un nouveau mouvement citoyen est né : 512, le Mouvement du 5 décembre

Mis en avant

512 large

PRESENTATION

Le Mouvement 512 ou Mouvement du 5 décembre est né le 5 décembre 2019, journée de grèves nationales unitaires. Une série de manifestations contre la réforme des retraites qui a suivi celles des Gilets jaunes iinitié un an plus tôt.

Ce mouvement s’appuie sur un constat partagé par une très grande majorité de Français, porté par des revendications diverses et une colère populaire qui s’exprime de plus en plus fortement sans que rien ne change.

Animé par un souci de restaurer en France une vraie dynamique démocratique et une vraie justice sociale, le mouvement 512 porte plusieurs propositions, exigences et revendications dans les domaines institutionnel, politique, social, économique, budgétaire, fiscal, administratif, éducatif, culturel, écologique, diplomatique, humanitaire ou technologique.

Le mouvement 512 est un mouvement populaire et unitaire. Populaire parce qu’il émane du peuple souverain et non de ceux qui prétendent parler en son nom. Unitaire parce qu’il vise à rassembler la nation plutôt qu’à la fragmenter.

Le mouvement 512 n’est ni un mouvement anarchiste, ni un mouvement nationaliste, ni révolutionnaire. C’est un mouvement républicain, fidèle à l’esprit, aux valeurs et aux principes de notre République.

Son but est le rétablissement de la démocratie et des vertus républicaines, en particulier la justice sociale, la solidarité et l’engagement citoyen pour le bien commun. Son but n’est aucunement de changer de régime, de renverser l’Etat ou de diviser une partie de la population contre une autre.

En revanche ce mouvement entend demander des comptes à ceux qui usurpent le pouvoir contre l’intérêt du peuple.

NB : Le Mouvement 512 est indépendant de toute appartenance politique, syndicale, corporatiste, philosophique ou religieuse. Il ne soutient aucun parti, aucun élu, aucune association ou mouvement d’aucune sorte.

Il est l’émanation des citoyens qui se reconnaissent dans les mêmes valeurs démocratiques, républicaines, sociales et citoyennes.

UN CONSTAT

En mai 2017, le pouvoir a été confisqué au peuple pour être livré aux lobbies de la finance et aux multinationales.

Le Président actuel n’est pas un chef d’Etat mais un simple haut fonctionnaire du système, et non le représentant élu de la nation malgré l’apparence de légitimité démocratique dont il jouit.

Durant deux ans et demi, pas une de ses décisions n’a été engagée dans l’intérêt du peuple français ou de la France. Mais uniquement pour satisfaire ses sponsors qui l’ont fait élire.

Le Droit du Travail continue d’être démantelé, le système de protection sociale également, le régime d’assurance chômage est réduit au strict minimum, nos services de santé sont exsangues, les services publics à bout de souffle, quand ils ne sont pas livrés au secteur privé, de grandes entreprises nationales comme la SNCF, EDF, GDF, Aéroport de Paris, La Française des Jeux sont privatisées ou démantelées comme de simples bibelots.

Aujourd’hui la France n’est plus une démocratie, mais une oligarchie ploutocratique au service d’intérêts économiques, financiers, et des plus riches. Une oligarchie qui impose ses lois selon une idéologie néolibérale au service du Marché et non du peuple.

Nous voulons que le pourvoir soit rendu au peuple au plus vite, et que la France soit gouvernée par un pouvoir exécutif qui représente et défende vraiment les Français, en particulier les moins favorisés.

