L’islamisme et le Diable

Mis en avant

1 copy

On dit souvent que la plus grande ruse du Diable c’est de parvenir à faire croire qu’il n’existe pas.

Ne pas croire à l’existence du Diable en tant que personnification du Mal ne signifie pas qu’il n’existe pas des mécanismes « diaboliques », des forces entropiques ou de division à l’œuvre dans notre vie sociale, relationnelle ou spirituelle.

Si le Diable n’existe pas, l’islamisme existe quant à lui bel et bien. Et l’on constate chaque jour sa montée inexorable, les dégâts et les menaces qu’il fait peser sur nos démocraties.

Sa quête du pouvoir se traduit par une emprise croissante sur les esprits, au sein des communautés musulmanes mais aussi au dehors, une contribution à la confusion grandissante qui gagne les esprits, et des phénomènes objectifs d’infiltration de nos sociétés, avec une méthode aussi discrète qu’implacable.

Le Diable islamiste est donc bien réel. Il a plusieurs visages. Celui très patelin et courtois de « l’intégration », du « dialogue », de la respectabilité, du mérite, de la douceur, de l’amour de la France et de la République…

main-qimg-040f81119e5ef45bf113035c0ee34ff3

Ruse ! « Taqyia ». Dissimulation. Simulation et double langage. Duplicité. Duperie. Tromperie. Piège. Feinte. Mensonge.

Il a ensuite celui, plus engagé mais toujours acceptable du moins dans sa rhétorique, de la défense des musulmans mal aimés, stigmatisés, discriminés, opprimés, humiliés, agressés. Une noble cause dont il se fait le porte-parole. Au nom des idéaux démocratiques et des lois républicaines : liberté, égalité, laïcité, droits des femmes et des minorités.

Ruse ! Toujours la ruse !

Et puis il y a un visage plus privé. Un visage réservé aux adeptes ou aux nouvelles recrues. Un visage qui s’accompagne d’une parole beaucoup plus agressive, dénonciatrice, accusatrice, frondeuse, radicale, intransigeante, catégorique, fière, arrogante voire menaçante. Une parole qui n’hésite pas à s’opposer frontalement à la République, à la démocratie, aux droits de l’homme, aux lois prétendument injustes ou « liberticides », à la France « colonialiste », « raciste », « xénophobe », « esclavagiste », à l’Occident décadent, perverti, impur…

Ainsi, plus on passe progressivement de la componction feinte, du pacifisme béat ou de la bienveillance de circonstance à la haine la plus acerbe, plus on se radicalise, plus on glisse imperceptiblement d’une « religion de paix et d’amour » à une soif violente de conquête et de destruction de l’autre. Et puis un jour la main fraternelle tendue à l’autre est celle qui vient poser des bombes à sa porte. Et cette parole aimable se fait vomissement de haine, d’insultes et d’appels au meurtre. Comme une innocente soudain possédée.

Le Diable islamiste a plusieurs visages, et il n’en a qu’un seul. Croire que le djihadisme et le terrorisme n’ont strictement rien à voir avec l’Islam, ou que l’islamisme ne serait qu’un système politique à visée communautariste est une bévue.

L’islamisme n’est pas une hydre, c’est une armée qui combat sur de multiples fronts : religieux, social, humanitaire, communautaire, politique, spirituel, économique, financier, médiatique, stratégique, éthique, local, mondial…

L’islamisme est, comme le Diable, le Prince du Mensonge et le maître des illusions.

Pour se rendre invisible, l’islamisme arrive à faire croire qu’il n’existe pas.

Pour les musulmans il se présente comme « l’Islam ». Le vrai, le pur, l’authentique. Beaucoup se font abuser. Car l’islam qu’on leur vend est aussi un pansement contre les blessures d’amour propre que ces hypnotiseurs exacerbent afin de mieux manipuler et endoctriner les esprits égarés.

original-660x330

Pour les autres, l’islamisme s’évapore en une myriade de couleurs, d’officines et d’organes d’influence destinés à défendre « les musulmans », à les représenter ou à porter leur voix « démocratiquement » lors de suffrages électoraux. Difficile d’identifier dans ce dédale protéiforme une seule et même tête.

Et puis l’islamisme, pour faire oublier son existence, a eu l’idée géniale de s’inventer un contrepoint aussi pratique qu’indispensable : l’islamophobie.

Une chimère, un égrégore fondé sur un sentiment diffus. Ce sentiment de malaise irréductible à une seule logique mais bien ressenti par les fils et les filles d’immigrés originaires de pays musulmans, et parfois musulmans eux-mêmes. Un sentiment qu’on dénonce tour à tour comme la résultante d’un racisme xénophobe ou de classe, une haine ou un mépris post-colonialiste, une suspicion ou une discrimination au quotidien perceptible dans les grandes villes, dans la vie professionnelle, dans les discours, les codes et les usages sociaux, autant de mécanismes d’exclusion vis-à-vis d’un « prolétariat » qu’une France élitiste et méritocrate continuerait d’inférioriser.

L’islamisme se nourrit de ce malaise en le réduisant à des discours sur l’appartenance et l’expression religieuses. En laissant croire que ce que la société rejette, c’est l’Islam lui-même.

