A quoi sert l’Islamo Pride ?

Mis en avant

Il y avait la « Fierté homosexuelle », il y a maintenant la « Fierté Islamiste », Islamo Pride en anglais.

Présentée sous les traits d’une manif CONTRE les méchants : islamophobes, racistes, xénophobes et autres fascistes qu’on dénombrerait par divisions entières pour s’attaquer partout en France aux musulmans sans défense, la manifestation du 10 novembre avait pour véritable vocation d’être une démonstration de force de l’islamisme en France et de sa capacité à rassembler pour dénoncer une véritable « Shoah anti-musulmans ».

Shoah, le mot est fort. Mais bien qu’il ne soit pas officiellement prononcé, il y a longtemps que le Rubicon symbolique d’une assimilation immonde entre la stigmatisation dont seraient victimes aujourd’hui les musulmans et la persécution des Juifs dans l’Allemagne des années 30 ou dans la France d’Occupation a été franchi.

Toute communauté persécutée se structure autour de mythes fondateurs. Ainsi les émeutes de Stonewall à New York en 1969 ont été le point de départ des revendications homosexuelles et de la traditionnelle Gay Pride (rebaptisée Marche des Fiertés) qui depuis 50 ans rassemble les communautés LGBT de toutes les grandes villes occidentales.

20344999

Fabrique d’un mythe et brouillage des pistes

Il fallait donc un événement fondateur pour servir de creuset agrégateur à une « communauté musulmane » qui n’existe pas, mais que certains ont intérêt à présenter comme « stigmatisée » afin de s’arroger le monopole de la défendre et de la représenter.

Cet événement a été livré sous la forme d’un cadeau providentiel il y a quelques jours par un vieillard complotiste proche du RN, qui s’était mis en tête d’attaquer la mosquée de Bayonne, sans pour autant vouloir faire de victimes, afin prétendait-il de « venger l’incendie de Notre Dame » qu’il considère comme un attentat terroriste islamiste.

On appréciera le degré de pertinence, de cohérence et de crédibilité de son geste. Et surtout combien il est représentatif d’un climat de haine et de persécution qui se développerait aujourd’hui à l’encontre de tous musulmans en France.

Autre prisme déformant : cet épiphénomène travesti, déformé et monté en épingle, jusqu’à devenir un feuilleton médiatique sentimentalo-larmoyant. Une « maman voilée », accompagnatrice de sortie scolaire, appréhendée par un élu RN au Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, qui lui aurait demandé de retirer son voile. En réalité cette intervention filmée oppose un élu à une femme voilée de noir, et qui sur un ton parfaitement calme demande à la Présidente du Conseil de bien vouloir demander à cette femme de retirer son voile, par respect pour cet hémicycle, pour la République, et pour se conformer au principe de laïcité.

Une demande contestable et légalement infondée, mais aussitôt qualifiée de « provocation », puis d’« agression violente », d’« humiliation publique », d’injure« , de « traumatisme », de « vie brisée », et enfin assimilée à de la « haine raciste » comme à d’autres « persécutions anti-musulmans ». Détail éloquent : l’intéressée a choisi de saisir en premier lieu le CCIF, une officine islamiste proche des Frères Musulmans à l’initiative de la manif du 10 novembre, plutôt que la Justice afin de faire valoir le préjudice subi.

Cet épisode allait fournir le motif à un tohu bohu médiatique de plus d’un mois, occultant du même coup un autre événement à la signification beaucoup plus dramatique : l’assassinat de 4 fonctionnaires de Police par un agent de la Préfecture de Police de Paris agrémenté secret défense mais radicalisé et passé sous les radars de détection des services de renseignement. Un fait gravissime non pas tant par le nombre de victimes que par sa signification. Puisqu’il représente une forme nouvelle de terrorisme perpétré non plus à l’initiative d’un groupe extérieur, mais révélateur d’une infiltration de l’idéologie djihadiste jusqu’au cœur de l’Etat et de ses institutions les plus sensibles.

Ou comment la fabrique d’un mythe à l’œuvre sous nos yeux instrumentalise les discours, les images, les symboles et surtout les émotions, toutes savamment manipulées. Chantage, victimisation, intimidation, culpabilisation, tels sont les méthodes de ce mensonge qui vise à asseoir un mythe comme une vérité.

Ainsi on fait dire à certains le contraire de ce qu’ils veulent dire, on prête des intentions malveillantes ou stigmatisantes qui n’ont pas lieu d’être à toute critique objective et légitime de l’Islam radical, on accrédite la croyance que tous les musulmans feraient l’objet d’une seule et même « haine », qu’ils seraient les principales « victimes » d’une société injuste qui rejetterait les différences.

Voici comment une idéologie sape méthodiquement les fondamentaux de la concorde républicaine, de l’honnêteté morale et de sentiment d’appartenance à une même nation.

L’islamisme en marche

Non content d’opérer un rapt sémantique, moral et idéologique sur les esprits, l’islamisme veut aussi prouver sa force et son poids numérique dans la société.

En démocratie quand on veut peser dans les débats et rassembler sur des thématiques en s’inscrivant dans un rapport de force, on marche. On manifeste.

