Ebola : Le retour de l’intox

10625116_10203050162204084_5676289238471971928_n

Voilà des mois qu’on nous bassine avec Ebola.

Et pas un jour ne se passe maintenant sans que tous les médias mainstream entretiennent la psychose en faisant leurs unes sur Ebola : 55 minutes par heure la semaine dernière sur BFM TV. Contre 10 secondes sur les manifs géantes à Hong Kong pour réclamer plus de démocratie : du jamais vu pourtant depuis Tian’anmen en 1989 !

Deux poids deux mesures. Sur-désinformation d’un côté et manipulation des consciences d’un côté, politique de l’autruche de l’autre.

La raison de ce gap stupéfiant ? Business is business voyons !

Pour ne pas être accusé de partialité, voici les faits.

Ebola n’a tué jusqu’à présent que quelques milliers de personnes depuis son apparition (788 formellement identifiés et attribuables à Ebola selon l’OMS) : une broutille si l’on compare aux centaines de milliers de morts victimes de la malaria chaque année. Et du sida qui touche 40 millions de séropositifs dans le monde.

Comme la grippe aviaire, comme le SRAS, comme H1N1 et comme d’autres épidémies qu’on nous annonce déjà pour bientôt, c’est un peu comme les crises financières en cascade qui font leur come-back tous les 3 ou 4 ans depuis 2008. Et sur lesquelles spéculent allègrement les financiers de Wall Street.

Comme me le rappelait lors de la faillite de Lehmann Brothers un ami éditeur de « La Lettre », une publication confidentielle de stratégie adressée à tous les décideurs français : « Mon pauvre Christophe, tu penses que les banques et les traders vont tirer les leçons de cette crise ? Mais elles spéculent déjà sur la prochaine !…  »

Pour les épidémies c’est un peu le même topo.

Mon premier métier était consultant en stratégie chez ABC, un cabinet de conseil de direction créé par 4 anciens McKinsey et dont l’un des principaux clients était Rhône Poulenc Santé. J’ai bossé par ailleurs pendant 10 ans avec des clients du secteur pharma et en connais fort bien les rouages.

Plus tard j’ai travaillé à AIDES et côtoyé ceux qui au ministère ou au sein des directions de labos élaboraient la stratégie prophylactique et curative pour tenter d’enrayer cette sinistre épidémie de sida qui a emporté à l’époque beaucoup de mes amis.

J’ai aussi entamé un doctorat de sciences sociales à l’EHESS et mon sujet de recherche était l’éthique des affaires dans le secteur pharma. Je connais donc bien la musique.

Ce matin encore je discutais avec deux amis médecins à propos d’Ebola.

Ce qu’il faut comprendre c’est que presque tous les labos spéculent allègrement non pas sur des traitements qui guérissent mais sur des molécules qui rapportent.

Pour cela ils manipulent allègrement opinions publiques et décideurs institutionnels, achètent les « prescripteurs » (les médecins) grâce à une armada de visiteurs médicaux très bien formés et très bien payés afin de les convaincre de prescrire leurs médicaments. Voire s’adonnent à des pratiques de corruption active pour soudoyer les médecins les plus influents et les leaders d’opinion en matière de santé publique afin de favoriser leur stratégie commerciale face à leurs concurrents.

Car l’industrie pharma est l’un des secteurs économiques où la compétition est des plus féroces . Et où les bénéfices sont les plus gigantesques, avec la finance, le pétrole et l’armement.

S’agissant des épidémies je sais que beaucoup auront peine à me croire, mais bon nombre de labos n’hésitent pas à spéculer sur des épidémies afin d’écouler à prix fort leurs stocks de vaccins et de traitements vite bidouillés, plus ou moins efficaces et plus ou moins dangereux en terme d’effets secondaires.

On l’a vu avec H1N1 et la gabegie politique et économique que la pression entretenue sur les gouvernements du monde entier pour vendre des milliards de vaccins a entraîné : Roselyne Bachelot, alors ministre de la santé de Sarkozy, doit encore s’en mordre les doigts…

Ce qu’on sait moins c’est que le laboratoire qui détenait l’exclusivité de la licence du Tamiflu, le seul traitement sensé être efficace pour guérir cette grippe et qui a vendu sous licence des milliards de boîtes de Tamiflu via des labos partenaires, avait alors pour CEO et principal actionnaire un certain Donald Rumsfeld : néoconservateur américain, co-inventeur du concept de « guerre préventive » et ex-secrétaire d’Etat sous l’administration Bush, fervent partisan des guerres conduites en Afghanistan et en Irak notamment. Vous me suivez ?…

Plus troublant encore H1N1 est un virus « mutant » (génétiquement modifié ?), à peine différent de celui de la grippe espagnole, qui avait disparu en 1918 après avoir décimé des centaines de millions d’êtres humains. Contrairement à la tuberculose dont certains foyers étaient restés actifs et qui a réapparu ces dernières années notamment chez les personnes SDF.

Le virus de la grippe espagnole a ainsi réapparu « miraculeusement » au Mexique en mars 2009 : du jamais vu de mémoire d’épidémiologiste ! Suscitant alors Outre-Atlantique puis à l’échelle planétaire une panique sans précédent et abondamment entretenue par les médias pro-républicains américains (eux-mêmes détenus pour beaucoup par des industriels de l’armement).

Seule question à se poser dès lors : « A qui profite le crime ? »

Aux labos et à leurs actionnaires qui ont vendu des milliards de vaccins et de molécules aux gouvernements américains, européens et chinois. La France n’était alors pas la seule à « tomber dans le panneau ». Et Sarkozy pressé de mettre en place une campagne de vaccination massive de la population française, a sans doute rendu un fier service à ses amis Bush et consorts dont il est l’intime.

Le même scénario est en train de se déployer tranquillement sous nos yeux ébaubis et ignorants des « ins and outs » de cette stratégie à l’œuvre pour nous faire avaler la couleuvre.

D’abord on nous annonce une nouvelle épidémie. Ensuite on compte les premiers morts. Puis on agite la peur en précisant que la menace se rapproche de nos frontières. On commente abondamment chaque décès et chaque cas hospitalisé. On prétend d’abord qu’il n’y a aucun traitement. Et puis miracle ! Pas plus tard qu’hier on nous annonçait à 15h30 sur BFM TV que la femme hospitalisée à Madrid avait reçu un traitement jugé efficace et que son cas s’était sensiblement amélioré…

La suite, vous la devinez.

Donc ne soyons pas naïfs, arrêtons de croire tout ce que les médias nous racontent et sachons raison garder. Cette manipulation va encore atteindre ses buts : psychose et dollars à la clé.

O tempora, o mores !

Publicités