H.I.V. : Human Islamist Virus – Pourquoi l’islamisme est une forme de sida idéologique qui s’attaque aux sociétés musulmanes et occidentales ?

Mis en avant

S.I.D.A. Syndrome d’Immuno-Déficience Acquise.

shutterstock_559306495hiv-700x500

Au plan symbolique, le sida est une forme de dislocation identitaire.

D’un point de vue biologique, le virus HIV responsable de la maladie cible, parasite puis détruit les lymphocytes T4. Au cœur des mécanismes complexe de l’immunité, le rôle de ces lymphocytes peut être comparé à celui à celui de « vigiles ». Fidèles gardiens, les lymphocytes T4 identifient les agents pathogènes qui se multiplient dans l’organisme et déclenchent l’alerte grâce à des médiateurs chimiques auprès d’autres cellules immunitaires qui vont attaquer ou digérer ces agents pathogènes.

De même l’immunité, dont une bonne partie se joue dans le système digestif, assure un équilibre homéostasique entre des éléments extérieurs assimilables par l’organisme et provenant de la digestion, de la respiration, de contacts cutanés, de blessures ou d’échanges de fluides sexuels, et des agents pathogènes qui en excès mettraient en péril l’organisme.

Ainsi d’un point de vue symbolique l’immunité se présente comme un ensemble de mécanismes chargés d’assurer en permanence l’homogénéité, la congruence dynamique et la survie du corps humain, et donc de l’être humain au plan biologique.

Parce qu’elle opère en permanence un tri sélectif entre « ce qui est moi » et « ce qui n’est pas moi » l’immunité est une conscience garante de l’identité personnelle.

Il ne faudrait pas céder à une représentation trop « individualiste » de l’être que nous sommes. Un individu ou un organisme qui serait totalement séparé des autres. La vie est faite d’équilibre homéostasiques et évolutifs. Au plan biologique, mais aussi psychologique, social, politique, nous sommes tous intimement reliés les uns aux autres. Notre organisme est lui-même constitué d’un agrégat impermanent de protéines, de cellules, et de milliards d’hôtes étrangers comme les bactéries qui constituent notre flore intestinale, sans lesquelles nous serions voués à une mort certaine.

La vie repose donc sur tout un échafaudage d’équilibres, d’alliances, de coopérations entre des formes vivantes qui la composent.

humain-systeme-immunitaire-representation-artistique

Quant aux religions, depuis les temps primitifs et les religions animistes, elles sont des systèmes de croyances, de représentations et de rites qui relient les êtres au sein de groupes humains, mais aussi à l’ensemble du vivant et de l’Univers selon des cosmogonies aussi diverses que les religions elles-mêmes.

Quant ces religions se dénaturent en systèmes dogmatiques, qu’elles se referment sur une orthodoxie et une orthopraxie qui confinent à l’intégrisme, qu’elles fondent leur justification sur une revendication offensive, agressive, destructrice à l’égard d’autres croyances, d’autres modèles, d’autres groupes, qu’elles ne servent que la volonté de puissance, le désir de conquête, d’asservissement, de soumission, qu’elles se réduisent à une simple rhétorique au service d’une ambition politique, alors elle trahissent la fonction pour laquelle elles ont été élaborées et cessent de jouer leur rôle de lien spirituel, de sacralisation et de perpétuation du Sens.

Peu importe qu’elles se réfèrent à un dieu, un principe ou une Conscience supérieure. Peu importe qu’elles servent la Transcendance divine, pour les religions monothéistes, ou celle du Collectif, pour les religions athées comme le communisme. Le résultat est le même : la promotion d’une idéologie totalitaire qui broie les individus, leur identité, leurs libertés, en les rendant esclaves d’un système ou d’une caste.

Ainsi l’islamisme, qui est un dévoiement complet de l’Islam dans sa version spirituelle et humaniste, est une idéologie qui distord les principes d’une religion à laquelle il se réfère pour mieux asseoir son emprise spirituelle, idéologique et politique sur les croyants.