Ou plutôt « les musulmans ». Car le Diable est aussi celui qui accuse, qui convoque des procès, qui réclame justice au nom du Juste et du Bien, comble de la perversion. Alors le Diable fabrique des coupables, en appelle à tous les cœurs purs pour les fustiger : les « extrémistes », ces opposants bien commodes tant leurs vindictes est évidentes. Mais ça ne suffit pas, parce que l’extrémisme et l’islamisme sont à bien des égards les deux pièces d’une même monnaie et des opposants qui se renforcent. Et puis il seraient dangereux de montrer du doigt un quart des électeurs. D’autant qu’il existe des musulmans ralliés au vote RN.

Alors on évoque des « racistes » aussi vagues qu’imaginaires. Un concept beaucoup plus habile, car il permet d’assimiler une religion à une race, ce qui est absurde mais fonctionne. Et de faire oublier aussi que l’islamisme est un projet politique. Le racisme, c’est toujours un thème qui marche bien en France : le politiquement correct et la bonne conscience sont toujours prompts à débusquer dans un discours une virgule de travers qui pourrait être le signe d’un racisme dissimulé.

Voilà comment on manipule les concepts, les signes et les symboles pour donner de la consistance à une illusion.

Appropriation, captation, détournement sémantique, l’islamisme surfe à dessein sur l’ère du soupçon, aiguise les douleurs et les rancœurs, durcit les oppositions, dramatise des micro-événements, façonne un imaginaire victimaire, cannibalise et fascine l’opinion pour mettre en scène une fable sinistre où « les musulmans » seraient les uniques victimes d’un nouvel holocauste contemporain.

A l’horreur terroriste, systématiquement relativisée, minimisée ou passée sous silence, vient se substituer un hologramme anxiogène où la minorité musulmane avancerait vers un précipice.

L’islamisme est d’abord et avant tout le grand Maestro de la fantasmagorie. C’est de cet art qu’il tire son pouvoir.

Comme tous les grands manipulateurs spirituels il sait que ce que nous nommons « réalité » n’a aucune existence intrinsèque. Car tout ce que nous expérimentons est produit par la conscience. Manipulez les consciences et vous créerez de la réalité. Hitler l’avait fort bien compris. Et avant la montée du nazisme, les spécialistes de la psychologie des foules avaient déjà conceptualisé ces phénomènes de sujétion des masses.

L’islamisme est aujourd’hui l’un des plus grands manipulateurs spirituels, habile à jongler avec les discours, les croyances et les représentations. C’est ainsi qu’il arrive à faire croire qu’il n’existe pas, mais que ceux qui le combattent au nom de la vérité sont les véritables ennemis du public qu’il fascine et kidnappe pour asseoir ses ambitions.

L’islamisme n’est pas une idéologie qui rassemble, mais une idéologie qui divise pour mieux confronter et détruire. Son essence est « dia-bolique » (qui « divise ») et non « sym-bolique » (qui « unit »). L’islamisme s’oppose à l’aspiration profondément ancrée en l’homme à l’Unité. Une aspiration inscrite au cœur de toute démarche spirituelle ou religieuse sincère comme au cœur de tous les idéaux humanistes. Une aspiration et un principe central dans l’Idéal républicain. Car pour s’imposer, l’islamisme, comme tout mouvement sectaire, s’appuie sur le doute, la séparation, la scission, la suspicion à l’égard de l’autre transformé en ennemi hostile. Il projette sa propre hostilité contre ce qu’il abomine : la liberté, l’unité, la fraternité et la dynamique de la vie, pour justifier un projet totalitaire fondé sur la négation, la destruction, l’anéantissement.

Hitlérisme, stalinisme ou islamisme : il n’y a aucune différence. On y retrouve les mêmes constantes : totalitarisme, assujettissement, nivellement, négation de l’altérité, destruction, violence et pour finir morbidité.

Ne soyons pas dupes, restons vigilants, attentifs aux moindres signes, toujours en éveil et prompts au discernement. Car le Diable avance toujours masqué. Et le Diable se niche toujours dans les détails.

Assiste-t-on à un retour de l’ordre moral ?

Mis en avant

1303220161V01-Flight-to-Egypt02

Je ne crois absolument pas que nous assistions aujourd’hui à un « retour de l’ordre moral » en France ni ailleurs, thème très en vogue il y a 25 ou 30 ans chez les anciens gauchistes et ex-révolutionnaires libertaires de Mai 68. Et qui concernait d’ailleurs essentiellement la question des mœurs.

Car la situation de la France ou des démocraties occidentales n’a plus grand chose à voir avec le thatchérisme et le reaganisme des années 80, sinon que cette décennie aura vu le triomphe de la religion ultralibérale urbi et orbi.

