2015 en révision

Les lutins statisticiens de WordPress.com ont préparé le rapport annuel 2015 de ce blog.

En voici un extrait :

Le Concert Hall de l’Opéra de Sydney peut contenir 2 700 personnes. Ce blog a été vu 20 000 fois en 2015. S’il était un concert à l’Opéra de Sydney, il faudrait environ 7 spectacles pour accueillir tout le monde.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Publicités

« Vous entendrez parler de guerres et de rumeurs de guerre »

592725-500x333

Depuis le 13 novembre, il ne se passe pas un jour sans que les médias ne distillent abondamment les conséquences des attentats : état d’urgence, renforcement de la surveillance policière, présence militaire dans les rues, fichage, perquisitions, traque des terroristes, fermeture de mosquées, expulsions d’imams salafistes. Et bien sûr la guerre menée en Syrie pour « vaincre Daesh », comme l’a promis le Président Hollande. Coalition internationale ou pas, chacun y va de sa démonstration de force : Russes, Américains, Français, Européens. S’y ajoute même depuis la semaine dernière une « coalition islamique contre le terrorisme » emmenée par… l’Arabie Saoudite. On s’étrangle de rire quand on songe à l’infaillible soutien financier des Saoudiens, des Qataris et la Turquie aux divers groupes terroristes de la région.

Un mois après, Paris fait semblant d’oublier. Mais à Bruxelles c’est une tout autre ambiance. Magasins fermés, militaires patrouillant dans des rues désertes, état de guerre. Alors que pas un coup de feu m’a été tiré, pas une victime n’a été déplorée. Suspect selon certains observateurs avertis.

Comme si ce climat d’apocalypse savamment mis en scène par les télés officielles ne suffisait pas à nous effrayer, il suffit de zapper les programmes des chaînes publiques ou privées pour se donner une idée du climat d’insécurité et d’angoisse dans lequel Big Brother entend nous enfermer. Pas un soir depuis des mois voire des années sans une émission sur Hitler, le nazisme ou la Seconde guerre mondiale. Des reportages choc éculant les mêmes thématiques : délinquance, patrouilles policières, terrorisme, trafic de drogue, prostitution… Et d’autres déprimants sur le quotidien des RMIstes, des sans-logis, des réfugiés. Le spectacle de la misère du monde étalée au cœur de nos cités. Ajoutés à ce cocktail neuroleptique des séries d’une débilité affligeante et des divertissements de téléréalité lobotomisés, qui nous rabaissent bien au-dessous du degré zéro d’un encéphalogramme atone.


La nouveauté c’est qu’un coup d’accélérateur vient d’être donné avec la multiplication des prévisions et prédictions alarmistes quant à notre avenir proche. Ainsi le terrorisme qui nous frappe n’en serait qu’à son rodage. Le pire est devant nous. Et des attentats d’une ampleur sans précédent menaceraient la France en 2016 (Jacques Attali). De source policière, les fêtes de fin d’année seraient à très haut risque, des attentats de grande ampleur seraient envisagés durant cette période. Sans qu’on sache d’où émane de telles informations ni leur degré de sérieux.

Des rumeurs de guerre il y en a partout. Chacun y a va de son scenario catastrophe pour annoncer la 3e guerre mondiale. Déjà entamée pour certains. Prévue en 2025 ou 2035 pour d’autres, voire en 2045 (cf. cet article de La Tribune).

Et puis il ne faudrait pas oublier l’apocalypse climatique qui nous pend au nez. Et qui pointe sur nous son doigt accusateur jusque dans les moindres recoins de notre Eden consumériste, en nous sommant de consommer bio et écoresponsable.

Le spectre du fascisme qui ressurgit sous les traits d’une montée des droites nationalistes un peu partout. Celui du péril alimentaire, chimique, pharmaceutique, des plastiques qui étouffent les océans, de nos villes qui suffoquent, des pestes, des famines… N’en jetez plus !

La rumeur d’Orléans n’est qu’un battement de plume face à cette cacophonie assourdissante de malheurs qui envahit nos esprits.

Mais qu’est-ce qui se trame sur nos têtes au juste ? Qui nous manipule et dans quel but ? Qui déclenche et instrumentalise ces guerres ? Pourquoi sommes-nous incapables de réagir, d’entrer en nous-mêmes ou de descendre dans la rue pour dire autre chose que ce qu’on nous demande d’ânonner ? D’éteindre nos lucarnes, de congédier les cassandres et de réfléchir par nous-mêmes ? Et pourquoi au contraire en redemandons-nous toujours davantage ?

Pourquoi nous plaindre quand nous sommes complices de notre propre asservissement ?

Plus la confusion est grande et plus le règne du Mensonge étend son emprise avec une séduction et une perversité croissantes.

Il est temps de se réveiller. De refuser d’être les instruments d’une terreur qui n’est pas que l’arme des terroristes mais aussi celle des états dits démocratiques. De réfuter les logiques manichéennes qui nous désignent des ennemis à abattre en séparant le camp du Bien et celui du Mal. Non pas qu’il faille excuser ces bourreaux sanguinaires. Mais croire que ceux qui nous gouvernent ont les mains blanches dans cette tragédie et qu’aucun ne spécule sur le chaos serait un leurre.

Il faut voir la vérité en face. Arrêter de se voiler la face, de se contenter de formules simplistes et de bons sentiments. Car ce monde est complexe, ses enjeux intriqués, tous les acteurs sont liés par des équilibres interdépendants, et nul ne peut départager de façon binaire les bons des méchants.

Au final, vers quel monde veut-on nous entraîner ? Un monde dont l’éthique serait totalement évacuée afin de servir les intérêts d’une petite élite ? Sinon dans le spectacle fantoche d’une version édulcorée ou puissamment anxiogène des rapports de domination et de pouvoir pour endormir les masses. Mascarade qu’on appelle ici du doux nom de « démocratie ». Un monde qui sacrifie son avenir au court terme et précipite sa perte avec un cynisme démoniaque. Un monde totalitaire et tellement transparent que plus personne ne s’appartiendrait. Que rien de ce que nous ferions, dirions, penserions n’échapperait à l’exposition au regard de tous.

Ou bien un monde où la Vérité et le respect de la personne humaine priment, et pas qu’en paroles ? Ou nos actions sont déterminées par la recherche de la paix, du bonheur et de l’intérêt collectif, de l’unité, de la participation libre et consciente à un destin commun ? Et non de la jouissance immédiate, anesthésique de courte durée et source d’angoisses, de tensions mimétiques et de violences en retour.

Vous entendrez parler de guerres et de rumeurs de guerre. Mais que faire face à la rumeur ? Et que faire face à la guerre ? Se lancer dans la bataille avec rage ? Ou orienter son esprit et ses efforts à préparer le monde qui vient ? Celui qu’on occulte parce que l’ancien continue de rapporter gros et se refuse à mourir.