Pour parvenir à ses fins dans les sociétés musulmanes, l’islamisme s’infiltre dans les discours, dans les consciences, dans les réseaux de pouvoir, ou quand ceux-ci sont suffisamment affaiblis il les attaque frontalement pour les renverser.

Artisan du mensonge, de la confusion et de la manipulation, l’islamisme sème le doute. Il instrumentalise les faiblesses, les craintes, les ressentiments. Il s’insinue en laissant croire que la seule manière pour les peuples opprimés de reconquérir leur liberté est d’adhérer à un Islam « pur », radical, de revenir au mythe d’un Islam originel, de débarrasser les formes sociales, juridiques, religieuses, cultuelles et symboliques de tous les oripeaux sacrilèges hérités de la corruption des dirigeants de pays arabes ou musulmans avec la modernité, les valeurs occidentales, la démocratie, avec ces idéaux impurs, décadents, délétères transmis par la colonisation, la corruption des nations infidèles.

L’islamisme conduit les musulmans à se diviser d’avec eux-mêmes. Il surfe sur leur malaise pour se multiplier, il parasite les discours, les représentations, les schémas identitaires et communautaires en place pour les neutraliser, les faire éclater, les subvertir et les vampiriser.

Exactement comme le virus du sida parasite le génome de ses hôtes pour se répliquer.

En effet, comme le virus du sida, l’islamisme est incapable de survivre au grand jour, incapable de se répandre. Il a besoin de pirater un organisme vivant pour en utiliser l’énergie afin de se multiplier.

Exposé à la lumière, déconnecté des cellules humaines qu’il parasite, le virus islamiste ne peut survivre. Il a besoin de surenchère et de contamination virale pour se disséminer.

Il utilise les flux rhétoriques comme le virus HIV utilise les fluides sexuels, sanguins ou placentaires. Il surfent sur les amalgames pour propager des mensonges.

Etoiles

Quand il rencontre des cellules immunitaires qui l’identifient comme nuisible et sonnent l’alerte, il les attaque aussitôt. Il culpabilise, crie à « l’islamophobie », et dans bien des cas il utilise la justice même s’il a peu de chances de l’emporter pour affaiblir, ruiner et dissuader ses adversaires.

Son arme favorite pour tétaniser les défenses, c’est la terreur. La terreur djihadiste ou l’intimidation, le harcèlement psychologique, les menaces de mort adressées à ses adversaires.

Exactement comme le sida opérait sur ses proies et ses victimes une « sidération ». L’élément psychologique est en effet fondamental, tant dans les mécanismes de contamination que ceux qui président à l’évolution de l’infection vers la maladie. Tout affaiblissement psychologique, tout renoncement à se battre, toute perte de conscience de soi, de confiance en soi ou du goût de la vie sont des cofacteurs déterminants dans le déclenchement de la maladie.

L’islamisme est le Cheval de Troie des sociétés modernes, démocratiques, républicaines. Une fois qu’il a contaminé un nombre suffisant de musulmans et les a agrégés dans une « Oumma » factice qui sert de faire-valoir à sa rhétorique victimaire, il s’assure de soutiens auprès de politiques, d’intellectuels, de médias et d’institutions en utilisant et pervertissant les principes de ces sociétés qui sont justement sensés les protéger contre une telle menace.

Les islamo-gauchistes et autres idiots utiles de l’islamophobie deviennent les relais serviles de cette idéologie, au nom des valeurs républicaines, des libertés individuelles, de la liberté de conscience, du droit des minorités, de la laïcité, de l’antiracisme, de la lutte contre la xénophobie, le fascisme et l’extrémisme, le populisme, l’intolérance ou l’oppression, et même au nom du féminisme et des droits des femmes.

Ceux-là sont contaminés et perdus pour la République. Leur chute est annoncée. Atteint par ce sida idéologique, leur propre logiciel intellectuel et éthique est hors service. Il tourne en boucle et plus on cherche à les persuader de leur égarement, plus ils s’emballent en répétant les mêmes formules stéréotypées.