NOUS DEMANDONS

  • La démission immédiate d’Emmanuel Macron et la dissolution de l’Assemblée Nationale
  • La tenue d’élections présidentielles et législatives anticipées
  • La fin du régime de parti unique et la garantie d’une vraie alternance démocratique par le jeu des oppositions
  • La dissolution de LREM, parti factice destiné à servir l’ambition carriériste d’un seul homme
  • L’inscription dans la Constitution de l’interdiction de toute collusion avec le secteur privé des candidats aux élections présidentielles, législatives et régionales
  • L’interdiction pour tout lobby quel qu’il soit d’être représenté dans une assemblér républicaine. La pénalisation de toute tentative de corruption ou d’influence d’élus de la part d’organismes financiers, d’entreprises ou de lobbies, sous quelque forme que ce soit (y compris cadeaux, repas, vacances…)
  • L’abandon immédiat et total de la réforme des retraites
  • Une revalorisation immédiate du SMIC à hauteur de 30%
  • Un moratoire de 5 ans sur les hausses du prix des carburants, du gaz domestique et de l’électricité
  • Un encadrement des prix de tous les biens et services de consommation courante, avec une interdiction totale d’augmentation du prix des denrées alimentaires de base partout en France
  • La création d’un organisme public indépendant chargé de garantir l’encadrement du prix de l’énergie pour tous les fournisseurs
  • La création d’un ensemble de mesures incitatives pour permettre le passage d’ici 10 ans à 50% d’agriculture bio en France
  • L’interdiction progressive totale de tous pesticides et perturbateurs endocriniens (étalée sur 10 à 20 ans selon les produits). Le remplacement des pesticides chimiques par des pesticides naturels ou non polluants à prix compétitif. L’extension de cette mesure à nos partenaires européens.
  • La tenue d’une Convention Nationale de la Santé réunissant tous les acteurs concernés (Sécurité Sociale, médecins et auxiliaires de santé, pharmaciens, Assistance Publique, cliniques privées…) destinée à évaluer les conditions d’équilibre, d’harmonisation et d’excellence de tout notre système de santé, de la Sécurité Sociale, du maintien et de l’amélioration des soins et prestations, la réorganisation de l’Assistance Publique afin de garantir le fonctionnement de tous ses services, son refinancement afin de garantir de meilleurs services, plus de personnel médical, de soin et d’encadrement
  • L’inscription dans la Constitution de l’écologie et de la lutte contre le changement climatique comme priorités nationales au nom des générations futures, qui engage tous les services de l’Etat
  • La création d’une Commission de contrôle environnemental indépendante du gouvernement chargée de contrôler la conformité de tous les critères engagés par la France relatifs à la transition écologique et à la protection de l’environnement, avec un droit de sanction en cas de non respect
  • L’augmentation immédiate du budget de la fonction publique et l’embauche de 100.000 fonctionnaires supplémentaires dans les domaines suivants : santé, éducation, emploi, services sociaux, environnement, sécurité nationale pompiers, Police, lutte contre le terrorisme et la radicalisation…
  • La création d’un emprunt d’Etat à taux garanti supérieur à celui des produits d’épargne courants afin de financer les augmentations budgétaires dès 2021
  • l’inscription au niveau européen puis mondial d’un moratoire global visant à effacer la dette des états les plus pauvres. Mais aussi d’un moratoire pour tous les états endettés. Une dénonciation globale du système financier fondé sur la dette visant à assujettir les états et les pouvoirs politiques au pouvoir financier
  • La mise en place d’une table ronde au niveau mondial composée de représentants des différentes nations du monde visant à redéfinir les règles du capitalisme mondial, à refonder les liens qui subordonnent le monde de la finance, le monde économique et le monde politique (les états souverains) aux grandes institutions mondiales de la finance
  • Le refonte du Conseil économique et social en un Comité national d’expertise, composé des 1000 meilleurs experts français dans tous les domaines. Ce comité pourra être consulté à tout moment par le gouvernement ou le Parlement pour l’élaboration des lois, décrets et décisions. Mais aussi émettre des avis sur la politique du gouvernement, des collectivités, la situation économique, sociale, administrative de la France.