Mais cette religion ultralibérale (qu’on qualifie communément de « néolibéralisme » pour faire plus soft) s’impose depuis une vingtaine d’année en avançant masquée. Les stratèges américains qui l’ont imposée chez eux et en Europe ont entre-temps forgé un concept habile et efficace : le « progressisme ». Lequel consiste à diluer les anciennes rivalités politiques et idéologiques bipartisanes (« la droite » et la « la gauche » pour faire court) dans une illusion de bipartisme (Républicains vs. Démocrates) ou, dans le cas de Macron téléguidé par ses mentors américains, européens et lobbyistes, d’un parti unique (LREM) incarnant le projet d’une société « efficace et juste » (entendez « efficace et efficace ») présenté sous une forme des plus floues alliant libéralisme et (du moins en théorie) progrès social.

Le progressisme n’est nullement un ordre moral. Pour la bonne et simple raison qu’il n’en a aucune. Sa seule justification c’est de service le marché mondialisé, de diluer les identités nationales dans des institutions transnationales qui les paralysent pour servir le libre-échangisme, et d’empêcher toute entrave à l’achèvement du processus de mondialisation économique.

Paradoxalement le système qu’il met en place est la forme la plus subtile de totalitarisme qu’on ait jamais produit, parce qu’il se fonde sur l’adhésion volontaire et enthousiaste des citoyens devenus de simples consommateurs.

Ce totalitarisme est résolument amoral. Car toute morale, toute éthique, conduirait inéluctablement à en dénoncer l’imposture et les fondements. C’est bien ce qui se joue aujourd’hui avec les accointances du système avec l’islamisme. Un système politique depuis longtemps instrumentalisé pour déstabiliser, contrôler, remodeler des régions entières du monde en fonction des intérêts de ses acteurs.

Macron est l’exemple le plus illustre de cette politique. Et son relativisme systématique du « ni ni » ou du « et en même temps » n’en est que la traduction rhétorique. Macron n’a aucune morale, aucune vision, aucun projet, sinon servir les intérêts qui l’ont fait élire. L’islamisme n’est qu’un paramètre dans cette équation stratégique, qui peut ou non servir ces intérêts et sa carrière. Ses postures et ses discours n’ont jamais été que du marketing politique. Sa « conversion » récente à l’écologie en est l’exemple éloquent.

Le marché n’aime pas l’ordre, même s’il craint l’anarchie. Il prône la liberté mais d’abord celle de l’entreprise, des échanges, de la concentration financière et des mouvements de capitaux. Le marché n’a aucune morale, car le système de valeurs sur lequel il réponse ne dépassent jamais l’efficacité, la productivité, la rentabilité et la profitabilité. Tout le reste n’est qu’accessoire. Et ses appétits ne se fondent que sur des valeurs hyper basiques : l’avidité, l’appropriation, l’accumulation, le rapport de force et la loi du plus fort, voire la coercition, la corruption et la violence.

Le marché crée un « hologramme de valeurs » destiné à orienter les évolutions et à tirer profit des habitudes de consommation, en leur conférant une valeur ajoutée artificielle. Il incite par exemple à « consommer bio ou écolo » pour flatter la conscience écologique des consommateurs. En vérité c’est juste un élément du marketing-mix pour concevoir et vendre davantage de produits collant au plus près des évolutions sociétales. Un laboratoire pharmaceutique qui vend des traitements contre le cancer ne souhaite surtout pas contribuer à réduire le nombre de cancers, il souhaite juste profiter au maximum du très juteux marché de l’oncologie. Quant aux fabricants de voitures électriques, leur but n’a jamais été de contribuer à lutter contre le réchauffement climatique, mais de créer un nouveau « segment » de marché parallèle à celui des véhicules à essence.

En conséquence le modèle de société qui s’est imposé ressemble plus à un chaos amoral contrôlé (au sens des modèles économiques fondés sur les théories du chaos), où les apparences de la morale collective et de la vertu personnelle sont préservées grâce aux credos discursifs du politiquement correct, qu’à un « ordre moral ». Les idéaux libertaires hérités de Mai 68 sont aujourd’hui profondément intégrés dans la société postmoderne et numérique. Ils irriguent tous les modèles sur lesquels se fondent les langages, les process de création, de production et de consommation, comme les usages sociétaux. On ne pourra pas revenir en arrière. D’autant que l’hédonisme et l’individualisme de la société de consommation sont devenus des piliers de l’ultralibéralisme pour se maintenir et piloter cet hologramme de bonheur matérialiste collectif tendu vers le meilleur des mondes possibles.

Quick Charia, l’islamisme soft dans votre plateau repas

Mis en avant

Article mis en ligne sur Facebook le 3/8/2018: Corrigé le 4/8/2018.


Chers amis,

Je partage avec vous ce coup de gueule.

Ou plutôt cette réaction raisonnée et citoyenne face à ce que s’apparente à une nouvelle victoire du salafisme en France.

A la base une simple mésaventure.

Apparemment insignifiante. Presque dérisoire.

Pas de quoi fouetter un chat, affoler la Une des médias ou mobiliser la rue, me direz-vous.

Juste l’un de ces petits (ou gros) « détails ».

Petits mais symptomatiques d’une dérive, d’une lente évolution, d’un phénomène rampant et sournois souvent décrié et qui résiste aux tentatives d’apporter des solutions idoines.

Une évolution marquée par l’avancée progressive du salafisme et de l’extrémisme musulman en France.

Lesquels entendent ouvertement et sans complexes appliquer leur stratégie d’islamisation de la société française.