La plupart sont sincères mais d’autres ne sont que des clientélistes machiavéliques qui ont abdiqué toute morale, tout honneur et tout sens de l’intérêt général, obnubilés par leur carrière.

Les plus coupables ne sont pas ceux que l’on croit. Derrière les Mélenchon, Hamon, Autain, Benbassa, Lipietz, tous ces politicards de gauche et d’extrême gauche qui ont abdiqué leur conscience en espérant se refaire une vertu et une virginité politiques, d’autres au style plus consensuel sont sans doute les plus dangereux. Au premier rang desquels le chef de l’Etat Emmanuel Macron. Un homme qui n’a jamais eu aucune morale, aucune vision, aucun projet pour la France, sinon de servir sa carrière et les intérêts des lobbies qui l’ont hissé au pouvoir.

75265007_214420909548759_2526353716886372352_o

Bien qu’il compte dans son entourage quelques lobbyistes de l’islamisme, Macron n’est pas vraiment atteint par le sida islamiste. N’ayant aucune morale personnelle ou politique, Macron, malgré ses postures solennelles et ses beaux sermons de circonstance, n’est qu’une sorte d’humanoïde servile programmé dès Sciences Po pour servir un système qui ignore toute autre préoccupation éthique que le retour sur investissement.

Tant que la montée de l’islamisme et son opposition avec l’extrémisme servent ses intérêts, le Président ne fera strictement rien pour engager une politique idoine afin de lutter efficacement contre ce fléau. D’où son silence stupéfiant depuis l’attentat de la Préfecture, l’emballement médiatique sur le voile et l’attaque de la mosquée de Bayonne par un déséquilibré.

phpTlafuj

C’est pourquoi il appartient aux vrais républicains de se mobiliser pour combattre cette épidémie. Et de puiser dans le patrimoine de nos valeurs communes pour élaborer le vaccin qui saura vaincre l’assaillant.

Cela devient urgent. Car les sondages montrent une imprégnation croissante des phénomènes de radicalisation. Un sujet passé sous silence depuis Mickaël Harpon au bénéfice d’un soap-opéra bien commode sur le voile. Tout comme la prévalence des idées islamistes révélée par les sondages auprès des musulmans français, notamment les plus jeunes, aurait de quoi alerter les pouvoirs publics.

Il est urgent de mettre en place un plan prophylactique avant que cette épidémie de sida islamiste ne se répande dans tous les rouages de l’Etat et de la République.

La France a un rôle éminent à jouer, elle qui est l’héritière d’une tradition démocratique et humaniste que le monde nous envie toujours. Si la France échoue dans cette bataille, c’est toute l’Europe qui sombrera d’ici le milieu de ce siècle.

 

 

 

L’islamophilie, maladie du siècle

Mis en avant

Au chapitre des grandes perversions cartographiées par les siècles derniers il y avait la pédophilie, la zoophilie, la scatophilie, la nécrophilie… La spasmophilie quant à elle ne relève pas du même registre lexical.

Il faudra bientôt en ajouter une autre d’un genre inédit : l’islamophilie.

Antonyme de l’islamophobie qui n’est qu’une fiction, l’islamophilie est elle belle et bien réelle. Elle désigne l’attirance contre-nature des gens de gauche, de certains centristes et écologistes, pour une idéologie contemporaine ravageuse, une forme de fascisme religieux et d’asservissement totalitaire : l’islamisme. Mais aussi la complaisance commune de certains intellectuels, journalistes et politiques pour cette idéologie, caractérisée sous le vocable d’islamo-gauchisme.

Tout naturaliste des déviances se doit d’établir un catalogue détaillé des espèces étudiées. Les islamophiles se répartissent donc en différentes catégories nosologiques. D’un point de vue psychopathologique, ils présentent différentes formes de troubles psychiques qui vont de l’altération des fonctions cognitives et des facultés de jugement, un narcissisme exacerbé de type pervers manipulateur, des délires de persécution, des formes dissociatives de la personnalité de type schizoïde, des crises de démence, jusqu’à des pulsions masochistes voire au syndrome de Stockholm, à savoir l’empathie d’une victime pour son bourreau ou pour un terroriste pourchassé.