  • création d’un Conseil National Citoyen composé de citoyens non élus ayant pour mission de contrôler l’action de l’Etat, d’émettre des avis, recommandations ou sanctions analogues à celles du Conseil d’Etat dans les domaines suivants : budget de l’Etat, fiscalité, transparence des ministres et élus, finances publiques, haute fonction publique, administration et services publics, politique en matière économique, d’énergie, d’emploi, d’éducation, de défense, de sécurité et de renseignement, de transport, de santé, d’immigration, de défense des minorités, de culture et de francophonie, de relations extérieures, de coopération, d’aide au développement, d’écologie, d’aménagement du territoire, de collectivités territoriales, prévention de la précarisation sociale, de la violence, de la délinquance, de la radicalisation et du terrorisme, participation et votes de la France dans les institutions européennes, internationales et mondiales. Ce conseil sera composé de citoyens représentatifs de la société française tirés au sort parmi ceux qui se seront déclarés candidats sur internet. Ce Conseil n’est pas une forme de démocratie directe qui se substituerait à l’action du parlement, mais un moyen de remettre nos institutions en prise plus directe avec le peuples souverain.
  • L’élargissement du Référendum d’Initiative Citoyenne à des initiatives rassemblant 500.000 personnes sur internet. Examen systématique des autres initiatives à partir de 5.000 signataires
  • La France est la 6e puissance mondiale et compte en 2019 10 millions de pauvres. Une situation inacceptable.
    Nous demandons la création d’un Plan national de lutte contre la pauvreté. Comportant notamment la révision et la revalorisation des minima sociaux, des aides et des services proposés aux chômeurs de longue durée, aux personnes âgées, aux personnes malades, handicapées, invalides, aux personnes seules, aux mères célibataires, aux demandeurs d’asile et aux migrants… La création d’un organisme unique pour venir en aide aux sans-abris, en particulier en hiver, avec des services d’hébergement d’urgence, la distribution de repas, de vêtements, des services de santé, sanitaires, sociaux et d’entraide locale, une meilleure organisation et des moyens accrus pour les services du Samu Social, une meilleure coordination avec les ONG, associations et intervenants spécialisées.
  • Pour mieux s’occuper des plus démunis présents sur notre territoire la France doit mieux maîtriser son immigration. Nous demandons l’instauration de quotas justes et raisonnables pour satisfaire nos besoins réels en termes d’immigration économique. L’arrêt ou la réduction au minimum du regroupement familial. Une concertation plus étroite avec nos partenaires européens pour prévoir et adapter nos moyens et mieux encadrer l’immigration liée aux conflits et aux mouvements massifs de populations vers l’Europe. De meilleures conditions d’accompagnement et d’intégration pour les demandeurs d’asile. Nous demandons que la France soit avec l’Europe à l’initiative d’un Plan démographique mondial pour anticiper et gérer les futurs mouvements massifs de population (plusieurs milliards de personnes) liés aux migrations climatiques à venir.
  • La création d’un Plan national d’éducation, d’insertion et de lutte contre l’exclusion. Réviser complètement la logique du système éducatif, de formation, d’alternance. Redéfinir les priorités de l’Education nationale : préparer à la vie active mais surtout à la vie tout court. Renforcer dès l’école la formation à l’esprit critique, à l’esprit d’équipe, les facultés de raisonnement, d’initiative, de jugement, de collaboration. Initier à la vie en société, à la citoyenneté, à l’engagement social, au respect des différences, au partage, à la recherche de l’intérêt général plus qu’à la compétition et la réussite individuelle. Stimuler l’intelligence plus que l’apport de connaissances, la culture générale plus que l’hyper spécialisation, les savoir-faire cognitifs, relationnels et pratiques plus que techniques. Adapter l’école au monde ouvert de demain, plus qu’au monde du travail en France aujourd’hui. Développer des modes de valorisation des compétences individuelles autres que le travail salarié, notamment pour les personnes sans emploi, handicapées, les jeunes en insertion, les anciens détenus, les retraités, les exclus…