Notamment en enfonçant des coins dans les remparts d’une laïcité par ailleurs contestée et fragilisée.

Et en dénaturant avec une méthodique perversité et une rhétorique éprouvée les principes mêmes de notre République.

Certes on est loin des attentats de Charlie, du Bataclan ou de Nice.

Pourtant c’est l’un de ces petits grains de sable, qui ajoutés les uns aux autres viennent peu à peu gripper le fonctionnement de nos institutions, grignoter nos libertés fondamentales et saper les bases de notre démocratie.

Une démocratie bien menacée. Rongée de l’intérieur comme de l’extérieur par des modèles concurrents ou franchement hostiles.

Une situation qui risque à terme de mettre en péril les fondements de notre République et ses valeurs humanistes.

Et faire péricliter toute tentative de garantir les bases d’un vivre ensemble respectueux des écarts et des différences, mais attaché à faire corps, à faire peuple commun sinon Fraternité. Démarqué en tout cas des forces de dislocation centrifuges, des clivages identitaires, communautaires et des conflits mimétiques.

Une situation face à laquelle juges débordés, politiques pressés ou clientélistes, et intellectuels angoissés semblent incapables d’apporter des réponses justes, pérennes, aptes à corriger le tir. Sinon à déployer une Vision pour construire un avenir de paix et d’unité.

Un boulevard pour les pires écueils qui menacent à plus ou moins long terme notre identité, notre culture, nos valeurs et notre modèle républicain, si jalousement et chèrement défendus.

D’un côté celui d’une islamisation et d’une libanisation de la France. En marche objective et même accélérée. N’en déplaise aux partisans d’un relativisme coupable, à ceux qui craignent de renforcer la stigmatisation des musulmans en dénonçant ce danger, aux suiveurs et aboyeurs moutonniers incapables de raisonner par eux-mêmes. Et bien que l’instrumentalisation qui en est faite par l’extrême droite en brouille l’analyse et tende à discréditer toute dénonciation un peu ferme.

Et de l’autre la porte ouverte aux pires extrémismes xénophobes. Incarné par cette même extrême droite.

Sinon à une forme de totalitarisme musclée accédant au pouvoir par les voix démocratiques à la faveur de crises, une exaspération populaire sur fond de délitement moral, de perte des repères, de confusion hystérisée, conduisant à des sursauts réactifs des peuples face au sentiment de déliquescence généralisée. Comme à l’incapacité d’élites déconnectées, autistes ou cyniques à prendre en compte leurs difficultés et revendications.

On l’a vu tout récemment avec l’arrivée au pouvoir en Italie du front d’extrême droite aux relents néo-mussoliniens. Et cette vague populiste sinon crypto-fasciste qui déferle depuis 10 ans sur les démocraties européennes et aux Etats-Unis.Ce sentiment de déliquescence, terreau des extrémismes de tous bords, se nourrit d’une forme de terrorisme intellectuel beaucoup plus insidieuse que celui de Daesh, dont on parle hélas assez peu. Et dont on mesure mal les vrais dangers tant on s’y est accoutumé.

Il s’agit du terrorisme moral exercé par l’hégémonie de la Pensée unique et le Politiquement correct, instruments du Système.

Terrorisme sournois car infiltré dans les discours, les schémas de pensée et les esprits.

Et qui nivelle discours, modèles comportementaux et valeurs, en s’opposant à toute expression libre, claire et directe de vérités dérangeantes qui risqueraient de mettre en cause certains modèles établis.

Vérités aussitôt raillées et détournées en accusations réflexe (« théorie du complot », discours victimaires, moralisation outrancière, emballement névrotique sur des broutilles…) visant à verrouiller tout débat, à empêcher tout discernement serein, à culpabiliser ou marginaliser les détracteurs.

Un terrorisme très efficace en revanche pour semer la confusion, imposer des modèles de pensée simplistes, faciles à reproduire, et gommer tout esprit de discernement nuancé.

Mais aussi et surtout à manipuler les esprits en traçant et en contrôlant discours et opinions.

Un phénomène largement conceptualisé par les sociologues du début du 20e siècle qui se sont attachés à décrypter les mécanismes de la psychologie et de la manipulation des foules. Et illustrés par des romans prophétiques comme 1984 d’Orwell, ou Le Meilleur des mondes d’Aldous Huxley. Plus récemment par des films comme Matrix ou V comme Vendetta.

En tout cas ce terrorisme empêche clairement les autorités institutionnelles, juridiques, politiques, morales ou intellectuelles de ce pays de faire leur travail correctement, en toute indépendance, sans être soumises en permanence à la double pression vindicative des gardiens du Système et d’une opinion grégaire.

Comment dès lors faire appliquer la Loi, sanctionner les contrevenants, veiller au respect du Droit démocratique, défendre les libertés individuelles et les valeurs de la République ? En tout cas sans être soumis à l’exercice d’une censure permanente. Et de mécanismes réducteurs, totalisants sinon totalitaires.

Mais venons-en au fait après cette longue introduction.

Lors d’un voyage au printemps dernier dans le Midi, je me suis vu confronté à un incident assez banal, mais très symptomatique de ce qu’on peut aisément interpréter comme une volonté d’imposer la charia dans un lieu tout à fait surprenant, a priori épargné par ces dérives.