Le premier noyau d’agrégation de la tribu des islamophiles se compte parmi les musulmans laïcs ou libéraux éloignés de l’idéologie islamiste mais piégés par le discours victimaire défendu par ceux-ci. S’ils s’engagent pour défendre tous les musulmans indifféremment contre la « haine islamophobe » qui s’abattrait sur eux, c’est plus par réflexe identitaire et communautaire que par adhésion à un Islam pur et dur. Certains de ces islamophiles musulmans nourrissent un ressentiment particulièrement intense à l’égard de la société française, à cause d’un sentiment de stigmatisation sociale dont ils s’estiment les victimes. Cela peut parfois les conduire à se laisser embrigader ou à relayer la propagande victimaire des islamistes au point de rejoindre les rangs des radicalisés. Mais la plupart du temps ces musulmans pacifiques ou de circonstance se mobilisent autour du fameux slogan simpliste (et mensonger), destiné lui aussi à empêcher tout débat et tout discernement sur l’Islam : « PAS D’AMALGAME ».

7777164557_des-manifestants-contre-l-islamophobie-a-montreal-le-28-mars-2015

L’islamophilie se rencontre aussi parmi d’autres spécimens que sont les survivants des religions déclassées du siècle dernier : communisme, trotskisme, marxisme-léninisme. Ces irréductibles gauchistes tentent désespérément de survivre à l’effondrement des idéologies en se recyclant dans d’autres formes de fanatisme religieux. Ils trouvent dans la cause des musulmans opprimés un succédané très tendance de la cause prolétarienne, tombée dans l’oubli depuis la disparition de la classe ouvrière. Dans leur cas la collusion avec l’islamisme est donc une nouvelle forme d’ouvriérisme, qui s’attache à défendre les fils et les filles des anciens travailleurs immigrés contre la haine de classe colonialiste, raciste et xénophobe.

1267874-000_1m06b6

A cette deuxième catégorie vient s’ajouter une troisième : les fameux « idiots utiles » de la gauche. Ces minimalistes de l’éthique politique adeptes d’une pensée light et renouvelable ne sont animés que par un souci du paraître médiatique. Ils collent aux indignations contemporaines pour se donner une épaisseur intellectuelle et un succédané de morale. Bien qu’ils soient très virulents sur les plateaux télé, leur enracinement idéologique n’a aucune profondeur : ce sont des idéalistes hors-sol.

Couv-Revue-des-Deux-Mondes-octobre-2018

Toujours pressés de défendre une cause nouvelle, ils réagissent de façon compulsive pour manifester leur soutien sans jamais prendre la peine de réfléchir, ce dont ils sont notoirement incapables. Adeptes d’une morale du clic et des principes jetables, ces enfants de la société de consommation et du numérique sont aussi versatiles que féroces et prompts à bouffer du « nazi », un mot-valise qu’ils customisent à outrance pour désigner tous ceux qui ne partagent pas leur avis. Ils alignent ainsi les poncifs et les engagements mimés comme on collectionne les pin’s : écologie, antiracisme, féminisme, enfance martyre, LGBT, antispécisme, bio, vegan… Tout est bon à prendre pourvu que ce soit tendance et politiquement correct. Les idiots utiles se rencontrent beaucoup parmi la génération des baby-boomers (les bobos ex soixante-huitards comme Daniel Cohn-Bendit) et leurs enfants : la « génération morale » ou Génération Macron des jeunes quadras nés avec la crise. Parmi les politiques frappés d’islamophilie, certains n’obéissent qu’à d’évidents calculs clientélistes, en draguant la « communauté musulmane » à laquelle ils envoient régulièrement des signaux. C’est le cas notamment de Jean-Luc Mélenchon, débouté de sa stature de tribun du peuple à cause de ses outrances égotiques et mégalomaniaques, et qui manfesti un soudain revirement en faveur de la cause islamiste. Mais aussi de Ian Brossat ou de Clémentine Autain, rescapés du PCF et de la gauche trotskiste, ou encore d’Anne Hidalgo, laquelle drague ouvertement le vote communautariste en alignant les déclarations islamophiles aussi ineptes que pseudo-branchouilles.