L’initiative lancé par le CCIF d’une manifestation contre l’islamophobie entend s’inscrire dans cette longue tradition républicaine de combats portés sur le pavé. Une façon d’incarner la résistance à l’oppression, le porter les luttes au nom d’une cause, sociale, syndicale, ouvrière, politique, communautaire, humaniste, écologique ou sociétale.

Marcher pour défendre une minorité c’est apparaître comme moral et légitime.

La manifestation du 10 novembre initiée par des islamistes et suivie par une poignée de politiques opportunistes ou égarés est donc une perversion de ce mode d’expression démocratique au bénéfice d’une idéologie ouvertement antidémocratique.

Un peu comme si des groupuscules néonazis se mobilisaient dans la rue pour défendre la « race blanche » menacée par le « choc des civilisations », le « Grand remplacement » ou les invasions barbares.

manifestation-islamistes

Manifestation islamiste en Algérie pour l’application de la charia, mars 2019

Ne rions pas, c’est exactement ce qui se produit aux Etats-Unis et dans quelques pays d’Europe où les mouvements nationalistes et populistes battent le pavé.

Et il n’y a aucune différence objective entre les idéologies racialistes qui les sous-tendent et l’islamisme, puisque celui-ci a clairement pour objectif d’institutionnaliser le primat de l’Oumma sur toute autre communauté, notamment la communauté républicaine. Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris, rappelait d’ailleurs d’ailleurs récemment un principe fondamental de l’Islam, à savoir que l’Oumma constitue une forme de « supranationalité » qui transcende toute autre nationalité. La conséquence que les islamistes en tirent c’est que les lois de la charia sont par essence supérieures à toute autre loi instituée par une autorité juridique qui ne reconnaîtrait pas Allah comme seule transcendance et le Coran (ou ses interprètes) comme source exclusive du Droit.

Ne nous illusionnons pas : le but de cette manifestation n’a jamais été de défendre les musulmans. Ça, c’est de la rhétorique. Le but essentiel de ses instigateurs, c’est le pouvoir. Sur les musulmans d’abord. Sur la société ensuite, par un rapport de force politique qui utilise les faiblesses de notre société humaniste et compatissante, notamment à propos des minorités. Afin de pirater les discours et les utiliser à des fins qui dénaturent nos principes et la démocratie.

Une Islamo Pride tout sauf gaie

Cette Islamo Pride n’est donc une revendication communautaire qu’en apparence. Le but n’est pas de braquer tous les musulmans contre la République, ce qui serait contre-productif. Mais d’en subvertir les principes, les usages, les fondements pour inoculer un « virus » politique dans la mécanique du pouvoir, la logique des médias et celle de l’opinion. La manifestation ne démontre rien, elle ne cherche pas à promouvoir une idéologie. Juste à occuper le terrain.

manifestation_contre_lislamophobie_sipa

Toute comme le voile, mais aussi le burkini, l’occupation des piscines et autres provocations, elle vise à imposer un fait accompli. Ici : l’urgence de lutter contre l’islamophobie et les discriminations dont les musulmans seraient l’objet.

Peu importe que les chiffres officiels démentent ce phénomène, l’important est que l’on y croit. L’essentiel est de nourrir ce halo, cet hologramme de persécution, de le substituer en permanence à la réalité. Et d’occuper le terrain et les esprits pour permettre l’avancée patiente et sous-jacente des islamistes vers la conquête de territoires symboliques, politiques, économiques et autres.

La grande différence avec les représentants de la communauté juive ou LGBT qui œuvrent pour promouvoir les droits de ceux qu’ils représentent, c’est que les islamistes ne cherchent pas à se constituer en simple « lobby » pour peser dans un rapport dialectique au sein d’institutions ou de groupes d’influence. Ils veulent infiltrer la société et conquérir le pouvoir pour neutraliser puis détruire les autres logiques qui s’opposeraient à leurs fins. Et à terme détruire la République. C’est même un objectif affiché chez certains.

Ainsi l’Islamo Pride n’est pas une marche communautaire sympathique et bon enfant, un carnaval festif, elle est plus proche des défilés des « faisceaux » dans l’Italie pré-mussolinienne. Ou des défilés du parti nazi avant son accession au pouvoir. En beaucoup plus sournois évidemment.

Bon nombre de participants non-musulmans qui se sont joints à cette manif et qui sont motivés par de bonnes intentions n’ont évidemment pas conscience d’être manipulés. Beaucoup de musulmans non plus. Mais les organisateurs eux savent parfaitement ce qu’ils font.

Aucune exultation folklorique, aucune revendication « positive » non plus. Juste un défilé puritain, rétrograde, lourd, figé. Seule la présence d’une crypto-Femen dans cette manifestation aura attiré les regards réprobateurs et mis un peu d’incongruité et de provoc au milieu de cet aréopage sinistre.

maxresdefault

Car l’islamisme ne célèbre jamais la Vie. Il se nourrit de la tristesse, de la mortification, de la peur, du doute, de la suspicion, de l’humiliation, du ressentiment. Jusqu’à la haine et au désir de mort. A l’image de ces femmes toutes revêtues de noir qui évoquent plus la répression sexuelle que la sensualité des harems.

A vrai dire l’islamisme a déjà perdu car rien en lui n’est favorable à la vie. Mais dans une époque aussi confusionnelle que la nôtre, le pire des renoncements peut se travestir en vertu. Et le plus abominable mensonge en vérité.