De séjour à Nîmes, je me suis rendu dans un restaurant Quick situé à deux pas des Arènes, sur l’imposante Esplanade Charles de Gaulle. L’équivalent de la Place de l’Hôtel de Ville à Paris.

J’y ai commandé un menu du type cheeseburger bacon, un classique de cette enseigne et de bien d’autres marques de fast-foods.

A ma grande surprise le serveur m’a signifié que cette spécialité emblématique de la marque ne figurait pas au menu de l’établissement.

Lequel refusait tout simplement de servir à ses clients de la viande de porc.

Stupéfait, j’ai fait part de ma surprise à l’intéressé, qui bien qu’impuissant m’a immédiatement rejoint dans mes griefs. Estimant lui aussi inadmissible qu’un restaurant Quick applique ainsi la charia, mais pourtant bien obligé d’obtempérer.

J’ai failli tourner les talons après avoir fait un scandale.

Mais j’ai préféré me raviser et employer des moyens plus efficaces pour dénoncer ce procédé scandaleux.

Lequel constitue il faut le rappeler un délit manifeste, et une atteinte non négligeable aux principes de liberté, d’égalité des citoyens devant la loi, et de laïcité.

J’ai donc écrit une lettre au directeur de ce restaurant très fréquenté par des Nîmois et des touristes en plein cœur de Nîmes.

Je la soumets à votre lecture (au bas de cet article), et vous invite à en discuter.

Face à un tel état de fait et une impunité étonnante (Nîmes une ville bien ancrée à droite, avec un maire Républicains tendance Wauquiez, et un électoral FN qui aligne des scores importants aux élections), je me suis résolu à en parler à des amis nîmois qui ont partagé mon émotion. Une colère nourrie par une exaspération croissante face à la montée réelle de la délinquance, de la criminalité et de l’insécurité à Nîmes.

Une ville et une région à fortes populations immigrées, à fort taux de chômage, confrontées ces dernières années à un afflux massif de réfugiés, qui se singularisent selon la Police par une criminalité galopante, et une forte prévalence d’islamistes doctrinaires bien actifs dans leurs rangs.

Ce n’est hélas pas un fantasme parano digne de Valeurs Actuelles. Ni un de ces mensonges alarmistes et outranciers dont le FN est coutumier. Encore moins un cas isolé. Tout le pourtour méditerranéen est en effet concerné.

Une triste réalité à laquelle sont confrontés les habitants. Y compris les jeunes Nîmois enfants fils de parents immigrés de 2e ou 3 générations. Ils en subissent eux aussi les déboires, pris en tenaille entre une xénophobie rampante et des tentatives de récupération de la part de ces fanatiques, pourtant ultra minoritaires.

Face à ce constat, comment agir ?

N’est-il pas déjà trop tard pour infléchir l’évolution et parer à des menaces plus graves ?

Il appartient à chaque citoyen, croyant ou athée, quelles que soient ses propres origines, récentes ou lointaines, son appartenance éventuelle à une communauté, de prendre ses responsabilités, d’alerter, de sensibiliser. De proche en proche, ou en prenant à partie responsables et élus.

Avant que les urnes ne parlent de façon funeste.

Il ne s’agit pas de stigmatiser, d’attiser des peurs, rivalités ou tensions qui risqueraient de nourrir les frustrations et tentations de se marginaliser.

Mais d’être clairs, rigoureux, sans ambiguïté, paresse ou complaisance, qui font le terreau quotidien des extrémistes de tous bords et des ennemis de la République.

Réveillons-nous et agissons ensemble, mais aussi chacun à sa mesure.

Ne nous laissons pas endormir par une actualité insipide qui brodé sur des questions mineures, en tout cas sans comparaison avec ces enjeux : le foot, Benalla, ou le dernier petit commentaire d’un sous-ministre sur Twitter ou à la télé.