ob_7991ef_hidalgo-w

Une dernière catégorie d’islamophiles bisounours se retrouve parmi certains croyants d’autres religions, le plus souvent des catholiques « progressistes » et quelques juifs libéraux égarés. Souvent engagés dans le « dialogue interreligieux » ou membres d’associations républicaines d’amitié intercommunautaire, ces braves hérauts de la fraternité instrumentalisent à loisir les principes républicains, notamment la fraternité, la laïcité ou la liberté de conscience, pour défendre une vision inclusive, œcuménique, hyper relativiste et profondément idéaliste d’une société multiculturelle, multireligieuse et ouvertement communautariste, où les religions et les philosophies se féconderaient les unes les autres sans discernement aucun par l’écoute respectueuse, l’entraide fraternelle voire le méli-mélo syncrétique.

Loin des savantes « disputations théologiques » médiévales entre des grands esprits et des libres penseurs issus du judaïsme, du christianisme et de l’Islam, ce scoutisme interculturel, naïf et bon enfant, prône un respect intégral de « l’autre » qui peut aller jusqu’à l’aveuglement et la complaisance coupables quand il s’agit de cautionner des dérives sectaires empreintes d’une volonté de conquête idéologique et politique, comme le salafisme, le wahhabisme ou les Frères musulmans. Ou de défendre farouchement le voile islamiste au nom des libertés religieuses en renonçant à tout examen critique.

Ainsi les jeunes de l’association Coexister, qui regroupe des chrétiens, des juifs, des musulmans de toutes obédiences, mais aussi des bouddhistes, des athées, des agnostiques, des laïcs et des je-ne-sais-pas-où-j’en-suis au nom d’une volonté inclusive la plus large possible, ont fait perdre toute crédibilité à leur élan initial qui prétendait s’ouvrir à l’autre pour conjurer les réflexes de repli communautaire. A titre d’exemple, leur participation, clairement dénoncée par des défenseurs de la laïcité comme Caroline Fourest, au Salon de l’UOIF (Union des Organisations Islamiques de France, devenue récemment Musulmans de France) : une foire aux intégrismes musulmans où l’on croise tour à tour les fans de Tariq Ramadan, des salafistes, des crypto-djihadistes, et bien sûr des Frères musulmans surnuméraires, au milieu de stands vendant des niqabs (voile intégral), des DVDs de prêches d’imams interdits en France et des livres sulfureux sur l’Islam. Coexister est aussi emblématique de ces religieux qui au nom d’une solidarité entre la calotte, la kippa et la chéchia, ou de celle des religieux ligués contre une laïcité vue comme trop agressive et « liberticide », ferment volonté les yeux voire cautionnent des dérives objectivement préoccupantes. Ou sont incapable de décrypter la sémantique ambiguë des « signes religieux ostentatoires » en tant qu’instrument de propagande de l’islamisme dans sa stratégie de conquête de territoires et de droits.

10312540_828607507184986_1486744692652712570_n

Quant aux ressorts psychologiques de l’islamophilie, elle s’appuie souvent sur un complexe d’infériorité sinon une haine de soi nourrie par la mauvaise conscience postcoloniale, qui entretient une fascination pour « l’étranger », objet de toutes les projections fantasmatiques.

Tous les islamophiles ont en commun une fascination inconsciente ou inavouée pour l’homme hétérosexuel arabo-musulman. Une sorte d’inversion du mépris colonialiste pour les « races inférieures » ou les « peuples primitifs » conquis. Une fascination qui va de pair avec celle qu’exercent les icônes de la rébellion adolescente, frondeuse, anarchique et métissée issues des banlieues. Bien qu’ils n’oseront jamais l’avouer, le machisme exacerbé et transgressif qu’incarnent le mâle musulman ou la racaille excitent leurs fantasmes refoulés de demis-hommes émasculés par les excès d’un féminisme castrateur dont ils se réclament. C’est pourquoi ils sont les premiers à défendre le voile, travesti en étendard féministe.