Lettre ouverte au Directeur du Quick de Nîmes
_______________
Cher Monsieur,
Je suis journaliste indépendant, membre et ancien dirigeant de plusieurs associations citoyennes de dialogue intercommunautaire, de défense des valeurs républicaines et de la laïcité, et ancien conseiller de quartier de la Ville de Paris.
Lors d’un récent déplacement à Nîmes et dans sa région, je me suis rendu à votre restaurant pour y commander un menu au comptoir.
J’ai été alors très surpris d’apprendre que votre restaurant refusait de servir à ses clients des plats contenant de la viande de porc.
Ce qui est contraire me semble-t-il à ce que pratiquent l’ensemble des restaurants Quick présents sur le territoire français. Lesquels proposent à peu près tous les mêmes spécialités et formules.
Je crois savoir que depuis sa création, Quick comme d’autres enseignes de restauration rapide américaines ou européennes, a toujours proposé dans ses menus, en France du moins, des hamburgers contenant du bacon.
Cette décision, dont je me suis ému auprès de votre employé qui a partagé ma réprobation, constitue une contradiction flagrante avec la politique de Quick en France. Une société belge rachetée récemment par le groupe américain Burger King. Lequel que je sache n’est pas une entreprise islamique.
En effet cette décision surprenante de la part d’un restaurant Quick situé en plein centre de Nîmes, sur l’emblématique Esplanade Charles de Gaulle, à quelques mètres des Arènes de Nîmes fréquentées par de nombreux touristes, a quelque chose de proprement révoltant.
Notamment parce qu’elle s’apparente à une facon non explicite d’appliquer la charia sur le territoire français, au cœur d’une grande ville vivant presque exclusivement du tourisme. Et non dans une banlieue reculée où ne vivent que des communautés issues de l’immigration, en grande partie musulmanes.
Cette façon d’imposer sans le dire la charia à vos clients et salariés est tout à fait inadmissible.
En particulier dans un lieu public et un établissement commercial appartenant à un groupe multinational de très forte notoriété, et hors de tour contexte cultuel ou communautaire.
Et donc en contradiction complète avec la loi française.
Je vous signale que cette décision constitue un délit passible d’une amende.
A titre personnel j’ai des amis musulmans qui gèrent des restaurants halals de type kebabs. Et je ne vois aucun problème à ce que ces restaurants ne servent pas de porc à leur clientèle, mais au contraire des plats et de la viande certifiés halal, ce qui me semble tout à fait normal pour ce type de restaurants.
De même je trouve normal que des chaînes de restauration rapide proposent à leurs clients le choix entre plusieurs menus, dont certains cashers ou halals si cela correspond à une demande.
Mais concernant la chaîne Quick, une telle décision ne peut être comprise que comme une concession inacceptable au communautarisme local.
Compte tenu du contexte démographique d’une ville comme Nîmes et d’un département comme le Gard, je comprends que vos clients puissent être pour une large part issus de l’immigration africaine ou maghrébine. Et donc pour une large part sinon une majorité de confession musulmane.
Vous n’êtes pas non plus sans savoir que les tensions communautaires qui ont nourri parfois tragiquement l’actualité de notre pays obligent autorités et responsables à une vigilance particulière pour faire respecter les lois de la République, en particulier en matière de laïcité.
Notamment en refusant de céder aux pressions d’une minorité au sein de la minorité musulmane, qui entend faire fi de nos lois et imposer les siennes, en complète rupture avec la République, le respect des libertés individuelles, des principes d’égalité devant la loi, de la laïcité et du vivre ensemble.
Je vous invite donc à exercer sans plus attendre votre responsabilité de manager et de citoyen, en amendant une décision qui vous met personnellement en situation d’enfreindre la loi.
Je ne manquerai pas d’en référer le cas échéant au Maire de Nîmes et au Préfet du Gard. Afin qu’un arrêté municipal ou préfectoral soit promulgué visant la fermeture administrative provisoire de votre établissement, dans l’attente d’ouvrir une enquête administrative ou judiciaire.
J’en informe également la Direction Générale de Quick France. Et celle de Burger King aux États-Unis.
Certain qu’elles ne manqueront pas de vous rappeler vos devoirs et responsabilités concernant le respect des lois et réglementations en vigueur dans notre pays.
Cordialement,
Christophe Claudel

Israël enterre officiellement la démocratie dans l’indifférence générale

Mis en avant

Commentaire de l’article de Danièle Kriegel dans Le Point du 19/7/2018

Le jour où Israël a retiré le mot « démocratie » de sa loi fondamentale

15860523lpw-15860592-article-israelpoliticslawreligion-jpg_5429082_660x281

La longue descente aux enfers de l’état hébreu continue.

Voilà bientôt 30 ans, dont quasiment 22 ans au pouvoir, que le pire Premier Ministre et le plus corrompu qu’Israël ait connu en 70 ans d’existence sape méthodiquement les valeurs fondatrices de l’Etat hébreu.

Valeurs universelles héritières de la fine fleur du judaïsme. Comme de l’idéal sioniste des pères fondateurs, pétris d’humanisme, d’esprit d’égalité, de liberté, de solidarité, de justice sociale. Et d’une volonté clairement affichée d’accorder un statut citoyen et des droits égaux à toutes les minorités.

Au lieu de cela, ce qui sert aujourd’hui de parodie d’armature morale à cette clique de mafieux au pouvoir s’appuie sur la plus sombre des idéologies mélangeant ultranationalisme et intégrisme religieux, violence arbitraire et arrogance frondeuse.

S’en suit une politique ouvertement cynique, xénophobe, ségrégationniste et guerrière, qui profite à un nombre de plus en plus restreint d’élus. Et relègue tous les autres au rang de citoyens de seconde zone, de sous-hommes, ou d’ennemis de fait du Grand Israël victorieux.

Rien de nouveau sous le soleil me direz-vous. Depuis 3000 ans c’est peu ou prou la même rengaine. Et l’éclaircie durant les 40 ou 50 premières années d’existence d’un Israël moderne, laïc et démocratique, fait presque aujourd’hui figure d’irréelle exception et de flambée utopique.

Il suffit de relire la Bible pour trouver les mêmes attitudes parmi les rois corrompus et les élites jalouses qui ont tour à tour dirigé la cité de David, les royaumes de Juda et d’Israël, ou la province romaine de Palestine au temps de la dynastie hérodienne. En s’alliant à l’occasion aux occupants les plus détestables pour se maintenir au pouvoir et accroître leurs privilèges de caste.

Voilà donc aujourd’hui la démocratie officiellement enterrée en Israël.

Sans qu’apparemment aucun dirigeant occidental ne songe à s’en émouvoir.

Le boulevard est désormais une autoroute à huit voies pour tous ceux qui entendent à l’Ouest du Jourdain continuer à prospérer sur cet abominable mensonge institutionnalisé.

Faut-il rappeler que cette idéologie ultranationaliste et ultrareligieuse qui fait le sel de Netanyahu et de ses pairs n’est pas qu’une mascarade de circonstance destinée à rallier les sionistes les plus endurcis ou les citoyens les plus angoissés afin de bétonner leur pouvoir.

Netanyahu est l’héritier direct d’une famille d’idéologues du sionisme messianiste. Son grand-père, rabbin, en fut l’une des figures phares, aux côtés du célèbre rabbin Abraham Isaac Kook.

L’homme a maintes fois démontré ses talents d’expert dans l’art de manipuler les esprits et de brouiller les pistes. Affectant de prétendre ne pas être lui-même pas religieux et s’affichant à l’occasion dans des restaurants non cashers pour donner le change.

Ce que peu d’Israéliens savent en vérité, c’est que Benyamin Netanyahu n’est pas que « le petit-fils de ». Mais qu’il est lui-même un idéologue patenté du sionisme messianique dont il incarne la politique. Ses nombreux écrits sur le sujet sont pour une bonne part consultables en ligne, et ne laissent aucune place au doute.

Quoi d’étonnant à ce qu’à l’image d’un Erdogan, d’un Ahmadinejad ou de ses nouveaux alliés de Riyad avec lesquels il pactise aujourd’hui pour continuer à s’enrichir, Netanyahu poursuive méthodiquement son travail de destruction en imposant sournoisement un régime nationaliste, théocratique et totalitaire en lieu et place de l’état laïc et démocratique qui l’a vu élire ? Comme d’autres ont imposé avant lui la charia la plus rétrograde dans leur pays.

Netanyahu est hélas beaucoup plus intelligent, plus cérébral et machiavélique que Trump. Un clown populiste qui ne fonctionne qu’aux affects et aux réflexes, sans réel projet ni autre vision que de ménager ses propres intérêts en flattant les plus bas instincts de son peuple. Il sait parfaitement comment manipuler les clivages politiques, les mythes nationaux, et une opinion inquiète, versatile et volontiers frondeuse.

Une société beaucoup plus éclectique et authentiquement démocratique en vérité que ne l’est la société française. Dont la tradition du débat parfois houleux s’enracine non seulement dans une volonté de favoriser le pluralisme d’identités et d’idées selon les principes démocratiques élémentaires. Mais aussi dans cette pratique très juive du questionnement permanent, de l’interprétation voire de la controverse à propos de chaque aspect de la vie juridique, sociale, communautaire, et non seulement de points d’éthique ou de théologie. En se gardant de tout dogmatique à caractère totalisant, mais en pratiquant au contraire un certain relativisme et en cherchant à actualiser en permanence les principes et les lois qui fondent la vie en société sinon le rapport à la Transcendance.

Plus qu’un principe strictement démocratique comme la liberté d’opinion, d’association ou d’expression, c’est là l’un des fondements essentiels du judaïsme depuis son origine. Et qui devrait s’il était respecté, y compris et surtout par tous les religieux, garantir à la démocratie sa légitimité et sa pérennité.

Voilà donc un double coup de maître à l’actif de Netanyahu avec cet amendement de la Loi fondamentale.

D’abord imposer dans cette loi le principe longtemps défendu et ultra contesté d’un état d’Israël conçu comme un état juif pour les seuls Juifs.

Ensuite retirer toute référence à la démocratie.

Et donc au pluralisme et à la laïcité. Principes défendus avec ardeur par les pères fondateurs contre les Haredim. Une minorité en passe de devenir bientôt majoritaire dans le pays à la faveur d’une natalité galopante. Et qui tirent des bénéfices conséquents d’un statut d’exception proprement scandaleux. La plupart de ces Juifs ultraorthodoxes vivant pour la plupart reclus dans de véritables ghettos refusent en effet de travailler tout en étant payés par l’Etat, prétendant en tant que religieux n’être tenus de se consacrer qu’à l’étude de la Torah et à l’éducation de leur abondante progéniture.

Jusqu’à une époque récente ils veillaient à ne se se compromettre d’aucune manière avec un état et des institutions auxquels ils ne reconnaissent aucune légitimité. Vivant dans la schizophrénie la plus totale en tant que citoyens d’un état qu’ils combattent par ailleurs avec vigueur. N’hésitant pas pour certains à soutenir ouvertement ou à s’allier avec l’ennemi iranien ou les terroristes du Hamas hostiles à Israël, afin de précipiter la chute de ce qui n’est à leurs yeux qu’une ignoble imposture, et de hâter ainsi la venue du Messie.