entretien-septembre-medine-bataclan

Médine, rappeur islamiste français

L’islamophile est en effet souvent un homme, doublé dans bon nombre de cas d’un homosexuel refoulé souffrant d’un complexe de castration, et dont l’inconscient est travaillé par les mythes séculaires véhiculés par la culture arabo-musulmane sur « l’homme arabe » ou « l’homme musulman ». Un onagre rebelle, vigoureux, hypermembré, aux appétits sexuels insatiables et à la puissance sexuelle démesurée. Ce fantasme se nourrit de toute une mythologie orientaliste peuplée de harems, de hammams, de palais sensuels, de séductrices lascives, de jeunes esclaves soumis et de paradis luxurieux. Autant de thèmes relégués dans les oubliettes de la culture arabe recouverte hélas depuis le siècle dernier par la chape de plomb islamiste, mais toujours très présents dans les mythes de « l’Âge d’or », ou recyclés dans une rhétorique sexiste avec un contentement vulgaire par les jeunes rebeux des cités.

24440_p0001498.002

Ingres : Le Bain turc

L’islamophile est donc bien un archétype de pervers doublé d’un schizophrène et parfois d’un manipulateur. A l’occasion l’islamophile est un masochiste dévoyé qui s’émerveille du désir exacerbé de revanche des « bougnoules » sur les « kouffars » (mécréants). Un sous-produit du désenchantement et de la ruine des idéaux démocratiques dans une société individualiste et éclatée, avide d’immédiateté, de sensations et de consommation.

1b8a69677b8f3515f684943f3c090c7a

Le comble du malheur c’est que l’islamophile entend retrouver le sens perdu dans une idéalisation messianique de l’ailleurs lointainement héritière des divagations rousseauistes à propos du « bon sauvage ». Il est l’aboutissement d’un processus de domination qui aurait échoué à conquérir les sexes et le monde et se résoudrait à céder aux charmes d’une armée de Spartacus soulevés pour asservir leurs anciens maîtres. Car l’homme arabe musulman incarne dans l’imaginaire qu’il entretient la domination des mâles sur les femelles, comme la domination des croyants sur les infidèles et les esclaves. Et, dans le discours fondamentaliste, le triomphe de l’unique vérité imposée par la force conquérante à des sociétés décadentes, abîmées dans les plaisirs et ruinées par leurs états d’âme.

L’islamophilie s’appuie sur un rêve de verticalité retrouvée, projetée sur une religion dévoyée. Les laïcs et autres gauchistes athées et anticléricaux qui ne croient pas une seule seconde en un dieu révélé se flagellent d’émotion, s’évanouissent comme des pucelles et se prostituent comme des houris en miaulant pour célébrer ces fanatiques qui osent fronder la République, imposer leur charia archaïque et leur pastiche jaloux d’une divinité violente aux sales Français dégénérés. Après avoir consacré leur vie à bouffer du curé, voilà maintenant que ces insensés sucent de l’imam.

En d’autres siècles on aurait prescrit l’internement ou le bûcher pour ces désaxés traîtres à leurs anciens credos et à la mère patrie. Mais non. Aujourd’hui on leur tend des micros, on leur réserve des charges et des prébendes dans toute l’aristocratie médiatico-politique, on les laisse défiler en bon ordre avec des ennemis déclarés de la démocratie dont ils se réclament, on commente à l’infini leurs élucubrations victimaires au lieu de se concentrer sur les vrais problèmes, les vraies victimes, les vrais ennemis.

Il est temps de prendre la mesure de cette gabegie. Car l’islamisme, lui, progresse chaque jour dans les esprits. Et la grogne monte inlassablement dans l’opinion face à des politiques gangrenés par l’esprit de Munich et qui ont renoncé à endiguer ce fléau.

Il est temps que nos élites se réveillent pour dénoncer l’incurie. Que la complaisance des fourbes et des écervelés soit enfin exposée au grand jour. Car il en va de notre avenir, de notre santé démocratique et de l’unité de notre belle République.