Selon une vision messianique passablement archaïque de l’Histoire, seul le Messie quand il paraîtra pourra en effet selon eux restaurer la légitimité, la grandeur et la pureté religieuse de l’ancien Royaume d’Israël.

Une minorité qui pèse de plus en plus, et qui est en passe de devenir majoritaire dans un pays dont ils ont peu à peu noyauté toutes les institutions. Du moins dans ses fondements idéologiques sinon en prenant directement les manettes du pouvoir. Jusqu’à parvenir à imposer méthodiquement leur vision, saper les valeurs démocratiques, et substituer à un régime démocratique un modèle de société objectivement totalitaire.

Un modèle en passe de devenir une réalité. Et que certains intellectuels, officiers de l’armée ou des services de renseignement, et personnalités israéliennes de premier plan n’hésitent plus à comparer à l’Allemagne nazie.

Les victimes de ce scénario qui menace la paix et les équilibres stratégiques dans la région en flirtant avec des thèmes apocalyptiques ne sont pas seulement les vrais démocrates. En particulier ceux de de la gauche historique, depuis les premiers colons socialistes et les pionniers des kibboutzim. Ces grandes figures qui certes n’étaient pas des enfants de chœurs et savaient manier un fusil mais avaient à cœur de défendre un idéal de société vraiment démocratique, vraiment juste, fraternel, ouvert, solidaire et favorable aux minorités. Tout en assurant aux Juifs souhaitant vivre en Israël accueil, liberté, sécurité, solidarité et prospérité, notamment après les persécutions récentes ou plus anciennes dont ils furent les victimes.

Les victimes directes de ce basculement progressif dans les ténèbres sont évidemment les minorités ethniques et religieuses qui vivent ou travaillent en Israël : Arabes israéliens, musulmans, Palestiniens des Territoires. Mais aussi chrétiens, druzes, samaritains et autres. Lesquels vivent pour certains depuis des millénaires et de façon ininterrompue sur cette terre.

Mais aussi à plus long terme les Israéliens eux-mêmes. Dont la survie comme celle de l’état hébreu est à plus ou moins long terme mise en péril par les multiples provocations et égarements de ceux qui spéculent sur la xénophobie, la guerre et le chaos. En bafouant ouvertement tous les principes du Droit international et les engagements qu’ils ont eux-mêmes fait semblant d’accepter. Engagements sinon en faveur de la création d’un état palestinien voisin d’Israël (auquel une majorité de l’opinion publique demeure aujourd’hui favorable bien que les dirigeants actuels déclarent aujourd’hui clairement combattre cette idée), du moins en faveur d’un règlement pacifique et négocié d’un conflit qui s’éternise depuis au moins 70 ans.

Quitte à s’allier discrètement à l’occasion avec leurs ennemis déclarés afin d’entretenir un rapport de forces qu’il font mine de dénoncer mais qui leur est favorable politiquement et s’avère économiquement très rentable : de tous temps et en tous lieux la guerre a toujours été beaucoup plus profitable que la paix.

Enfin, cette politique est évidemment préjudiciable aux Juifs du monde entier. Lesquels dans leur majorité – du moins pour les Juifs américains – se sont peu à peu désolidarisés du soutien considéré comme acquis de la diaspora juive à Israël. Et qui condamnent ouvertement cette politique ultranationaliste, anti-démocratique et contraire aux valeurs du judaïsme, soutenue certes par le lobby juif proche de Washington, mais désavouée par une majorité de Juifs soucieux de défendre leurs valeurs.

Comme de lutter contre un antisémitisme résurgent dont ils sont parfois victimes. Un antisémitisme sur lequel spécule Netanyahu pour attiser les peurs et rallier de nouveaux soutiens. Et qui est largement alimenté par les ressentiments que nourrit un sionisme messianique conquérant et arrogant, brutal et cynique, que sa politique incarne depuis qu’il est revenu aux affaires. Et qui concentrent sur Israël comme sur les Juifs l’animosité de ses voisins et de ses ennemis. Notamment auprès des jeunes musulmans issus des minorités vivant en Occident, parfois tentés par des discours radicalement « antisionistes » sinon antisémites. Et qui parfois franchissent le Rubicon d’un engagement actif qui n’est pas simple complaisance envers le Djihad islamique.

Curieux monde que celui dans lequel nous vivons !

Un monde où fanatiques, religieux ou politiques véreux conspirent pour assassiner les démocrates et torpiller les efforts de paix. De Kennedy à Rabbin, combien ont succombé pour avoir osé tenter l’impossible ?

Un monde où l’on préfère souvent pactiser pour de sombres calculs d’intérêt personnel et de vils marchandages stratégiques ou économiques avec les pires régimes et les pires dictateurs : Erdogan, Trump, Netanyahu…

Alors qu’on vient officiellement d’enterrer la démocratie en Israël, la France s’honorerait de s’exprimer avec courage et raison d’une voix ferme sur ce sujet.

Quitte à rompre avec la coupable omerta européenne et occidentale sur un sujet ultra clivant, à propos duquel les politiques davantage soucieux de clientéliste communautariste que d’éthique s’accordent de plus en plus à renoncer à s’aventurer.

Merci à Danièle Kriegel pour cet édifiant article.